lundi 6 février 2017

Et pourquâââ ??

Voilà que soudain, notre enfant de 2 ou 3 ans, nous demande régulièrement "Et pourquoâââ?", ou ses variantes: "Et c'est quoi ça?", "Et il fait quoi là?", etc.
La question favorite de Titouan étant, en ce moment: "Comment ça marche?"
Ça vous parle ;)?

L'enfant s'ouvre sur le monde, se questionne, cherche à comprendre et se tourne alors vers nous!
Les questions seront de plus en plus complexes et deviendront, au fur et à mesure, une réelle quête de sens.
Alors comment répondre à toutes ces questions??

Lui retourner la question:
Notre enfant peut nous poser une question et en connaître pourtant parfaitement la réponse. Il viendra alors simplement s'assurer que c'est bien cela.
Ex: Il nous montre une pomme et nous demande ce que c'est. 
Nous, comme lui, savons qu'il sait. Dans ce cas on pourra lui reposer la question, ce qui lui permettra de prendre confiance en lui d'une part et de savoir que nous n'avons pas l'exclusivité de la bonne réponse d'autre part ;).

"Et toi, qu'en penses-tu?":
On pourra aussi aller plus loin lors de questions plus "complexes" (ex: "Qu'est-ce qu'elle fait la petite fille?", "Pourquoi il pleure le garçon?") et lui demander "Et toi, qu'en penses-tu?" plutôt que de nous précipiter à répondre. Là encore, il prendra petit à petit confiance en son propre jugement et se sentira de plus en plus autonome.
Cela pourra aussi amener à un échange entre nous. Ce qui est toujours très intéressant!
On pourra également reformuler et valoriser sa question: "Ainsi tu te demandes comment", "Ainsi tu te montres curieux pour...", etc.

D'autre part, les questions des enfants ne sont pas toujours des questions et nous serions bien avisés d'y répondre moins vite! ("J'ai tout essayé", Isabelle Filliozat)
Petit scénario fictif:
L'enfant: "Il est où papa?"
L'adulte: "Il est où ton papa?"
L'enfant: "Au travail!"
Le scénario pourrait aussi se dérouler ou se poursuivre ainsi :
L'enfant: "Mais il est où mon papa?"
L'adulte: "Tu penses à ton papa."
L'enfant: "Oui, il est au travail! Il rentre tout à l'heure!"
L'enfant se sentira compris mais aussi rassuré sur ses compétences à se répondre à lui-même!

Encouragez notre enfant à se tourner vers des ressources extérieures:
"Oh, c'est intéressant comme question! Et si tu demandais à..?". Ainsi son autonomie sera encouragée :).
On pourra aussi chercher avec lui. Titouan a encore besoin de nous pour trouver une réponse seul dans un ouvrage par exemple. Mais, il est plaisant de constater qu'il a ce réflexe ("On va regarder dans un livre").

Lui répondre (!):
Il se peut aussi que notre enfant nous pose une question dont il ignore totalement la réponse. Cela arrive aussi ;)!
Nous pourrons alors, dans un premier temps, lui demander ce qu'il en pense. Ainsi nous en saurons un peu plus sur là où il en est et sur ce qu'il cherche réellement à savoir. Nous ajusterons alors notre réponse en fonction, tout en nous assurant de lui dire la vérité.
Nous pourrons là encore chercher avec lui ou le diriger vers des ressources extérieures.
Pas besoin de nous embarquer dans des explications trop compliquées ou qui ne correspondraient pas au niveau de maturité de notre enfant. Parfois, une réponse inadaptée de notre part peut engendrer certaines angoisses chez notre enfant. Restons donc vigilants..

N'oublions pas non plus que derrière une question se cache parfois une autre question..!!

Et si mon enfant se "trompe"?:
Parfois, les enfants ont une réponse bien arrêtée sur un sujet, une question...Certains parents sont alors très mal à l'aise avec le fait de laisser leur enfant se méprendre. Pour moi, si cela n'occasionne pas chez lui d'angoisses ou ce genre de choses, ce n'est pas vraiment important. A mon sens, cela signifie simplement qu'il a besoin de plus de maturité ou de temps et d'expérience. Rien ne presse.
On risquerait de rentrer dans un conflit "intellectuel" stérile et inutile avec son enfant pour pas grand chose...
Petit exemple pour illustrer tout cela. Titouan et moi regardons un livre ensemble.
Titouan: "C'est le métro qui passe!"
Moi: "Ah, tu vois un métro?"
Lui: "Oui!"
Moi: "C'est vrai que ça ressemble!"
Je continues: "Je vois plutôt une verrière, une grande fenêtre sur le toit de l'immeuble"
Lui: "Non, c'est le métro"
Moi: "Tu y vois vraiment un métro!"
Je ne dis rien de plus et le laisse avec sa réponse qui semble mieux lui convenir ce jour là. Nous aurons bien le temps d'y revenir! Et sa connaissance sur le monde de grandir avec lui!

En revanche, il me semble que s'il y a méprise sur un sujet et que cela perturbe notre enfant (de quelque manière que ce soit), il est bon de rétablir la vérité bien sûr ;). Les enfants ont souvent beaucoup d'imagination et peuvent facilement s'imaginer le pire...!

Et vous, comment procédez-vous?

Bonne soirée :)!



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Coucou Déborah,Titouan est vraiment mimi;) J'aime beaucoup la dernière photo;) Ha les questions d'enfants!!! Je procède souvent en lui retournant la question ( comme dans l'exemple du papa au travail) et l'on cherche dans les livres bien sûr.Mais dernièrement il est vrai que j'étais très mal à l'aise avec certaines question (par exemple "C'est quoi être mort?","Y a quoi dans la boîte?"(cercueil),"Quand on est mort après on peut revivre?","Est ce que...me voit?"etc)Car je préfère dire la vérité mais parfois j'ai peur de le perturbé (ex si je lui explique qui est dans le cercueil)ou encore je ne connais pas la réponse moi même (ex Est ce que ... me voit?)Mon instinct me dirait de répondre la vérité (Je ne sais pas mais je l'espere...)mais la psychologue des soins palliatifs avec qui Alex a parlé une fois ou certains livres conseillent de dire "Oui j'en suis sûre" ou "Sûrement".Sinon les questions pleuvent ici;)La dernière en date hier soir "C'est quoi une seiche maman?"Ce qui nous à fait lire un petit album documentaire sur les animaux marins;)Et la il y avait la photo d'un dauphin et Alex m'a fait le coup du métro;)"Non ce n'est pas un dauphin c'est un poisson!"(Pourtant je sais qu'il savait que c'était un dauphin!Quand il a vu que je n'insistai pas il m'a dit "Mais maman c'est un dauphin!!!";)Il est vrai que rentré dans certains détails ( le dauphin n'a pas de branchies donc ce n'est pas un poisson)est inutile si l'enfant ne sait pas encore justement ce que c'est que des branchies!Il faut savoir comme tu dis adapté et suivre l'enfant!Merci pour cet article fort intéressant!Passe une très belle journée!Barbara

altahine a dit…

Hahaha je me croirais chez nous de A à Z ! ^^
"Qu'est-ce que c'est un(e)... ?" "Et ... fait quoi ?" etc. (x2 bien sûr)
Mêmes postures et stratégies ici quant aux réponses apportées : retourner la question, sonder, échanger, informer, rechercher. :)
Excellent cet article ! Bonnes journée et semaine.