vendredi 25 mars 2016

"J'ai tout essayé" #De 2 à 3 ans

Après "J'ai tout essayé: De 12 à 18 mois", et "J'ai tout essayé: De 18 à 24 mois", je vous retrouve aujourd'hui pour échanger autour de la période de 2 à 3 ans. Je m'appuie principalement sur le livre "J'ai tout essayé" d'Isabelle Filliozat, bien sûr :). Si vous ne connaissez pas encore cet ouvrage, je vous le conseille chaleureusement. Il est indispensable, à mon sens, pour tout éducateur fréquentant un enfant de moins de 5 ans!

Je résume ici deux chapitres du livre:
- De 24 à 30 mois: de l'ordre, dans l'ordre, pas d'ordres!
- De 2 ans et demi à 3 ans: moi, moi..je veux, toute seule!

Plusieurs points intéressants que voici:

"Elle met de l'ordre dans sa tête!'
"Les enfants se concentrent sur les processus, les parents sur les contenus. Les enfants cherchent à comprendre "comment ça marche, le monde". Ils cherchent à donner du sens à leurs perceptions."
J'ai en effet pu l'expérimenter avec Titouan. Il y a quelques jours, son père avait une cuillère dans la main. Il a mangé avec. Puis, l'a donné à Titouan qui voulait à son tour manger avec. Titouan m'a dit: "Papa Cuillère". (Mon garçon ne fait pas encore de phrases.) Je lui ai alors répondu: "C'était la cuillère de Papa". Visiblement insatisfait de ma réponse, il a poursuivi: "Titouan Cuillère". J'ai continué: "Ah, c'est toi qui a la cuillère maintenant". Mais ce n'était pas la réponse qu'il attendait!! Il a donc poursuivit: "Papa Titouan Cuillère". J'ai alors compris qu'il cherchait à mettre des mots sur l'action entière qui venait de poursuivre, le cheminement. "Ah oui! Papa avait la cuillère dans sa main. Il a mangé avec, puis il te l'a donné et c'est maintenant toi qui a la cuillère". Titouan a fait "Oui" de la tête, l'air très très satisfait :).

"Chaque chose en son temps, dans l'ordre!"
Dès 2 ans, les enfants sont souvent particulièrement sensibles aux routines et aux rituels. Le cerveau du petit enfant travaille beaucoup à organiser ses images mentales. L'enfant de deux ans, a absolument besoin d'organiser ses perceptions et ses représentations mentales.

"Elle ne veut pas quitter le square"
""Rentrer" ne fait aucun sens pour elle. Elle vit ici et maintenant et ne pourra anticiper avant l'âge de deux ans et demi."
Lorsque Titouan semble avoir du mal à partir, je lui propose quelque chose comme: "Il est bientôt temps de rentrer. Tu préfères faire un tour de toboggan ou un tour de tourniquet avant de rentrer à la maison?".

"Accueillir les émotions et les sentiments"
"En reflétant les sentiments de l'enfant, nous lui montrons que nous n'ignorons pas sa réalité. Il se sent compris et du coup, se comprend lui-même."
Vous pouvez également consulter cet article rédigé il y a peu :).

"Elle a peur des situations nouvelles"
"Décrire l'environnement et la situation, avant de l'inciter à agir, l'aidera."
"Pour qu'elle se sente plus en sécurité, l'aider d'abord à prendre contact avec l'espace, les objets, l'environnement, ensuite seulement avec les autres enfants ou adultes présents."
J'ajouterai aussi que, dès que cela est possible, il est préférable de prévenir votre enfant afin de l'aider à visualiser une scène, etc.

"Il ne veut pas dormir"
"Respecter ses rythmes de sommeil ne signifie pas le laisser décider de l'instant du dodo. Dès les premiers signes de fatigue, le rituel du coucher peut débuter."

"Il n'écoute pas quand on l'appelle"
Isabelle Filliozat conseille plutôt de tester le contact physique (une simple main sur l'épaule par exemple), pour réussir à capter l'attention de son enfant.

