mercredi 27 janvier 2016

Livre: Sur les genoux de Maman





"Sur les genoux de maman" d'Ann Herbert Scott et Gilo Coabson est une histoire que Titouan demande et redemande beaucoup ces derniers temps.
Le texte est simple et répétitif. Idéal pour un enfant de 2 ans. Cela fera sans doute écho à un enfant dont la famille pourrait bientôt s'agrandir. Mais Titouan, dont ce n'est pas du tout le cas pour le moment, a été très sensible au déroulement de l'histoire aussi.
Michaël aime se balancer sur les genoux de sa maman. Il va chercher sa poupée, puis son bateau, sa couverture, son chien, etc. Et tous se balancent. "En avant, en arrière, en avant, en arrière, ils se balancent." Mais lorsque le bébé se réveille, Michaël n'a pas vraiment envie de lui faire de la place sur les genoux de maman...
Un bel album tout en douceur, en tendresse et en bienveillance.

Bon mercredi avec "Chut, les enfants lisent.." organisé par le blog "Devine qui vient bloguer?" :).

dimanche 24 janvier 2016

Questions de parents # Le sommeil de l'enfant

Aujourd'hui, pour ce deuxième "Questions de parents", je réponds à Emmanuelle, à Carole et à Barbara qui se posent des questions concernant le sommeil de leur enfant et en particulier le temps de l'endormissement.
J'ai beaucoup tardé à répondre tout simplement car je pensais que pour vous en parler, il fallait que mon enfant fasse ses nuits ou s'endorme seul.. Et puis je me suis dit que c'était peut-être, au contraire, plus intéressant de répondre à ce sujet, parce que justement cela ne passait pas comme ça chez nous ;).
Le sommeil est un sujet qui questionne beaucoup de parents.
De ci de là, vous trouverez de nombreux conseils. Maintenant, très honnêtement, si ceux-là marchaient à coup sûre ça se saurait!!

Dans cet article, volontairement, je ne m'intéresse pas au sommeil du nouveau-né. Mais cela pourrait être l'objet d'un autre article, pourquoi pas.

L'importance du sommeil:
Dormir est essentiel. Nous en avons tous terriblement besoin. Lorsque nous manquons réellement de sommeil cela s'en ressent sur notre comportement. Nous devenons nettement moins patients, nous avons du mal à nous concentrer, nous nous énervons facilement, etc.
Pour nos enfants c'est la même chose.

Avez-vous remarqué toutes ces campagnes d'information concernant le sommeil? Toutes ces "recherches"?
Si notre enfant ne dort pas, il pourrait devenir violent et agressif. S'il ne dort pas, il pourrait avoir des difficultés d'apprentissage. En effet.
Maintenant, personnellement, c'est le type même d'informations qui me met la pression: "Il faut que mon enfant dorme". Et ce genre d'injonctions est souvent mal vécu et perçu par les parents et l'enfant.
Le lâcher-prise est souvent la solution.
Lorsqu'un sujet devient un problème, on risque de s'enfermer dans un cercle vicieux. Cela ne veut pas dire qu'il faille fermer les yeux bien sûr :).

Alors aujourd'hui, ne vous attendez pas à un article ponctué de conseils ou autres...! Je n'en n'ai pas vraiment...parce que le sommeil est un sujet propre à chaque enfant et à chaque famille ;-). 

Je vous fais partager notre expérience à ce sujet. J'y reviendrai sans doute dans quelques mois car tout évolue très vite ;).
Oui parce que voilà, nous rencontrons avec Titouan les mêmes "problèmes". Si j'y vois plusieurs raisons. En revanche, je ne vois pas trop de solutions. Du moins, pas de recettes miracles pour qu'il nous dise à 2 ans: "Bon je vais me coucher moi!", à 20h pile et qu'il se réveille sans faire aucun mauvais rêves jusqu'au lendemain matin 8h ;). Non mais sommes nous raisonnables, franchement??!

Nous avons tenté plusieurs choses, des "méthodes", des médecines douces, de l'homéopathie, des fleurs de Bach, de ne pas s'en préoccuper, d'en discuter, d'être limite autoritaires...
Nous ne l'avons pour autant jamais laissé pleurer tout seul...à l'exception d'une micro-minute..
Les raisons à nos "soucis" de sommeil sont multiples et certaines se retrouvent peut-être chez vous aussi:
- L'allaitement. En soit ce n'est pas un problème. Mais Titouan s'est habitué à s'endormir au sein. Lorsqu'il est seul avec moi, il m'est très difficile de l'y faire renoncer. S'il est avec son papa et sa grand-mère il s'en passe très bien et sait s'endormir sans. Le hic c'est que c'est moi qui gère les couchers de notre fils 5 soirs par semaine. Le second hic c'est que lorsqu'il se réveille la nuit (comme tous les êtres humains du monde entier), il recherche le sein pour s'endormir. Et ce même s'il s'est endormi sans. Ce dernier hic ne me gêne pas dans la mesure où nous nous rendormons très vite tous les deux. Mais cela pourrait me gêner ou pourrait gêner une autre maman.
- Le lit au sol. Lorsque votre enfant dort dans un lit au sol, il ne pleure pas pour manifester son mécontentement, il se relève et vient vous rejoindre :D!
- Le bruit. Nous vivons à Paris dans un quartier populaire et bruyant, et qui plus est à un carrefour. Entre les rideaux métalliques qui se baissent, les voitures qui klaxonnent, les pompiers, la police, les camions de poubelle, les gens qui rient fort, les sirènes de voiture, etc. il y a de quoi se distraire ^^.
Il y aussi du bruit interne: nos animaux! Un chat qui miaule, l'autre qui fait ses griffes, le chien qui descend brusquement du canapé, se gratte, boit de l'eau, etc.!!
Ces quelques points font que, chez nous, l'endormissement peut être compliqué.
Mais il y aussi notre bienveillance...;)! Bien entendu c'est une boutade!! Nous ne souhaitons pas laisser pleurer notre enfant, tout seul dan son lit ou dans sa chambre.
En fait, comme dirait Catherine Gueguen, il est très simple d'avoir un enfant "sage" (ou qui s'endorme seul et fasse ses nuits), il suffit de ne plus répondre à ses besoins...!

