lundi 21 mars 2016

Encourager l'autonomie

Aujourd'hui, je vous propose un article consacré à l'autonomie. Bien entendu, ce n'est pas un sujet nouveau ici ;). Mais je partage avec vous les idées d'Adele Faber et Elaine Mazlish.
Ces propositions s'adressent plutôt à des parents d'un enfant de plus de 3 ans. Toutefois, pas mal de points sont facilement "adaptable" à un bambin!
Nous essayons de favoriser au mieux l'autonomie de notre garçon. Jusque là, je vous ai avant tout parlé de son autonomie physique, comme ici ou , ou lorsque je vous parle "vie pratique" et lit au sol ;)! Nouvellement, par exemple, j'ai installé quelques images dans son placard qui l'aident à savoir où va quoi...
Ou encore lorsqu'il est question d'éducation bienveillante (et plus particulièrement ici,  ou encore ), etc.

Et puis il y a cette "autre" autonomie. Psychique cette fois. Bien sûr ce qui aide notre enfant à être autonome et à avoir confiance en ses capacités, l'aide à être autonome de façon globale ;). Tout est lié :). (Bon, mais 2 ans c'est jeune, hein ;).)

Voici les propositions d'Adele Faber et Elaine Mazlish pour encourager l'autonomie:
1. Offrez des choix
- Aimerais-tu porter un pantalon gris ou un pantalon rouge aujourd'hui?
2. Montrez à l'enfant que vous respectez ses efforts
- Ça peut être difficile d'ouvrir un pot. C'est parfois utile de taper sur le côté du couvercle avec une cuillère.
3. Ne posez pas trop de questions
- Bonsoir. Je suis contente de te voir!
4. Ne vous pressez pas de répondre aux questions
- C'est une question intéressante. Qu'en penses-tu?
5. Encouragez l'enfant à utiliser des ressources à l'extérieur du foyer
- Le propriétaire de l'animalerie aurait peut-être une suggestion.
6. Ne supprimez pas l'espoir
- Ainsi, tu songes à tenter ta chance dans la pièce de théâtre! Ça devrait être toute une expérience!

Mais aussi:
- Laissez-lui gérer son intimité physique.
Evitez, par exemple, de lui écarter constamment les cheveux qui lui tombent sur les yeux, etc.
- Ne vous mêlez pas des menus détails de sa vie.
Evitez, par exemple, de lui dire: "Enlève les cheveux qui cachent tes yeux. Comment peux-tu voir ce que tu es en train de faire?"
- Ne parlez pas d'un enfant en sa présence, peu importe son âge.
- Laissez-le répondre.
- Montrez-lui que vous avez confiance: le moment viendra où il se sentira "prêt".

 Et j'ajouterai: Et LUI faire confiance! (Mais j'y reviendrai bientôt :))!

Et chez vous, comment ça se passe?

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Super article et je suis heureuse car je me rend compte que je met en pratique pour ainsi dire tout ce qui est mentionné;)(A part l'histoire de la mèche des cheveux hi hi :)) Par contre super ces étiquettes pour les vêtements!Je vais m'empressée d'essayer de faire pareil pour Alexandre;)Belle soirée et beau printemps;)Barbara

Elodie a dit…

Bonjour! Merci pour ce partage!
A la maison, notre fiston (21 mois) est dans une phase d'affirmation, avec par moment des indécisions (le parfum d'une confiture sur la tartine du matin par ex) aux conséquences pas toujours agréables (choix qu'il regrette aussitôt et qui engendre une frustration, voire un mécontentement affirmé). Du coup, on marche sur des oeufs en ce moment, et le choix est un bon consensus. L'encouragement est aussi plus que pratiqué, je me dis que dans cette phase, l'aider à prendre conscience de ses capacités va l'aider à faire ses propres choix plus facilement?
mais il y a aussi une notion qui est sous-jacente mais qu'il est bon de noter, j'ai nommé Sainte-Patience! Afin d'éviter tout stress ou frustration, dévalorisation pour le petit, et aussi pour éviter les pelotes de nerfs de maman et papa!! Rassurez-moi, vous avez vécu des moments d'incertitude, ceux où l'on se dit que l'on ne sait pas faire?
Encore merci pour votre blog si inspirant!

