mercredi 7 octobre 2015

Le livre et le tout-petit

Aujourd'hui, pour le rendez-vous "Chut les enfants lisent" organisé par Yolina, je vous propose d'échanger sur l'essentiel: lire à son enfant!
Je vous parle des possibles a priori et idées reçues de ce moment si particulier :).
Et de deux autres petites choses!

On commence!

Vous pensez que votre enfant se désintéresse des livres que vous lui lisez parce qu'il s'en va?
Eh bien non, pas du tout! Un petit enfant a souvent besoin de bouger. Et, même s'il fait tout autre chose, il écoute. Et de cela, on s'en aperçoit bien vite en collectivité. Vous racontez une histoire à un petit groupe d'enfants. L'un d'entre eux se lève et va choisir un puzzle. Vous pensez que ce dernier n'a absolument rien entendu...Or, vous vous rendez compte qu'il peut parfaitement vous raconter l'histoire à son tour! C'est sa manière à lui de vivre cet instant et cet album.
Alors, lorsque Titouan se lève au beau milieu de l'une de mes lectures, je continues de lire, car je sais qu'il écoute. Parfois, je l'entends qui répète un mot ou un son ;-). Parfois, il revient. Parfois pas! Et dans ce cas, j'en déduis qu'il n'était probablement pas intéressé "réellement" par la lecture du livre ;)!

Vous pensez qu'il y a des livres pour enfants et qu'il y a nos livres à nous, d'adultes?
S'il y a des livres qui peuvent choquer le tout petit (couverture d'épouvante, à caractère sexuelle, etc.) et qui sont donc à éloigner des jeunes enfants pour les préserver et les protéger, d'autres en revanche ne sont pas nécessairement à mettre hors de portée...
Le livre est, avant tout, un objet.
Marie Bonnafé a grandement oeuvré à la désacralisation du livre. Elle s'est en effet aperçue que plus un enfant manipule de livres en tout genre (et même les plus fragiles), plus le livre fera parti de son environnement proche. Il y a alors plus de chances pour que l'enfant devienne "bon" lecteur. Il ne voit pas le livre comme un objet fragile mais comme un objet du quotidien et il n'en n'a donc pas peur! Il apprendra à en prendre soin avec le temps, parce qu'il y verra un intérêt.
Titouan manipule des albums, des livres de poche, des encyclopédies, des livres d'art, etc. L'objet livre fait parti de son univers et je rejoins parfaitement la pensée de Marie Bonnafé. Je suis convaincue que c'est en désacralisant le livre que l'on permet aux enfants de réellement se l'approprier.
Toutefois, certains albums très très fragiles (pop-up notamment) sont placés en hauteur. Nous les regardons ensemble pour le moment.
"Mon" livre sera demain le "sien", au sens où un jour, il s'intéressa réellement au contenu du livre. Il aime d'ailleurs particulièrement un livre sur les guitares, et un autre, sur la géologie en France ^^!

Pour finir, deux autres points!
L'imaginaire et Montessori:
Comme vous le savez sans doute si vous suivez ce blog depuis un moment, je privilégie la pédagogie Montessori à la maison. Mais qui dit "privilégier" ne veut pas dire respecter tout à la lettre on est bien d'accord!
Dans la pédagogie Montessori, il est recommandé de proposer des lectures réalistes et ancrées dans le réel. On évitera donc les animaux personnifiés par exemple. C'est en effet ce que je fais avec Titouan et ce que je vous propose ici.
Maria Montessori mettait en garde contre les contes (de l'époque!) qui effrayaient les enfants et jouaient sur leur crédulité pour les faire obéir. Les enfants de moins de sept ans y étaient (et y sont) particulièrement sensibles.
Les albums d'aujourd'hui sont différents. Et, j'ai pu observer que c'est entre 2 et 3 ans que les enfants commencent à faire la différence entre le réel et l'imaginaire. Lorsque le langage est bien présent, il nous est possible d'échanger et de vérifier où en est l'enfant.
Cela ne veut donc pas dire qu'il faille rejeter TOUS les albums imaginaires et pour toujours ;). Au contraire! Il y a de véritables chefs-d'oeuvre de la littérature enfantine et peut importe si le petit lapin parle alors qu'en vrai il n'en n'est pas capable. Il suffira simplement de le préciser à son enfant: "Oh c'est drôle, le singe porte une salopette!" et de lui montrer un livre documentaire sur l'animal en question. Cela l'aidera à bien différencier le réel de l'imaginaire et cela ne le privera pas de merveilleux ouvrages qui le feront rêver et l'aideront à se construire, dès 3 ans environ. Tiens, d'ailleurs, cela tombe bien! En effet, c'est entre 2 et 3 ans que les enfants sont particulièrement sensibles aux livres ancrées dans le réel et aux histoires ayant une résonance avec leur vie. À partir de 3 ans, les enfants aiment les histoires qui font appel à leur imaginaire. Ils ont cependant un grand intérêt pour les livres documentaires et ont soif de découvrir le "vrai" monde.