Faire ses nuits:
C'est une question terrible que TOUS les parents occidentaux se voient poser!
Oui occidentaux parce qu'ailleurs on ne se pose pas la question car il est évident que non, un enfant de moins de trois ans ne fait pas ses nuits!!
Lorsqu'un enfant dort 5 à 6 h d'affilées, nous pouvons dire qu'il fait ses nuits. Il n'est pas rare du tout qu'un enfant ne fasse pas ses nuits à 3 ans.
Dans notre société, il semblerait que nous soyons pressés que nos bébés dorment toute la nuit et à la question "Fait-il ses nuits?", je crois qu'on peut entendre: "Votre bébé vous laisse-t-il tranquille?"
En tant que maman je l'ai mal vécu. J'avais l'impression d'être une "mauvaise" maman car non seulement mon bébé ne faisait pas ses nuits mais en plus il ne s'endormait pas rapidement et pas seul!
Ce qu'il y a de bien, c'est que passés les un an du bébé, plus personne ne vous posera la question ^^.
Titouan est aujourd'hui âgé de 22 mois et je ne sais pas vraiment s'il fait ses nuits...Il s'endort vers 19h (quoi que ces derniers temps ce soit plutôt 21h) et se réveille en moyenne deux à trois fois par nuit. Parfois j'ai l'impression qu'il dort au moins 5h mais je n'en suis même pas sûre!
En fait, c'est un sujet qui ne m'interpelle pas vraiment. Nous faisons du cododo. Parfois seulement à partir de 23h/00h. Parfois toute la nuit. Il se réveille quelques fois pour téter mais cela se passe tellement rapidement que nous nous rendormons à la seconde tous les deux. Et Alexandre, lui, dort sur ses deux oreilles toute la nuit :D.
Je n'ai pas d'attente particulière concernant le fait qu'il fasse ses nuits ou non. Mais ce n'est peut-être pas votre cas?
De nombreux "spécialistes", livres ou certains blogs vous donneront des "techniques" pour que votre tout-petit fasse ses nuits...Or, il n'y a aucune astuce! Il y a par contre des idées de bon sens à respecter afin de mettre toutes les chances de votre côté mais cela ne garantit pas que votre enfant dormira toute la nuit! La preuve ^^.
Quelles sont ces idées de bon sens?
- S'assurer que le petit enfant ait eu sa dose de câlins, d'exercices, etc.
- Différencier le jour de la nuit,
- Repérer les signes de fatigue,
- Instaurer une ambiance calme,
- Mettre en place un rituel du coucher.
Nous avons respecté scrupuleusement tout cela à la lettre dès la maternité et Titouan, a priori, ne fait pas ses nuits ;).
Il y aussi une question d'âge. Pour un petit bébé, ces troubles du sommeil sont souvent "normaux" et peuvent très vite disparaître.
Pour un enfant de moins de trois ans, comme dit ci-dessus, ne pas faire ses nuits n'est pas rare et n'est pas un "problème". (Mais ça peut en devenir un lorsque le parent sature.)
Laisser pleurer son bébé n'est pas une option envisageable lorsque l'on souhaite être en empathie avec lui. En réalité, lorsqu'on laisse un bébé pleurer seul dans son lit (Seul dans son lit et non dans nos bras! (Les bébés ont besoin de décharger leurs émotions et les crier/pleurer dans les bras d'un parent bienveillant, c'est totalement différent que de rester seul avec sa détresse!)), celui-ci comprend que personne ne viendra l'écouter. Il cesse de communiquer. Dans les faits, oui il s'endort seul, mais à quel prix!!
Et cela est finalement valable, pour toute la vie. Imaginez que vous ayez une angoisse/peine et que votre conjoint(e) vous laisse pleurer seul(e)..Ce serait intolérable n'est-ce pas?
Accompagner un enfant sereinement au sommeil prend du temps. Temps variable en fonction des enfants et des périodes.
Il y a en effet des périodes moins faciles que d'autres.
Enfin, si notre enfant a passé une "bonne" journée, on peut supposer qu'il s'endormira plus aisément le soir venu. Mais d'autres éléments entrent aussi en ligne de compte!
Lorsque nous allons à la gym ou que nous faisons une grande promenade, Titouan s'endort plus vite!

Le cododo:
Vous pouvez (re)lire notre expérience du cododo, ici.
C'est probablement le cododo qui m'a permis, et me permet, de bien dormir la nuit! C'est bien souvent LA solution :).

