vendredi 29 avril 2016

Nos forces et nos limites

Nous profitons de vacances dans le sud! Bientôt nous serons de retour!
Un petit article en l'honneur de la journée de la non-violence éducative qui aura lieu demain!

Dans beaucoup d'ouvrages sur le thème de l'éducation positive, il est beaucoup (et avant tout) question de l'enfant et du respect de ses besoins, de l'écoute de ses sentiments, etc. Et, on pourrait avoir tendance à s'oublier un peu, à mettre ses besoins de côté, à ne pas s'écouter à l'intérieur..Et puis, un jour ou l'autre, ça peut finir par exploser.
À l'occasion de la journée de la non-violence éducative, qui aura lieu le 30 Avril, vous retrouverez ici, un "Kit d'urgence pour la colère des parents" à télécharger, à imprimer et à partager. Très bien fait :).
Bref, comme je le disais, ne pas écouter ses propres besoins ce n'est vraiment pas le bon plan..On finira soit par s'énerver plus que de raison ou alors ravaler tout ça et ressortir quelques années plus tard à son enfant: "Après tout ce que j'ai fait pour toi.." et attendre de lui quelque chose en retour..!
Ce que j'ai aimé en lisant "Parents épanouis, enfants épanouis" d'Adele Faber et Elaine Mazlish, c'est cette réelle prise en compte (et considération) des besoins et des sentiments des parents. Nous ne sommes pas de mauvais parents en ressentant de la colère ou autre sentiment désagréable mais nous sommes juste humains :).
L'idée est donc de savoir s'écouter, d'accepter la réalité de ses sentiments du moment, d'être authentique avec ses enfants. Sans avoir peur de décevoir l'autre ou de lui faire de la peine, sans attaquer la personnalité de notre enfant (ou de notre conjoint(e)!).
Et de retenir cette "mise en garde" de Haim Ginott: "On peut se montrer un peu plus gentil qu'on se sent, mais pas beaucoup plus.", extrait de "Parents épanouis, enfants épanouis".
Nos "limites" c'est ce que nous ne pouvons accepter, supporter. Elles peuvent être ponctuelles ou représentatives de notre personnalité. Nous sommes tous différents et par conséquent, nous allons pouvoir lâcher-prise (ou pas) dans des domaines peut-être différents.
Nous n'avons pas à culpabiliser parce que nous sommes moins tolérant que la voisine sur le fait de laisser manger son enfant avec les doigts ou de le laisser se promener seul, par exemple. Cela pose un problème seulement si cela empêche notre enfant de s'épanouir. Et dans ce cas, pas de panique, il est toujours temps de réfléchir, de se remettre en question, etc.
Un exemple:
Vous êtes fatigué et avez besoin de calme. Votre enfant aimerait vraiment que vous jouiez avec lui.
Vous pourriez vous sentir coupable de souhaiter vous reposer alors que votre enfant a envie de passer du temps avec vous. Vous pourriez "prendre sur vous" et effectivement jouer avec lui..Mais il est fort probable que le jeu ne tourne au drame car, votre besoin de repos n'étant pas satisfait;, vous auriez pu perdre patience assez rapidement, crier, en vouloir à votre enfant, etc.
Mais vous avez le droit de lui dire sereinement: "J'aimerais beaucoup jouer avec toi à ce jeu que tu me proposes! Le problème c'est que, ce soir, je suis fatigué et j'ai besoin de repos et de calme." Et trouver une solution ensemble qui vous satisfasse tous les deux: lire un livre, dessiner à côté du parent, etc.

Un très bon week-end à vous :)!



3 commentaires:

Anonyme a dit…

Coucou Déborah,je suis entièrement d'accord il est essentiel de prendre soin de soi même afin d'être dispo pour son ou ses enfants.Je m'accorde chaque jour petit temps pour moi par ex quand Alex fait la sieste.C'est important de ne pas s'oublier;) Profitez bien de vos vacances:)A très bientôt:) Barbara

altahine a dit…

Bonsoir et bonnes vacances à vous !
Merci pour cet article qui aborde un point capital de l'éducation comme tu le dis. Je pense avoir parfois ce problème de ne pas (assez) écouter mes propres besoins, mais j'y travaille, avec l'aide de mon mari... et les enfants grandissant, cela devient plus facile aussi de compter sur leur compréhension et leur coopération dans ce domaine.
A bientôt.

Déborah Defaux a dit…

@ Barbara: Bonjour Barbara, c'est non simplement important de s'accorder des temps pour soi (ou en couple!) mais également d'avoir conscience de ses limites et de les exprimer sans culpabiliser. Les besoins de nos enfants (et ce d'autant plus qu'ils grandissent) sont tout aussi importants que les nôtres :). Parfois, pour être "gentils" nous acceptons certaines choses qui ne nous conviennent pas finalement..! A très bientôt!

@ altahine: Exactement, plus nos enfants grandissent et plus c'est "facile" d'exprimer, à notre tour, nos propres besoins. Titouan, comprend de plus en plus lorsque j'ai besoin de "faire une pause" cinq minutes dans la journée par exemple! Bonne journée Nathalie!