Lire le texte, le vrai:
Il est essentiel de s'en tenir au texte! Cela rassure le tout petit et lui permet d'anticiper l'histoire, quelle que soit la personne qui lit avec lui. D'autre part, n'allez pas croire que certains mots sont trop compliqués pour lui! Il a soif d'apprendre du nouveau vocabulaire et il pourrait même le retenir très vite.
N'ayez pas peur qu'il ne comprenne pas! John Holt explique très bien comment le cerveau travaille lorsqu'il rencontre un mot qu'il ne connait pas. En fait, il va chercher, déduire en rencontrant ce même mot dans d'autres contextes et il va faire plusieurs hypothèses. Un jour ce sera la bonne. Et ce n'est pas grave s'il ne comprend pas d'emblée un texte. Il sera ravi de chercher ;).
Et si vraiment votre enfant est très perturbé par ce drôle de mot qu'il vient de rencontrer il vous demandera tout simplement ce qu'il signifie!
Et s'il décroche complètement à la lecture de l'album, c'est que ce n'était pas le bon album pour lui à ce moment là! Et ce n'est pas grave! Nous avons tout le temps de lui lire à nouveau, et lui, de s'y intéresser quand il sera prêt!

Et vous, qu'en pensez-vous?



8 commentaires:

Anonyme a dit…

Coucou Deborah, nous revenons justement de la bibliotheque (le mercredi matin "lectures pas à pas"pour les petits avec deux chouettes animatrices).Comme toi je laisse Alexandre manipuler même mes livres(depuis tout petit déjà)et il ne les abîment jamais;) Les livres font partie de son univers,il adore.Par contre ajd, j'étais un peu sceptique avec les histoires de loup qui croquent les enfants,car depuis ce genre d'histoire à la bibli,Alex à peur des loups...Pour les livres à la maison je privilégie les coups de coeur,ceux que l'on relira très souvent,et j'adore ttes tes suggestions de lectures ds le blog(qui donne des idées cadeau pour mon p'tit chou).Barbara P.S:très mimi Titouan concentré sur son livre;)

altahine a dit…

J'en pense tout comme ton article ! Tout particulièrement ceci: "D'autre part, n'allez pas croire que certains mots sont trop compliqués pour lui! Il a soif d'apprendre du nouveau vocabulaire et il pourrait même le retenir très vite.
N'ayez pas peur qu'il ne comprenne pas!" Je confirme +++
Parmi les choses que je pense réussir avec Solal et Louna il y a l'éveil à la lecture et la familiarisation avec les livres. Même si ceux-ci sont désormais sur une étagère en hauteur, ils sont à portée de vue (et de main quand ces petits malins montent sur leurs chaises pour se hisser jusqu'à l'étagère ^^) et surtout disponibles sur demande, nous lisons très souvent, à tout moment de la journée et ils peuvent manipuler sous surveillance (vigilante quand même car ils sont encore parfois assez... hum, comment dire ? "bourrus" avec leurs livres). ;) Je ne cache pas mes livres, ils sont sur mon bureau à côté duquel ils jouent, mais je mets quand même un bémol à leur curiosité en leur expliquant que ce sont mes livres pour travailler et qu'ils ne doivent pas jouer avec (et encore moins les crayonner).
Ils adorent et connaissent par cœur (je dis bien par cœur) leurs livres du moment et les réclament très souvent (ce ne sont pas forcément les mêmes pour chacun, mais les deux écoutent toujours), très souvent ils font le lien entre des situations du quotidien et certaines histoires, et moi évidemment j'adore ces moments partagés pendant et après la lecture !
Je n'ai qu'un regret : ne pas pouvoir leur offrir tous les (nombreux) livres que je repère et qui patientent sur mes listes d'envies...

mathilde mouric a dit…

J'ai trouvé ton article très intéressant
Je suis entièrement d'accord avec le premier point, j'ai toujours continué de lire malgré le décrochage et j'ai trouvé que les 3/4 du temps ils restent à l'écoute et reviennent même parfois
Concernant le deuxième point, ayant une maison envahit par les livres, la plupart sont à portée de mains, ma première n'y prête pas spécialement attention mais elle m'en emprunte certains quand même, en revanche ma deuxième adore prendre n'importe quel livre, j'en suis toujours admirative. Quand à la petite dernière, nous avons passé une journée à la mer cet été, détestant le sable elle a passé 3h à "lire" mon roman, ce n'est pas des bêtises et elle n'avait que 18 mois lol
Par contre même si j'aime certaines choses dans la méthode Montessori, je me demande toujours pourquoi enlever la magie, l'imaginaire aux enfants ? Je me pose réellement la question. Peut-on grandir avec des craintes à cause de l'imaginaire ?
Je t'embête hein !? non mais ton article est super bien écrit et je l'ai trouvé vraiment intéressant !