L'endormissement:
Voici le sujet qui intéresse particulièrement Barbara, Carole et Emmanuelle. Et moi-même ;)!
Le fils de Barbara ne veut plus aller se coucher depuis quelques temps. Barbara se pose aussi la question de savoir s'il est préférable d'imposer une heure de coucher ou s'il convient mieux d'attendre que ce soit le moment pour son enfant.
La fille de Carole ne s'endort pas seule. Elle met beaucoup de temps à s'endormir et se réveille quelques fois la nuit.
Le fils d'Emmanuelle met lui aussi beaucoup de temps à s'endormir et s'endort bien souvent au sein. Il se réveille très régulièrement la nuit.
Titouan peut mettre du temps à s'endormir et s'endort lui aussi au sein la plupart du temps. Il se réveille régulièrement.

Pourquoi certains enfants mettent-ils du temps à trouver le sommeil?
Souvent c'est parce qu'ils sont en pleine découverte d'une nouvelle acquisition (langage, motricité, etc.) et jusqu'à trois ans c'est l'explosion de ces nouveautés! C'est incroyable tout ce qu'ils apprennent en si peu de temps! Et cela peut les exciter et les empêcher de trouver le sommeil.
D'autre part, de nouvelles peurs apparaissent ou ressurgissent. C'est le cas par exemple de l'angoisse de séparation ou de la peur du noir.
L'heure du coucher n'est peut-être pas (ou plus) le bon. Nous avons souvent des idées arrêtées concernant l'heure à laquelle devrait être couché un enfant. Essayons de nous en défaire :).
Aussi, celle-ci peut changer. Je croyais que Titouan était un couche tard, jusqu'à ce que, un peu par hasard, je me rende compte qu'il était en réalité prêt à dormir dès 19h..
Enfin, les poussées dentaires ou autres désagréments (rhume, besoin de faire pipi/caca, etc.) peuvent aussi empêcher de trouver sereinement le sommeil.

Essayons de savoir quelle peut être la cause de cet enfant qui se tourne et se retourne dans son lit, qui vient téter, repart, tète de nouveau, etc. (Il fait ça le votre aussi ;)?).
Pour cela, intéressons nous d'abord à nous-même avant de nous intéresser à nos enfants...
Le sommeil est une séparation. Le moment du coucher peut faire ressurgir chez nous, parents, d'anciennes (ou actuelles) peur. Qu'est-ce que cette séparation signifie pour nous?

Notre expérience:
Nous avons essayé plusieurs façons de procéder.
Après notre rituel, nous allions le coucher. Il mettait du temps à trouver le sommeil, malgré des signes de fatigue évident.
Alors nous avons essayé de le responsabiliser. Après notre rituel, nous lui demandions de nous prévenir lorsqu'il était fatigué et que nous irions au lit à ce moment là...Ce n'était jamais le moment pour Titouan ;). Du coup, nous décidions à sa place.
Il y a eu des périodes de mieux. Maintenant, notre garçon met en moyenne plus d'une heure à trouver le sommeil. Sauf avec son papa où cela dure environ 30 minutes et avec sa grand-mère où il s'endort en quelques petites minutes.
En réalité, le souci n'est pas qu'il mette du temps à s'endormir.
Le "problème" est que j'ai besoin d'avoir du temps pour moi!
L'absence de lit à barreaux, par exemple, fait que, à aucun moment, je ne peux le "laisser" trouver le sommeil seul. Je dois l'accompagner. En effet, il est difficile pour un enfant de rester dans son lit au sol, sans bouger lorsqu'il n'en n'a pas envie. Il se lève donc et vient chercher son parent. (Dans un lit à barreaux, l'enfant, mécontent d'être laissé seul, peut pleurer. L'adulte peut choisir de ne pas intervenir.) Mais si cela peut paraître une contrainte de prime abord, je sais que je ne réponds là qu'à un besoin. La très grande majorité des enfants ont besoin d'une main posée sur le dos, d'une chanson, ou juste d'une présence. Même avec un lit à barreaux. Même avec des biberons.
Nous avons alors essayé d'autres choses. Par exemple, je lui disais que tel signal (chez nous l'arrêt automatique de sa veilleuse) signifiait le début de ma soirée à moi, que j'avais besoin de temps pour moi et que s'il voulait s'endormir avec moi à ses côtés, cela devait se passer avant ce signal. Cela marchait dans un sens. Titouan avait bien compris que j'avais besoin de temps pour moi et il me laissait "tranquille" passé le signal. Oui mais le moment de se (re)coucher n'arrivait jamais...du moins pas avant 22h. Alors qu'il était visiblement épuisé...
Nous avons aussi essayé la méthode "bof", c'est-à-dire, la méthode: "Bon, tu es fatigué, ça suffit, au lit maintenant!". Et celle-ci je n'en suis pas super fière.
Nous avons essayé les massages, la musique douce, l'homéopathie, les tisanes, etc.
Nous avons essayé la méthode Pantley..sans succès! (Bon en réalité on ne s'y est jamais collé vraiment!). Un enfant qui s'endort au sein aura besoin de cela pour trouver de nouveau le sommeil. L'idée est donc de lui apprendre à s'endormir sans le sein..(ou les bras, etc.).
Elizabeth Pantley conseille aussi de laisser son enfant jouer dans son lit la journée, de façon à qu'il se l'approprie et l'associe à un endroit où on se sent bien :).

