lundi 8 février 2016

Encourager n'est pas féliciter

Si vous suivez ce blog depuis un petit moment, vous avez sans doute lu l'article "Féliciter son enfant?". Si ce n'est pas le cas, je vous invite à le (re)lire afin que la lecture de ce billet soit plus claire ;).
Les félicitations sont un piège dans lequel nous pouvons malheureusement tomber très facilement.
J'ai rencontré des adultes et particulièrement des "spécialistes" de la pédagogie Montessori qui, convaincus -à juste titre- des effets négatifs des félicitations, se sont mis à ne plus rien dire du tout aux enfants.
Rien. Jamais.
Or, encourager n'est pas féliciter!

Maria Montessori, dont j'admire profondément le travail, vous le savez bien, n'avait pas encore connaissance de toutes les découvertes actuelles en matière de neurosciences. Si celles-ci viennent confirmer son point de vue concernant les félicitations et les compliments classiques. En revanche, en ce qui concerne les encouragements, c'est une autre histoire.
Et je suis sûre que la pédagogue aurait été ravie de voir que certains de ses successeurs s'adaptent et tiennent compte des nouvelles connaissances et non qu'ils suivent aveuglément, à la lettre, le moindre de ses propos :).

Contrairement aux félicitations, les encouragements valorisent les efforts, le travail, les progrès, les processus intellectuels ou physiques par-lesquels l’enfant a le pouvoir de changer une situation, un état de fait et de s’améliorer.

Encourager. Pourquoi? Comment?
Encourager c'est par exemple dire: "Ton papa et moi avons apprécié que tu joues seul et que tu ne nous interrompes pas pendant que nous discutions. Merci :)." plutôt que "Tu as été gentil! C'est bien."

Catherine Gueguen et Isabelle Filliozat, insistent sur la nécessité d’encouragements réguliers pour que les enfants se sentent forts et joyeux. L’appréciation positive guide vers l’autonomie.
Jane Nelsen reprend les propos de Rudolf Dreikurs et dit : 
"L'encouragement est à l'enfant ce que l'eau est à la plante. Il ne peut survivre sans."

Voici ce que conseillent aussi Adèle Faber et Elaine Mazlish:
Selon elles, il y a "compliment" et "compliment". Il y a simplement des façons plus adaptées et efficaces de les faire!
Pour qu'un compliment soit "efficace", elles conseillent de:
- Décrire ce que nous voyons
Je vois un plancher propre, un lit sans un seul pli et des livres bien rangés sur l'étagère.
- Décrire ce que nous ressentons
C'est un véritable plaisir d'entrer dans cette chambre!
- Résumer en un mot le comportement digne de louange
Tu as trié les crayons, les feutres et les stylos et tu les as placés dans des boîtes séparées. C'est ce qu'on appelle de l'organisation!

On comprendra donc aisément pourquoi encourager et complimenter de façon descriptive est positif :).

J'encourage Titouan tous les jours. Je relève le positif et je le mets en avant. Plutôt que de m'attarder , par exemple, sur le fait qu'il tire régulièrement les poils de notre chat, je repère toutes les fois où il agit "correctement".
Lorsqu'il câline doucement notre chat, je lui dis: "Toi tu sais faire des caresses toutes douces". Son sourire et son regard fier en disent long sur ce qu'il peut ressentir. Il répète, heureux, "caresses toutes douces!" et il continue de caresser le chat :).
Lorsque Titouan voit un papier au sol et va le porter à la poubelle, je lui dis: "Tu as vu un papier par terre et tu es allé le jeter à la poubelle! C'est ce que j'appelle prendre des initiatives!". Et si vous pouviez voir son regard confiant et fier à ce moment là ;). Il sait qu'il a "bien" agit à ce moment et il sait pourquoi. Il sait qu'il est capable, en quoi et comment.
Et c'est essentiel que le petit enfant se sente reconnu car c'est ainsi, entre autres, que se développe son estime de lui :).

Une amie me demande: "J'ai félicité mon enfant et voilà que maintenant il est en demande d'approbation. Je me rends compte de mon "erreur". Comment réparer?"
Lorsque votre enfant vous demande: "T'es fier de moi maman?", "Il est beau mon dessin papa?", il ne s'agit pas de lui répondre "Non" bien sûr! Dans ce cas, on pourra lui retourner la question "Et toi tu es fier de toi?". S'il insiste pour avoir une réponse de votre part, vous pouvez lui demander: "Dis-moi qu'est-ce qui pourrait faire que je sois fière de toi?". Le petit enfant vous répondra alors ce qu'il a fait de "bien": "J'ai remis tous les livres dans la bibliothèque". Vous pouvez enchaîner en lui disant, par exemple: "C'est un véritable plaisir d'aller choisir un livre! Merci de les avoir rangé". Petit à petit, les choses rentreront dans l'ordre ;).

