jeudi 4 février 2016

Bêtises, caprices et provocation

Un titre, bien entendu, volontairement un tantinet provocateur ;).
Il est parfois difficile pour certains adultes de comprendre le comportement de jeunes enfants: Bêtises? Caprices? Provocation?

Des bêtises..vraiment??:
Comme de nombreux spécialistes de la petite enfance, je ne pense pas qu'il y ait de "bêtises". Il y a seulement des expériences ou encore des maladresses. L'enfant a soif de comprendre, il teste quelque chose, il teste à nouveau, il fait des hypothèses, il vérifie, etc. Cela fait partie de sa découverte du monde.
Pas plus tard que ce midi, Titouan (23 mois) faisait couler de l'eau de sa tasse sur sa cuillère. Puis, il transvasait l'eau de sa cuillère dans son bol. Il a fait cela longtemps. Cette activité spontanée lui a demandé beaucoup de patience, de précision et de concentration. Il a ensuite voulu essayer avec sa fourchette. Cela marchait moins bien puisque l'eau s'échappait. Il a alors repris sa cuillère ;).
Bien entendu, il y avait un peu d'eau sur la table..mais quelle importance? Un coup d'éponge et c'était fini :).
Il a également récemment découvert que lorsque l'on met du carton dans l'eau, celui-ci se ramollit.. Il a découvert que le sable n'était pas à son goût..et il a vérifié plusieurs fois pour être sûr ;), etc.

"Je commençais à comprendre qu'en disant à un enfant: "Le lait est renversé" tout en lui tendant une éponge, on est en train de dépasser de loin la simple utilisation d'une technique intelligente, démontrant comment s'y prendre lors d'un incident mineur. À un niveau beaucoup plus profond, on est en train d'affirmer: "Je te vois comme une personne capable de s'aider elle-même."
On déclare:
"Quand il y a des problèmes, on ne blâme pas.
- Quand il y a des problèmes, on se concentre sur les solutions.
- Quand il y a des problèmes, on se tend l'un à l'autre une main secourable."" (Extrait de "Parents épanouis, enfants épanouis", d'Adele Faber et Elaine Mazlish).

Des caprices??:
Isabelle Filliozat a cette jolie phrase, elle dit: "Les caprices sont ce que les adultes ne comprennent pas." En réalité, si on est en empathie avec son enfant, on s'aperçoit qu'en effet, tout a une raison d'être, une explication. Même si cela peut parfois sembler saugrenue!!
Isabelle Filliozat rappelle que l'enfant a surtout besoin d'être entendu dans son  désir et non de voir son désir satisfait: Il veut très fort cette petite voiture. Vous estimez qu'il en a déjà suffisamment. Votre enfant se met à pleurer. Ce n'est pas un caprice. Il veut cette voiture. Son cerveau encore immature ne peut le raisonner. Il veut vraiment cette voiture. Et il en a le droit :). Notre rôle consistera à entendre notre enfant tout en gardant le cap, à refuser en accueillant l'émotion: "Tu veux cette petite voiture. Elle te plaît beaucoup. C'est pas facile quand quelque chose nous est refusé. Nous rentrons à la maison maintenant."

De la provocation?
L'enfant qui regarde droit dans les yeux l'adulte qui vient de lui demander de faire/ne pas faire quelque chose..et qui recommence!! Si l'on ne s'est pas informé sur le développement du cerveau du petit d'Homme, il y a de quoi prendre ce comportement pour de la provocation!
Or, le petit enfant a besoin d'utiliser son intelligence sensori-motrice pour assimiler la consigne verbale.
Il est plus âgé? Il rit alors que vous vous fâchez? Il vérifie simplement que c'est bien ce geste là qui vous fâche! Et il est très heureux d'en avoir découvert encore un peu plus sur le fonctionnement de l'être humain ;).
Il pourra cependant "provoquer" non pour "embêter" l'adulte mais plutôt pour attirer l'attention. Il n'y a aucune méchanceté dans son action. Il y a juste de la difficulté à communiquer un message: "Occupe toi de moi, Maman". À nous de l'aider à mettre des mots sur ce qu'il ressent: "Tu aimerais que je m'occupe de toi. Dès que j'ai terminé, je viens jouer avec toi."