Mais, voilà ce que j'ai trouvé et qui ne vous conviendra peut-être pas mais bon chacun ses solutions, hein ;). Pendant une période, c'était très dur pour Titouan de trouver le sommeil. Après plusieurs essais infructueux et réalisant que j'avais besoin de ma soirée (sachant que quand Alexandre est là tout se passe bien ;)), j'ai endormi mon garçon dans mon dos via le Manduca. Là, il s'endormait en moins de dix minutes. J'allais ensuite le recoucher dans notre lit. Nous avons fait cela pendant un mois! Ensuite, j'ai expliqué à mon garçon que nous allions trouver une autre solution.
Cette "technique" m'a vraiment permis d'avoir un peu de temps pour moi et j'en avais besoin. Je n'avais pas envie d'essayer de l'endormir pendant une heure..
Aujourd'hui, nous sommes revenus à la "méthode" première. Je repère les signes de fatigue et je les fais remarquer à Titouan: "Tu sens que tu es fatigué?". Depuis deux mois environ il sait vraiment dire quand c'est le moment pour lui de se reposer. Après notre routine du soir, nous allons nous coucher. Tout simplement. Maintenant, il est très loin de s'endormir de suite mais cela prend nettement moins de temps: 20 à 30 mn! Et il s'endort au sein si c'est moi qui le couche...
Nous sommes toujours en quête d'une solution plus "efficace" :D.
En fait, non, la solution il semblerait que je l'ai...Dans notre cas, la solution serait que ce soit le papa qui se charge d'accompagner Titouan au sommeil pendant suffisamment longtemps pour que notre garçon prenne de nouvelles habitudes. En effet, avec son papa, il s'endort allongé dans son lit avec une main posée sur son dos, et en moins de 30 min. Il se réveille vers minuit et il vient nous rejoindre tout tranquillement..pour se rendormir au sein :).
Il serait ensuite plus facile pour moi de continuer dans cette lancée. Malheureusement, le papa ne peut faire autrement et ne peut rentrer avant 21h ou minuit..du moins 5 jours par semaine! Voilà, voilà ;)!
Enfin, une autre solution serait: le temps ;)! Parfois c'est juste une question de temps!
En effet, les troubles de sommeil disparaissent naturellement entre 2 et 3 ans.
Et pour les siestes? Bien souvent, Titouan s'endort dans le Manduca. Je vaque à mes occupations, je fais le ménage et lui s'endort très rapidement et tout sereinement. Lorsque j'ai moi aussi envie de faire la sieste, je m'allonge dans notre lit familial. Il s'endort au sein, contre moi, souvent en moins de dix minutes. Parfois, c'est plus long mais je lui explique que j'ai besoin de me reposer. Il joue tranquillement seul à côté de moi puis vient s'endormir contre moi lorsqu'il a terminé de jouer. La sieste c'est plus simple chez nous!

Nos idées clés et que nous mettons (ou tentons de mettre) en place avec Titouan:

- Veiller à ce qu'il se dépense physiquement de façon suffisante;
- Repérer les signes de fatigue et les faire remarquer à son enfant:
"Lorsque tu te frottes les yeux, c'est que ton corps te dis que tu as besoin de dormir." Reconnaître cette sensation lui permet d'être autonome face au sommeil.
- Instaurer une ambiance calme et un rituel du coucher;
- L'aider à s'endormir seul MAIS avec nous à ses côtés:
On distinguera donc le fait de s'endormir tout seul, par ses propres moyens, et s'endormir seul dans sa chambre...
Titouan s'endort habituellement au sein. Par conséquent, comme le conseille Elizabeth Pantley, j'essaie de le détacher du sein avant qu'il ne soit endormi complètement. Ainsi, lorsqu'il se réveillera, il ne cherchera plus le sein (ou la tétine) pour se rendormir mais parviendra à se rendormir seul. Enfin..en théorie ;).
- Relativiser et lâcher-prise:
Cela ne durera pas!! Ce n'est qu'une période! Lorsque cela n'est plus un problème pour nous, cela se vit bien mieux!

En réponse à Emmanuelle:
Votre témoignage est sensiblement le reflet de ce que nous vivions avec Titouan. J'espère que depuis cela va mieux pour vous. Je ne peux réellement vous venir en aide à l'exception de quelques pistes.
Vous me confiez être enceinte (félicitations :)!) et cet événement peut non seulement vous bouleverser vous mais aussi votre tout petit garçon. N'hésitez pas à lui parler de votre grossesse et de le rassurer sur votre amour inconditionnel.
Vous exprimez craindre l'endormissement de votre enfant ailleurs qu'à la maison. Si vous le pouvez, essayez de proposer à votre mari de l'endormir en écharpe/manduca par exemple. Titouan s'endort facilement ainsi et n'est absolument pas dérangé par le bruit des convives.
Votre petit garçon se réveille souvent la nuit et vous vous demandez comment vous allez gérer les deux enfants. Je pense que cela se fera tout seul. Vous allez préparer votre aîné à cette nouvelle arrivée et vous verrez que vous trouverez votre solution naturellement. Il est probable que votre garçon change de comportement et laisse place au nouveau-né, spontanément.
Vous confiez aussi que le papa est fatigué et qu'il ne dort plus avec vous. J'imagine que si votre fils réveille votre mari c'est parce que vous devez vous lever et aller le chercher dans son lit, non? Ici, nous sommes en cododo. Titouan se réveille 2 ou 3 fois par nuit mais cela ne réveille en rien le papa!
Si vous ne pratiquez pas de cododo, peut-être est-ce à essayer?