Bien entendu, ne plus jamais dire "C'est bien!" peut s'avérer difficile car c'est, pour beaucoup d'entre nous, très automatique. Vous pouvez alors compléter votre exclamation toute spontanée par une description. Ainsi, l'enfant sait pourquoi c'est "bien" et a ainsi accès à de nouvelles pistes pour s'améliorer.

En France, nous avons souvent cette habitude de voir le négatif. Et nous ne pensons pas à relever le positif, à remercier, à être reconnaissant, etc. Et si cela changeait ;)?


Bonne soirée :)!

8 commentaires:

Fileuse a dit…

Merci pour cet article ! Je vais de ce pas regarder celui sur les félicitations...
Je me permets une petite question : as-tu déjà parlé sur ton blog de ta formation comme éducatrice Montessori, de ton parcours ? Le cas échéant, je serai très intéressée par un article à ce sujet !
Très bonne semaine et merci encore pour tes partages !

altahine a dit…

Merci pour cette "piqûre de rappel" et les pistes très concrètes pour rectifier le tir en cas d'erreur. Construire une bonne estime de soi, c'est tellement capital qu'on se doit s'y être particulièrement attentif en tant que parent.
Je n'ai pas assez de recul pour savoir si on a tendance à souligner les échecs en France, personnellement au travail j'essaie toujours de valoriser les réussites ou d'encourager mes élèves, et il me semble que c'est plutôt la tendance actuelle... mais je suis peut-être trop naïve.

Déborah Defaux a dit…

@ Fileuse: Bonjour Fileuse :). Eh bien comme écrit dans le petit paragraphe concernant ma présentation, je ne suis pas éducatrice Montessori mais EJE ;). J'ai par contre été formée "sur le tas" en travaillant plusieurs années dans un Jardin d'enfants Montessori. J'ai eu la chance de rencontrer une éducatrice Montessori qui a eu la gentillesse de partager avec moi tous ses cours :). J'ai, par ailleurs, pas mal lu à ce sujet ;).
Je n'avais jamais pensé faire un article sur mon parcours mais oui tu as raison ce serait une bonne idée!!
Très bonne semaine à toi aussi et au plaisir de te lire de nouveau :).

@ altahine: C'est une chance pour tes élèves d'avoir un professeur comme toi, qui les valorise et les encourage. Malheureusement, j'entends de nombreux témoignages qui montrent que c'est plutôt rare. Souvent, dans les copies d'élèves sont soulignées les erreurs et non les réussites par exemple. On s'attarde sur ce qui ne va pas, etc.
Dans le milieu familial, on pourra facilement ne retenir que les défauts ne nos enfants ou du moins ne pas leur faire part de leurs qualités..
Lors d'une récente formation (Faber et Mazlish), l'intervenante d'origine mexicaine nous expliquait qu'elle avait été choquée de cela en arrivant en France. Et nous étions plutôt d'accord avec elle. On s'est rendu compte que beaucoup n'était pas valorisé au travail mais que leurs "erreurs" étaient par contre systématiquement pointées du doigt..
Mais j'aime mieux ta vision des choses :). Il faut continuer en ce sens en tout cas! Très bonne soirée :)

Géraldine a dit…

Merci pour ce chouette article. Je fais très attention à dire souvent ce qui est bien. Généralement c'est un mixe entre les encouragements et les félicitations. Je vais m'inspirer davantage de tes exemples pour m'obliger à être plus descriptive car je crois que c'est une très bonne chose.
A bientôt :-)

Anonyme a dit…

Coucou Deborah,je suis un peu comme Géraldine ici avec Alexandre c'est un mixte entre encouragements et félicitations;)Très bon article qui me donne aussi envie d'être plus descriptive!Belle journée:)Barbara

Déborah Defaux a dit…

@ Géraldine et Barbara: Ce n'est pas toujours facile de décrire au début, ça peut demander un effort..et puis on prend l'habitude :)
Très bonne soirée à toutes les deux :)!

Anna Dupois a dit…

Hello,
Quant à moi, je n’hésite pas à encourager mes petites puces, parce que je pense que c’est quelque chose de constructif. Cela les aide à avoir confiance en elles, et d’affronter les moments de doute !

Déborah D. a dit…

Bonjour Anna et bienvenue sur le blog!
Les encouragements sont de précieux alliés en effet 🙂!
À tout bientôt!