jeudi 25 février 2016

Comment éviter de donner des ordres?

Inspirée par mes différentes lectures ("Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent" d'Adele Faber et Elaine Mazlish, "J'ai tout essayé" d'Isabelle Filliozat ou encore "La discipline positive" de Jane Nelsen), voici un petit "pense-bête" sur ces phrases positives du quotidien..ou "Comment éviter de donner des ordres"! J'espère que cela vous sera utile :).

Bien entendu, ces petites phrases ne sont que des exemples :). À vous de voir si elles vous conviennent ou si elles sont plutôt à adapter.

1. Au lieu de « Je vais te changer la couche » :

« Préfères-tu que je te change ta couche maintenant ou dans cinq minutes ? »

Laisser le choix est un élément indispensable pour encourager l'autonomie et susciter la coopération. Dans certains cas, et avec de jeunes enfants, il est préférable de restreindre certains choix. Notamment lorsque vous êtes pressés et qu'il n'y a, au final, pas vraiment d'autres alternatives qui vous conviennent. Nous y reviendrons plus en détails dans un prochain billet.
Nous pourrions aussi lui demander "Préfères-tu que je te change la couche debout ou allongé?", etc.

2. Au lieu de « Fais doucement avec le chat!! » :

« Oh ! Je crois que le chat préfère tes mains toutes douces ! »

S'il continue :

« Souviens toi d’utiliser tes mains toutes douces » Tout en accompagnant le geste à la parole.

En réalité la phrase "Fais doucement avec le chat" n'est pas négative en soit. Au contraire, elle indique même à votre enfant ce qui est attendu de lui. Toutefois, certains enfants préféreront d'autres tournures de phrases.

3. « Au lieu de « Assis-toi sur ta chaise » :

« J'aimerais que tu restes assis sur la chaise pour manger. »

On pourrait aussi lui dire "Chez nous, on mange assis".

4. Au lieu de « On va s'habiller maintenant » :

« S’il te plaît peux-tu m'amener tes chaussures afin que nous puissions aller nous promener ? »

« Que penses-tu de mettre ton manteau maintenant pendant que je mets mes chaussures ? »

Mais on aurait aussi pu lui dire: "Préfères-tu mettre tes chaussures ou tes baskets?", etc.

5. Au lieu de « Stop, pas à la bouche !' » :

« C'est pour jouer avec les mains/C'est pour regarder ».

6. Au lieu de « Allez, on fait dodo » :

« Quand tu te frottes les yeux, c'est que ton corps te dit que tu es fatigué. Préfères-tu deux ou trois histoires avant d'aller au lit ? »

Une fois dans son lit alors que notre enfant se tourne et se retourne.

Plutôt que : « Allez, maintenant on dort » :

« Parfois c'est plus facile de s'endormir si on reste allongé et que l'on ferme ses yeux. »

7. Au lieu de « Amuses-toi bien »/ « Passe une bonne journée » :

« À ce soir ! »/ « À tout-à-l'heure ! ».

En disant « Amuses-toi bien »/ « Passe une bonne journée », on peut mettre une pression inconsciente sur notre enfant. Il pourrait entendre qu'il n'a pas le droit de ne pas s'amuser, d'être triste ou en colère..


Pour aller plus loin, je vous invite à lire ce précédent billet: "Susciter la coopération" où d'autres idées sont proposées, telles que celles-ci:
- Installer des associations: bottes pour quand c'est mouillé, etc.
- Installer des routines, des suites de gestes.
- Poser des questions, faire réfléchir.
- Mettre l'enfant en position de décider ne serait-ce qu'une petite chose.
- Donner des informations.
- Donner des choix.
Et vous, avez-vous d'autres exemples?

Bonne soirée :).

4 commentaires:

altahine a dit…

Pas mal ce petit pense-bête ! On essaie aussi d'être dans cet esprit à la maison...
Quand je dois partir travailler et que l'un des deux me dit "Maman veut pas partir" avec un petit air à fendre le cœur ^^ je réponds "Tu veux m'accompagner jusqu'à la porte et m'aider à mettre mes chaussures ? On fait un bisou/câlin-flash ?" et en général ça passe mieux... parfois même ça finit par "Maman peut partir" ou "A tout à l'heure" ou "Bonne journée". ;)

Anonyme a dit…

Bonjour Deborah,comme Althaine j'aime beaucoup ces suggestions de petites phrases!J'essaye aussi par exemple de proposer souvent à Alexandre des choix,par exemple:"Préfères tu d'abord mettre tes chaussures ou ton manteau?"etc et la plupart du temps cela marche;)A très bientôt:)Barbara

Déborah Defaux a dit…

@ altahine: Oui j'imagine que ça ne doit pas être facile tous les jours de se quitter le matin. C'est chouette lorsque l'on trouve des petits trucs qui permettent que ça se passe en douceur :). Bonne journée :)

@ Barbara: Chez nous aussi le choix marche souvent très bien. Toutefois, depuis quelques temps, Titouan me propose parfois une troisième option ;). Bonne journée!

Bob Oandco a dit…

Alors ça c'est clairement un domaine où j'ai d'énormes progrès à faire! En ce moment je lis énormément, et je travaille beaucoup beaucoup beaucoup sur ce sujet. Je crois que tous les jours j'adopte une nouvelle pratique. Ton pense-bête va m'aider dans cette évolution.
Ainsi depuis quelques jours j'utilise un minuteur et un sablier. Le minuteur c'est pour les cas de "tu veux t'habiller maintenant ou dans 5 minutes?" (Évidemment, la réponse est systématiquement "dans 5 minutes") - "je mets le minuteur dans ce cas, et on s'habille quand on entend la sonnerie."
Je décris aussi le comportement que je recherche: "les plate-bandes de fleurs sont là pour être regardées, ou pour marcher à côté".
J'évite aussi de finir mes phases par "d'accord?", un tic de langage que j'avais beaucoup auparavant. Par exemple, quand je décrivais la journée, "on joue cinq minutes puis on s'habille pour aller à notre rdv chez le docteur, d'accord?", en fait ça je faisais semblant de lui demander s'il était d'accord ou non; le rendez-vous n'étant pas négociable, on doit y aller, c'est tout, c'est comme ça, d'accord ou pas... Donc maintenant quand j'ai besoin de ponctuer (on ne change pas si facilement!) je demande "as-tu compris?". Et ça met en perspective les choses: je n'utilise "as-tu compris?" que pour les choses non négociables, ce qui me fait réaliser que beaucoup de choses le sont, et la vie est plus cool comme ça.
Le truc le plus récent c'est la prise de responsabilité: au lieu de "ne frappe pas!" (hyper réactif et qui appelle la hausse de ton je trouve) ou de "on ne frappe pas" (très généraliste: c'est qui "on"?), je dis "je ne te laisserai pas frapper." Cela m'oblige à aller près de lui, m'accroupir, arrêter son geste, connecter. C'est ma décision de parent, pour sa sécurité, pas une règle générique sans fondement.

Bref tu vois, ça bouillonne de découvertes en ce moment! Ton avis m'intéressera beaucoup...