En réponse à Carole:
Gabrielle ne s'endort pas seule. De nombreux enfants ont besoin d'être accompagnés au sommeil. C'est normal. Il n'existe pas de solutions miracles. Elle exprime le besoin que vous restiez près d'elle, continuez de le faire. Elle va se sentir rassurée sur le fait que vous êtes là au besoin. Et quand elle se sentira prête, elle vous le fera savoir.
Cela ne l'empêchera en rien de dormir seule un jour :).
Il se peut aussi que l'heure du coucher ne soit plus la bonne pour elle. Si vous repérez des signes de fatigue vers 18h c'est qu'elle est prête à aller se coucher pour 19h max. Vous pourrez alors vous organiser pour qu'elle puisse manger plus tôt par exemple. Si on laisse passer le "train du dodo", il faudra attendre le prochain!!
Par ailleurs, vous pouvez tenter de mettre en place des jeux de relaxation qui peuvent l'aider. Souvent, au moment du coucher, les enfants repensent à leur journée et plein d'idées leur viennent à l'esprit (on s'en rend compte lorsqu'ils commencent à "bien" parler). Du coup, l'aider à "ne penser à rien" peut lui être utile.

En réponse à Barbara:
Depuis quelques jours, Alexandre (bientôt 3 ans) refuse d'aller se coucher. Lorsqu'un tel refus est soudain, il y a souvent une explication logique. Dans ces cas là, on peut se demander: "Que vit cet enfant en ce moment?", "De quoi a-t-il besoin?".
Dans ce cas précis, il semblerait que le petit garçon soit très très impatient d'être à Noël. Mais cela aurait pu être: un anniversaire, un départ en vacances, une naissance, un déménagement, etc.
Il n'est pas rare non plus que de nouvelles peurs apparaissent.
Faut-il imposer une heure du coucher? Je ne pense pas non, à moins que le parent repère que son enfant est effectivement toujours fatigué au même moment.
L'idéal serait que ce soit l'enfant lui-même qui aille se coucher lorsqu'il est fatigué. Tout en permettant à l'adulte de profiter de sa soirée :).

Pour continuer, voici une vidéo qui m'a bien aidée à certains moments!


Chers lecteurs, si vous avez des propositions et des partages d'expériences n'hésitez pas :D!.

vendredi 22 janvier 2016

Premiers transvasements

Le transvasement est une activité spontanée du jeune enfant. On l'observe notamment lors du repas. Que ce soit avec les doigts ou la cuillère, les aliments sont souvent transvasés d'un récipient à un autre.
On peut cadrer cette activité spontanée et naturelle, lors d'activité de "vie pratique" chère à la pédagogie Montessori.
Ces activités de transvasement se proposent dès la communauté enfantine et reste en libre accès, jusqu'à la fin du Jardin d'enfants, six ans donc :). Autant dire que c'est le genre de choses qui plaît grandement aux enfants!! Et longtemps!

Avant de vous retracer les différentes "étapes" de transvasement proposées dans les écoles Montessori, je vous présente les pré-requis pour ce type d'activité.
Vous pouvez commencer par proposer des activités de transvasement plus libres comme je l'ai fait avec Titouan, ici. Ce type d'atelier est très apprécié des jeunes enfants et ce, au moins jusqu'à 4 ans. Voire plus!
Le jeune enfant doit ensuite savoir porter un plateau. Celui-ci sera de préférence muni de poignées.

Voici maintenant les différentes "étapes" de transvasement proposées dans les écoles Montessori:

1) Transvaser de gros éléments d'un pichet à un autre:
Les deux pichets seront identiques. L'enfant peut transvaser de droite à gauche et de gauche à droite. Certains proposent de grosses graines. Personnellement, je ne suis pas fan.. En-deçà de trois ans, de très nombreux enfants mettent à la bouche. Par conséquent, cela pourrait être dangereux. Je préfère proposer de plus gros éléments qui ne risquent pas de se coincer en cas d'ingestion.
Pourquoi proposer de grosses graines ou de gros éléments? Car en cas de mauvaise manipulation de la part de l'enfant, les gros éléments seront plus faciles à ramasser pour lui.


2) Transvaser de petits éléments d'un pichet à un autre:
Il s'agira ensuite de proposer des graines plus petites que précédemment: riz, mini pâtes, semoule, etc. Et ce de façon très progressive.
Evitez les haricots ou les lentilles..qui germent en milieu humide ;).
Parallèlement à cela, il serait intéressant que votre enfant sache balayer pour qu'il puisse lui-même ramasser la semoule qu'il a fait tomber.. La technique du balayage est souvent maîtrisée entre 3 et 4 ans.
On pourra ensuite accentuer la difficulté en proposant un entonnoir.



3) Transvaser du liquide:
Là encore, on pourra commencer avec deux pichets identiques. On veillera à mettre une éponge à disposition afin qu'il puisse y avoir "réparation".
Voilà pourquoi, dans la mesure où mon garçon sait maintenant éponger, je préfère lui proposer de l'eau plutôt que de la semoule ;).
N'hésitez pas à colorer l'eau, ce sera plus facile pour votre enfant de voir où a coulé l'eau et de pouvoir l'éponger ensuite.
On pourra accentuer la difficulté en proposant un entonnoir là aussi. Et bien entendu, lui proposer de se servir de l'eau :).



4) Transvaser à l'aide d'une cuillère, de plus en plus petite..:
Nous proposons deux bols identiques et une cuillère.
Lorsque ceci est maîtrisé, on propose une cuillère plus petite, etc.
Il est important de présenter à l'enfant le plateau de la façon suivante: les éléments à transvaser sont placés dans le bol de gauche. Lorsque tous les éléments se retrouvent dans le bol de droite, l'enfant retourne le plateau de façon à ce que les éléments à transvaser se retrouvent de nouveau à gauche. Vous suivez ;)?
On travaille là directement sur le sens de l'écriture. L'enfant peut bien entendu se servir de ses deux mains pour prendre la cuillère!!