altahine a dit…

Je trouve super l'idée des étiquettes dans le placard, un bon travail de tri m'attend dans celui des enfants pour le moment afin de le leur rendre utilisable, mais c'est dans mes projets vu que de toutes façons ils "farfouillent" déjà dedans de temps à autre...
J'essaie de mettre en pratique les propositions que tu cites dans l'article, pour certaines c'est automatique (laisser des choix). Mais en ce moment la fatigue et le travail accumulés (et aussi, souvent, la déception de constater leur manque de "soin" face à leurs livres/jouets...) prennent souvent le dessus sur ma patience et je ne me sens pas toujours fière de l'attitude que j'ai envers eux... alors j'espère ne pas nuire à leur autonomie (d'après mes parents, ce sont des enfants plutôt autonomes, mais on aimerait toujours faire mieux).

Déborah Defaux a dit…

@ Barbara: Toutes mes pensées sont avec toi, ta famille et la Belgique. J'espère que vous n'êtes pas directement touché par ces tragiques événements :(. À très bientôt Barbara. Prenez soin de vous

@ Elodie: Merci de ce retour :). De 18 mois à 3 ans, on rencontre parfois des périodes un peu plus compliquées que d'autres. C'est pareil pour toutes les familles du monde entier, nous comprises :D! Il y a aussi des enfants plus "faciles" que d'autres. Certains sont très calmes. D'autres très dynamiques. Personnellement, je suis moins patiente lorsque je n'ai pas eu ma dose "d'activités rien que pour moi" alors je veille à toujours m'octroyer des moments sans mon garçon :).
À bientôt Elodie :)

@ altahine: On aimerait toujours faire mieux :). Maintenant, soyons aussi indulgents envers nous-mêmes!! Je ne suis moi non plus pas toujours très fière de moi!! Et je suis sûre que tu ne nuis en rien à leur autonomie (et que je ne nuis en rien moi non plus à l'autonomie de Titouan..y'a qu'à l'observer) :).
Chez nous, nous mettons en pratique les trois premiers points cités et la n°5, sur les six. Titouan ne pose pas encore vraiment de questions, etc. Du coup, nous n'en n'avons pas encore eu l'occasion tout simplement! Mais nous en prenons le chemin, c'est ce qui compte! D'autant plus que cela s'adresse surtout à des parents dont les enfants...ne sont plus des bambins comme les nôtres ;)!
Il faut laisser du temps au temps :) Bonne soirée Nathalie

Elodie a dit…

:-) merci Déborah! L'universalité de ces étapes chez nos tout-petits me rassure!Ce que vous dites concernant le temps pour soi est bien vrai, je viens de reprendre le travail (je suis saisonnière dans l'animation)et je me rends bien compte qu'après une belle journée, je suis plus fatiguée, satisfaite, et donc plus calme aussi! A bientôt!

La boîte à mystères a dit…

Je viens de découvrir ton blog par une amie en commun (Maïté) et justement, je venais d'échanger avec elle par mail sur le fait que nous essayons, avec mon mari, de rendre plus autonome notre fille, même si parfois la fatigue et le manque de temps rendent plus difficile la chose !

Je rajouterai que je pense qu'il est aussi important de leur expliquer que la perfection n'existe pas et que l'on apprend de nos erreurs. Cela rassure notamment quand ils n'arrivent pas à faire ce qu'ils voudraient !

Ma fille a déjà 8 ans mais pour exemple, depuis ses 2 ans 1/2, c'est elle qui demande le pain à la boulangerie. En dehors du craquage total de la boulangère, qui lui donne un oeuf en chocolat dès qu'elle l'a voit, c'est une étape toute simple vers l'autonomie qui procure fierté et confiance en soit couplé à la sociabilisation !

A bientôt lire...

Déborah Defaux a dit…

Bonjour "La boîte à mystères" et merci de ton passage par ici :)

L'autonomie est en effet aussi faite de petites étapes toute simple. Mais avant cela le parent doit lâcher-prise et faire confiance :). Ta petite fille a dû être tellement fière la première fois où elle a demandé du pain!!

Eh oui je te rejoins la perfection n'existe pas et c'est important de rassurer nos enfants à ce sujet :).

À très bientôt