"Elle refuse de manger et/ou joue avec la nourriture"
Je vous invite à (re)lire ces précédents articles si le sujet vous intéresse:
- Premiers repas
- Mon enfant ne mange pas
- Le cas des morceaux

"Il dit des gros mots"
Lorsque cela s'est produit chez nous, notre garçon avait 20 ou 21 mois (et c'était très approprié), nous n'avons pas relevé..et donc Titouan n'a pas poursuivi en ce sens. "Quand tu réagis à un mot, je le redis! Surtout si tu fais des yeux drôles! Ça m'inquiète un peu d'ailleurs, alors je recommence, pour vérifier." Par contre, j'ai reformulé son "P....." (!) par "Oh, cela t'énerve quand tes cubes tombent! Oh, zut!!".
Nous faisons bien attention aux mots que nous prononçons...la plupart du temps ^^.
Toutefois, si cela se reproduisait, nous ne referions peut-être pas exactement comme cela mais nous suivrions les conseils d'Isabelle Filliozat: expliquer que le mot prononcé est un gros mot, donc à ne pas dire partout...Chose que j'ai omise de lui dire!

"Toute seule!"
Bon chez nous, cela a presque toujours fait parti de notre quotidien ;). Je me souviens des premières cuillères de purée que j'essayais de donner à Titouan..Il avait 7 mois, me prenait la cuillère des mains et mangeait seul :). Encore aujourd'hui, il est très rare qu'il accepte que nous l'aidions à manger.
Vous pouvez consulter les articles de la rubrique "Autonomie".

"Je veux!"
"L'enfant n'a besoin le plus souvent que de cela, que son envie soit reconnue." 
"Le plaisir d'imaginer ensemble satisfait l'enfant qui est décidément plus intéressé par le processus (imaginer) que par le contenu (glace)."

"Il ne sait pas ce qu'il veut!"
Choisir c'est renoncer. Et ça peut être très dur!! N'est-ce pas ;)!


À bientôt :)

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Déborah,super article et je reconnais bien les situations "ne veux pas rentrer du square","n'écoute pas quand on l'appelle" ou encore "peur des situations nouvelles"pour les vivre au quotidien;)Ces conseils vont surement m'aider;) Je compte acheter ce livre dès que j'oserai retourner en ville et également "Au coeur des émotions de l'enfant"dont tu as souvent parlé en bien!Ici pas encore eu la situation des gros mots.Belle après midi;)Barbara

altahine a dit…

Bonsoir, oui ces chapitres sont très parlants et pratiques, je pense que tout parent peut y reconnaître son quotidien et y puiser des pistes intéressantes et efficaces. ^^
Pour la "mise en ordre dans sa tête", comme nos enfants verbalisent vraiment et parfaitement beaucoup de choses (surtout Louna, encore plus que son frère) je confirme +++ que les représentations s'élaborent grandement. Je n'ai pas d'exemple précis en tête tellement c'est quotidien mais je dois dire qu'ils me surprennent tous les jours, et que je n'en reviens pas de la mémoire rapide et durable qu'ont les petits enfants pour assimiler du vocabulaire en particulier ou des expériences nouvelles (rencontres, etc.) !

Pour les "Je veux", il est très net aussi chez nous que lorsqu'un désir est exprimé et qu'une frustration survient, surtout pour Solal (mais Louna aussi), la déception s'exprime aussitôt et (très) bruyamment (et de manière assez théâtrale ^^) mais que ça passe aussi très vite dès que je mets des mot comme "tu es déçu / fâché /etc." et que je lui propose de respirer profondément pour se calmer (ses doudous l'aident aussi à se consoler ^^).

Pour les gros mots,je me surveille de près... (j'ai essayé d'automatiser "purée de patates!" à la place du vilain juron, ça défoule quand même ^^ et ça reste une expression tolérable) et par chance, ils n'ont pas encore répété ce qui m'échappe encore parfois à mi-voix !

Déborah Defaux a dit…

@ Barbara: Je suis sûre que les ouvrages d'Isabelle Filliozat te plairont! Bonne journée :)

@ altahine: Ah, tiens je vais suggérer au papa d'essayer "Purée de patates!" ;). (Même si ce très gros mot ne fut répéter qu'une fois par Titouan jusque là, nous n'avons pas tellement envie que cela se reproduise ;)!)
À très bientôt :)