artist malwoie a dit…

Tiens sa me fait pensé a une petite scène assez drôle qui met arrivée au baby club où j'ai travailler cet été. Un après midi où je devais prendre ma pause je l'ai pris dans le coins sieste ( super pause un je reste au boulot quand même lol) et j'avais emmener un livre philosophique le monde de sophie, aucune violence juste la correspondance entre une fille et un inconnu qui lui envoie des texte philosophique pour l'ouvrir au monde. Dedans il explique comment les enfants petit sont de fin philosophe a s'interroger questionne en recherche de réponse. Et du coup je me suis mis à lire le livre a voix haute a une petite qui dormais pas, elle m’écoutait très attentive puis a fini par s'endormir avec un sourire au livre sa m'avait fait rire je me suis dis finalement on peut lire bien plus qu'on le crois au petit lol. Ce qu'elle en a compris ? seul elle le sais et c'est propre a elle comme tout texte philosophique.

Déborah Defaux a dit…

@Barbara: Nos enfants ressentent nos coups de coeur! Et c'est important pour eux de voir que nous avons plaisir à leur lire des histoires :)
Titouan n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer une histoire de "méchants" loups. Je ne suis pas fan non plus! Pas avant une certaine mâturité du moins. En deçà de trois ans, les enfants ont beaucoup de mal à faire la part des choses. Certains sont très sensibles. D'autres aiment les histoires qui font peur parce qu'ils savent que c'est "pour de faux". Mais pour se dire cela il faut être déjà un peu grand!

@altahine: Oh là là moi aussi je suis frustrée de ne pas pouvoir offrir à Titouan tous les albums qui me plaisent!! Heureusement que la bibliothèque vient, un peu, pallier à ce manque..

@Mathilde: Merci Mathilde:)
Ta question mérite d'y consacrer un article entier et rejoint l'interrogation du premier commentaire ;) Du coup, je vais m'y mettre! Car, en effet, bien que j'ai commencé à en parler dans ce présent billet, il est possible de développer encore plus!! À bientôt donc ;)

@artist malwoie: Sympa cette anecdote ;)! Lorsque Titouan était nouveau-né il aimait être bercé par ma voix pour s'endormir mais il aimait que je parle plus que je ne chante! Du coup, il m'est arrivé de lui lire certaines fables de la Fontaine" ;)!!

Anonyme a dit…

Tout à fait,je suis entièrement d'accord avec toi.Et tu as bien raison d'avoir lu à Titouan certaines fables.Les petits ont naturellement le sens du beau et aiment l'harmonie des mots ;) A bientôt.Barbara

Emilie Oum Kalthoum a dit…

Et des idées pour un enfant qui déchire les livres ?
J'étais convaincue qu'il fallait laisser les livres en libre service, à portée d'enfants, afin de les leur faire aimer et de les inciter à lire.
Ma grande n'a dû déchirer que 2 ou 3 fois un livre, et elle a rapidement compris que ça ne se faisait pas.
Par contre, la petite (2 ans) déchire toujours les livres ! Je me suis donc résolue à les mettre hors de portée (des 2 du coup...), mais ça me désole !
Des idées pour lui faire prendre conscience du caractère "précieux" des livres ?

Déborah Defaux a dit…

Bonsoir Emilie :),

quelques "clés" pour essayer de répondre au mieux à tes questions.

Tu me demande: "Et des idées pour un enfant qui déchire les livres ?" Il est probable que ta petite fille éprouve le besoin de déchirer. Cela lui plaît tout simplement! Et nombreux sont les enfants qui connaissent cette période! Tu peux alors lui donner du papier vierge pour qu'elle puisse déchirer en lui précisant "Ça tu peux déchirer".
Puis, tu me demande: "Des idées pour lui faire prendre conscience du caractère "précieux" des livres ?" Eh bien je te répondrais que TOUS les objets auxquels on tient sont précieux: les jouets, les objets, les livres, la jolie vaisselle, etc. Marie Bonnafé a justement observé que c'est en plaçant le livre sur un piédestal que l'on risque de créer chez l'enfant une peur du livre. Alors on maltraite le livre par exemple (ce qui rejoint ta première question ;)), on ne lit pas (ou juste pour l'école), etc.

Bonne soirée :)