Et vous, comment vivez-vous les choses?

Ceci est ma participation aux "Jeudis éducation" organisé par WonderMômes.
Et voici toutes les autres participations:
Parents-heureux-enfants-heureux : Comment tirer profit des crises et grandir ensemble
Happy Mother: Non non non non!
Step by Step: IEF: Gérer le crise!
EzEvEl: Et si on jouait avec tes nerfs ? 
Mes p'tits mômes et moi : C'est la crise !
La mère instit imparfaite : Ils sont frères et soeurs comme chiens et chats
Ma vie de maman louve : Sacré caractère


6 commentaires:

Félie et ses monstres gentils a dit…

oui je suis d'accord avec toi aussi, tout petit, on ne peut pas affirmer que ce soit des caprices, de la provoc, des bêtises, car cela fait je pense partie de leur apprentissage.
Mais en grandissant, passé les 2 ans, tout cela ce complique et les bêtises le deviennent vraiment, en tout cas c'est comme ca chez moi avec tous mes monstres ;)

altahine a dit…

Bonsoir,
parfaitement d'accord aussi pour ce qui concerne les "caprices", les "bêtises" mineures du genre eau renversée ou la "provocation", mais plutôt d'accord aussi avec le commentaire de Félie... quand par exemple Solal fait le cochon pendu en se suspendant à l'étagère ou qu'il saute sur le canapé ou son matelas alors que je lui ai expliqué la règle et le danger, je comprends bien sûr qu'il a de l'énergie à dépenser ou qu'il exprime sa joie de vivre mais de mon point de vue, c'est quand même une bêtise au sens où il sait très bien, quand je l'interroge, ce qu'il ne faut pas faire et pourquoi.
Alors certes, tu me rappelleras que son pti cerveau n'est pas encore mature pour faire de lui-même le lien de cause à effet et le garder en mémoire avant de faire l'action, mais n'empêche... il y a quand même des situations où je suis sûre qu'il a bien conscience de ce qu'il fait.

Déborah Defaux a dit…

@Félie: Et tu en as une sacrée tribu ;)! À bientôt :)

@altahine: Je comprends bien cet autre point de vue aussi ;).
Maintenant en ce qui concerne Solal, il peut y avoir plusieurs explications à ces "bêtises". Isabelle Filliozat explique: "Un enfant de trois ans peut certes comprendre certaines règles simples et les répéter, mais de là à ce que ces mots dirigent ses comportements, il y a de la marge. La zone du cerveau qui répète la règle à papa ou maman n'est pas encore bien connectée à la zone de l'inhibition de l'action!"
Mais bien entendu cela ne veut absolument pas dire qu'il n'a pas conscience de ce qu'il fait ;). En réalité, souvent, ce genre de comportement est un message codé: "Occupe-toi de moi".
Lorsque Titouan fait exactement ce qu'il sait qui est interdit de faire, je lui propose un câlin :).
Bonne fin de semaine à toi et ta petite famille :)

Hellvis a dit…

Bonjour,
Je suis tout à fait d'accord avec l'intégralité de ce billet.
Pour ce qui est de la "provocation", je rajouterais que, chez nous, quand ma fille se met à rire quand je commence à m'énerver, ça n'est bien évidemment pas pour m'énerver encore plus (même si c'est parfois ce qui arrive, mea culpa), j'ai parfois le sentiment que c'est pour que j'en ris avec elle. Comme pour se racheter et pour m'aider à me racheter aussi. Elle a fait quelque chose qui ne me plaît pas, en réponse je fais quelque chose qui ne lui plaît pas, alors elle m'envoie un message : "stop, viens on rigole à la place".
Dommage que je ne l'écoute pas toujours dans ces cas-là... car elle a plus que raison...
Bonne continuation.

Anonyme a dit…

Je suis entièrement d'accord!Ici aussi bien souvent quand Alexandre fait "une bêtise"c'est bien souvent pour attirer l'attention,un signal pour dire"J'ai envie que l'on s'occupe de moi";)Barbara

EzEvEl Isa a dit…

Hello,

Comme j'aimerai revenir à cette période !!!!
Ils expérimentent et en leur expliquant tout rentre dans l'ordre

Avec les miens qui sont plus grands ce n'est plus pareil....