5) Essorer une éponge:
Nous plaçons deux bols identiques. L'un est rempli d'eau. L'autre est vide. L'enfant essore l'eau d'un bol à un autre.



6) Transvaser à l'aide d'une pince, de plus en plus petite:
Vous pouvez proposer un plateau avec des boules de coton, un bac à glaçons et une pince à spaghettis.
Les outils et les éléments s'affineront au fur et à mesure..jusqu'à proposer une pince à épiler, des lentilles ou des grains de maïs :). 
En parallèle, vous pouvez proposer à votre enfant de manier des pinces à linge ou tout autre jeu qui lui fera muscler ses petits doigts ;). Il pourra également s'agir d'une autre activité de transvasement.



Lorsque votre enfant maîtrise une nouvelle étape, dans la mesure du possible, on mettra à sa disposition tous les types de plateaux différents déjà maîtrisés ou phase de le devenir, de l'étape la plus facile à celle qui est plus difficile. Ainsi, il pourra revenir sur ses acquis et renforcer sa confiance en lui.
Quelle est l'attitude idéale de l'éducateur?
L'éducateur présente, sans commenter et propose ensuite à l'enfant s'il veut essayer.
L'éducateur observe en silence et de façon bienveillante. En cas de "loupés", l'éducateur se contente de dire: "Je vois de l'eau sur la table. Il nous faut une éponge.", ou, si l'enfant est plus âgé: "De quoi avons-nous besoin lorsqu'il y a de l'eau sur la table?".
L'enfant peut recommencer autant de fois qu'il en a besoin ou envie :).

Bon week-end :)

lundi 18 janvier 2016

Hiver #2016

Pas facile d'entrer dans une ambiance hivernale lorsque la température est clémente!
Toutefois, notre table d'hiver est tout de même bien présente depuis un petit mois maintenant ;).
En réalité, chez nous, il s'agit d'une cheminée d'hiver. En effet, comme je vous l'avais expliqué, c'était parfois difficile pour Titouan de ne pas jeter les marrons dans tout l'appartement, etc.
Je pense que nous pourrons retenter la "table des saisons" au printemps :).
Notre cheminée d'hiver est toute simple et elle se compose d'un vase vide, de deux albums de saison, de pommes de pin peintes en blanc par Titouan, d'un tissu bleu, etc..
Depuis quelques temps, il fait froid! L'hiver est vraiment là :). 
Nous regardons souvent nos lectures hiver et nous chantons et dansons inlassablement sur " Le cheval de bois" que mon garçon adoore :)!
Et puis, bien sûr, nous ne manquons pas de nous promener, d'observer la nature et de sentir le froid sur nos visages!!

Bonne journée à vous :).

vendredi 15 janvier 2016

"Mon enfant ne joue pas avec ses jouets..."

Vous avez peut-être constaté, que votre bambin ne joue pas avec ses jouets..Pourtant il a de quoi faire avec tout ce qu'il a reçu à Noël ;)!
Voici une explication et des solutions :).

Pourquoi mon enfant ne joue pas avec ses jouets?
Un petit enfant de moins de trois ans est intéressé par la vie quotidienne et le concret. Il découvre tout et a soif de comprendre et d'apprendre la "vraie" vie :).
Par exemple, Titouan (22 mois) aime:
- passer du bon temps avec ses parents et ses animaux;
- faire la poussière, nettoyer avec une éponge, balayer, etc.;
- déranger/ranger/déranger, etc.;
- des exercices de "vie pratique" au quotidien: couper une banane, essayer de s'habiller/se déshabiller, se servir de l'eau, etc.;
- se promener/marcher, courir, sauter, danser...bref bouger!;
- peindre, dessiner, coller des gommettes;
- faire/écouter de la musique, jouer avec ses instruments, chanter..
Bien entendu, il joue aussi avec ses jouets et principalement avec sa mini-cuisine et des figurines animaux. Dans une moindre mesure, également avec son petit train en bois, une petite moto Playmobil et des "Smartmax" ;). Il joue d'ailleurs bien 1h à 1h30 par jour avec sa cuisine!!
Il revient tous les jours vers les fruits en bois à découper, ses instruments de musique, des jeux d'encastrement et des jeux d'enfilage.
Mais l'on voit bien dans la liste ci-dessus combien d'autres activités sont nettement plus (ou tout autant) importantes pour lui!
Peut-être que votre enfant est comme le mien?
Ou peut-être que votre enfant a trop de jouets et ne sait plus où donner de la tête?
Ou peut-être que le jouet en question ne correspond pas encore ou plus aux centres d'intérêts de votre enfant?

Que faire pour inverser la vapeur?
Rien! C'est une phase normale de son développement :).
Toutefois, il y a des idées pour l'aider à investir ses jouets..

1) Effectuer une rotation des jouets
Bien sûr, pour cela, il va falloir trouver un peu de place pour ranger certains jeux.
Sélectionner quelques jeux qui vous paraissent pertinent pour le moment.
2) Mettre moins de jouets
Il y a souvent beaucoup trop de jouets dans une chambre d'enfants ou dans la pièce de vie. Les jeunes enfants ont alors du mal à concentrer leur attention sur une même activité.
3) Observer son enfant afin de lui proposer des jeux qui seraient susceptibles de lui plaire et non de lui "apprendre" 
Je me souviens d'une maman qui s'était mis en tête que son enfant devait jouer avec sa boîte à formes..Or, cet enfant avait bien d'autres choses à faire à ce moment là!!
Voilà un "piège" de la pédagogie Montessori dans lequel il ne faudrait pas tomber.. On pourrait en oublier l'importance du jeu, du vrai!
4) Jouer avec son enfant!!
Essayer d'alterner "temps d'observation", "temps seul", 'temps avec". Lorsque votre enfant joue avec vous, il intègre le fait que jouer est une activité de plaisir. Ce n'est pas seulement "Tu peux jouer avec tes voitures pendant que je lis un livre". Ce qui pourrait lui donner l'impression qu'on veut se débarrasser de lui. Bien sûr, tout le monde n'a pas forcément envie, ou ne se sent pas capable, de jouer avec son petit. Vous pouvez alors lui consacrer dix à quinze minutes où vous jouez entièrement et vraiment avec lui. Si vous allez devoir peut-être vous forcer un peu (ou beaucoup) au début, vous y prendrez sans doute rapidement du plaisir aussi.
C'est également par mimétisme que le tout petit agit. En vous voyant faire et jouer il aura probablement envie de faire comme vous.
5) Mettre en situation/Ranger/Organiser
Parfois la chambre est tellement sans dessus-dessous que c'est difficile pour un tout petit de s'y retrouver. Lorsque la pièce est rangée cela l'invite plus facilement à jouer.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser une chambre bien organisée est source de créativité. En effet, chaque chose à sa place..certes! Mais pour mieux être dérangée ;).
Il est aussi plus attrayant pour un enfant de jouer lorsqu'il y a une mise en scène: un poupon habillé prêt à manger, un petit train prêt à rouler, etc.
Si certains jeux sont cachés vous pouvez prévoir une image du jeu que vous collerez sur la boîte. Il sera alors plus facile pour votre enfant de s'orienter vers quelque chose.
6) Revoir notre vision des choses! 
Un petit enfant de moins de trois ans peut difficilement se concentrer très longtemps. Ne nous attendons donc pas à ce qu'il joue 1h avec ses petites voitures (bien que cela puisse se produire), et soyons réalistes :). C'est aux alentours de 2 ans que les phases de jeu (seul) s'allongent.
Si notre enfant revient chaque jour sur un jeu, même quelques minutes, c'est que ce jeu l'intéresse!! N'en concluons donc pas trop vite qu'il ne joue pas avec ses jouets ;)!
En revanche, si vous observez qu'il ne joue jamais avec l'un d'entre eux alors vous pourrez ranger ce dernier en attendant le bon moment :).

Et chez vous, comment cela se passe-t-il?
Bon week-end :)




Ps: Un très très joyeux 2 ans à Élie!! Nous pensons à toi et on t'attends pour cuisiner des poules :)!

jeudi 14 janvier 2016

Vie pratique au quotidien #1





Titouan est très intéressé par la "vie pratique", et notamment celle qu'il peut exercer naturellement au quotidien: se servir de l'eau, porter un plateau, couper une banane, nettoyer avec une éponge (ou un torchon), transvaser, visser/dévisser, se faire une tartine, etc.
Ci-dessus la première partie de ces quelques moments de "vie pratique" qui suscitent chez lui beaucoup de concentration et de joie :). 

mercredi 13 janvier 2016

Livre: Tu veux jouer?








Voici un petit album emprunté récemment à la bibliothèque. J'ai été séduite par la couverture et le regard "coquin" du petit garçon :). Je l'ai présenté à Titouan qui l'a adopté instantanément!
Les illustrations de Cendrine Borzycki sont joyeuses, tendres et modernes.
Le petit mot de l'éditeur: "Les tout-petits aiment que les plus grands jouent avec eux. Mais ce qu’ils aiment par-dessus tout, c’est quand il y a dans les parages un plus petit qu’eux. Alors là, c’est la fête ! Non seulement le tout petit peut jouer, mais il devient le grand de quelqu’un. Le petit bébé espiègle de cet album propose successivement à son chien d’attraper un ballon, de jouer à cache-cache, de grimper très haut. C’est trop dur pour un tout petit chien, qui préfère jouer à se faire des câlins et des chatouilles !" 
Les personnages sont très attachants. Le texte est très simple et il "parle" vraiment à un tout petit: jouer au ballon, jouer à cache-cache, jouer à grimper, se faire des chatouilles :). Et mine de rien, le bambin se met à l'écoute de son petit compagnon et s'adapte à lui..ce sont les premiers pas vers l'empathie et la bienveillance ça :)!
Titouan sourit tout du long ;)! 
L'enfant qui grandit pourra s'apercevoir du jeu d'association de couleur entre les personnages et le texte: texte jaune pour le ballon, rouge pour le bébé, violet pour le chien, etc.
Une lecture plutôt destinée aux 18 mois-3 ans :).

Bon mercredi avec le rendez-vous "Chut, les enfants lisent..".

mardi 12 janvier 2016

Le renard et l'entonnoir

"Le renard et l'entonnoir" c'est quoi? C'est un nouveau lieu parisien pour les enfants et leurs parents. C'est une boutique centrée sur une musique de qualité (cd, livres-cd: Henri Dès, Steve Waring, Alain Schneider, etc), un lieu de rencontres, de show-cases, d'expos, d'ateliers et un salon de thé. Le concept est tout à fait original et vraiment très sympathique :). 
Nous avons testé et Titouan a adoré! Il s'est senti à l'aise tout de suite. Il faut dire que l'endroit est très chaleureux :). 
Leur page Facebook est par .





Belle journée :).

dimanche 10 janvier 2016

Epiphanie #2016

Cette semaine nous avons fêté l'Épiphanie :)! Nous avons mangé de la galette tout le week-end dernier bien sûr et nous l'avons faite nous-mêmes le 6 Janvier, en suivant la recette de "Maman Nougatine". (Nous avons seulement ajouté un peu de crème fraîche..parce qu'on est gourmand ;)!)
Titouan m'a activement aidé a réaliser la frangipane. Il a généreusement badigeonné le jaune d'oeuf ;). ;).
Tout au long de la semaine, j'ai raconté à Titouan l'indémodable "Roule galette" et je lui ai fait découvrir la fameuse chanson "J'aime la galette". Nous avons fait dans le classique! Enfin pour moi ;). Parce que pour mon petit garçon tout était nouveau et à découvrir avec joie! "Roule galette" étant LE livre du moment pour Titouan!! Il le connaît déjà par coeur ;)!

Je lui ai également proposé de réaliser sa propre couronne. La couronne en question est vraiment simplissime! Je vous livre quand même deux astuces ;). Pour plus de pérennité, j'ai plastifiée la couronne avant que Titouan n'y place ses gommettes. Ainsi, il est aussi plus facile de changer de déco si l'enfant le souhaite ;)! Enfin, la bande plastifiée permet aussi de changer facilement de tour de tête sans risque d'abîmer la couronne. Elle peut ainsi passer aisément de main en main et de tête en tête ;).
J'ai également imprimé cette jolie couronne offerte par que je trouve vraiment trop mignonne :).




Bonne semaine à vous :).

vendredi 8 janvier 2016

Ce que je me suis retenue de dire...

Pour certains, l'éducation positive est inée. Sans doute parce qu'ils ont eu la chance de grandir avec des parents bienveillants. Pour d'autres (et soyons honnêtes, pour la grande majorité d'entre nous), cela demande un réel travail sur soi. Je fais partie de ces personnes là.
Il m'a fallu beaucoup lire, échanger, me remettre en questions, reconnaître mes erreurs, repérer là où je devais m'améliorer, etc.
Voici quelques phrases ou pensées qui m'ont traversées l'esprit et que j'aurai pu dire à mon garçon mais que je me suis retenue de prononcer...et que je me retiens encore parfois ;).

Lorsque je constate une "bêtise", je pourrais être tenté de dire:
"Rhoo, mais c'est pas possible ça!" ou "Mais tu sais bien que..." ou "Mais non on ne me met pas le gâteau dans la gamelle du chien!!".
Je donne plutôt une information objective:
"Quand on met un gâteau dans de l'eau, il fond".

Alors que mon petit garçon court partout et rit nerveusement, non pas de joie mais de fatigue: 
J'ai pensé: "Tu vas te calmer ?!"
Mais j'ai plutôt dit: "Je vois que tu es fatigué..Et si on lisait un livre tous les deux?"

Alors que je sens la colère monter en moi:
"Rrrr!!!"
J'ai plutôt reconnu:
"Je sens que JE perds patience. J'ai besoin d'un temps de calme.".

Alors que je sens la colère monter en moi, je pourrais penser:
"Il est vraiment insupportable" (oui, oui..^^), 
alors je me dis plutôt: "JE suis vraiment fatiguée là. J'ai besoin de repos/temps pour moi." Et je le fais ;).

Quand Titouan court partout, attrape le queue du chat, pousse un cri, course le chien, jette des livres et tout ça en moins d'1min32 (ou presque ;)), j'ai alors très envie de crier: "Mais tu vas t'arrêter oui?!!".
Je lui dis plutôt: "Viens me faire un câlin mon chat", en le prenant tendrement dans mes bras.

Et chez vous, que vous êtes-vous retenu de dire à votre enfant ces dernières années?


Bon week-end :)

mercredi 6 janvier 2016

Lectures d'hiver

Après nos lectures d'été et nos lectures d'automne de l'année 2015, voici une sélection de nos lectures d'hiver 2015/2016!


Je ne vous présente plus les ouvrages de Rotraut Suzanne Berner et ceux de Gerda Muller sur le thème des saisons ;). Titouan adore! Et nous aussi :).





























Je vous parle aujourd'hui plus en détails de trois albums :).
On commence par "Mon jardin en hiver" de Ruth Brown. Titouan l'avait découvert pour la première fois alors qu'il n'avait pas 10 mois et il l'avait déjà adoré. L'histoire et le texte sont tout simple. Les illustrations sont sombres et puissantes à la fois.



Je continues avec deux albums sans texte (ou si peu) et dans des styles bien différents!
Je vous présente "Jour de neige' de Delphine Chedru. Les illustrations sont "feutrées", nous avons presque l'impression d'entendre la neige craquer sous les pas ;). Plein de poésie et de magie dans cet album :). Et la fin (je vous laisse la surprise) réconciliera peut-être ceux habituellement un peu fâchés avec ce genre d'albums.



Enfin, je termine avec un autre album de Gerda Muller: "Devine qui fait quoi-Une promenade invisible". Amusant jeu de piste où nous sommes invités à imaginer et à raconter ce qui aurait bien pu se passer ;). Qui a marché dans la neige? Qu'a-t-il donc fait? Etc.




Bon premier mercredi de l'année avec le sympathique rendez-vous "Chut, les enfants lisent" organisé par le blog "Devine qui vient bloguer?".