dimanche 18 octobre 2015

L'instruction en famille #Les questionnements

Aujourd'hui je vous parle de ces questions que l'on se pose ou que l'on nous pose, des peurs que nous pouvons avoir lorsque nous faisons le choix de l'IEF.
En ce qui nous concerne, nous avons fait le choix de l'instruction en famille (IEF) pour notre enfant.
Bien entendu, pour l'instant, cela n'est qu'un projet et cela ne sera officiel qu'à ses six ans! (Et puis nous ne savons pas non plus de quoi demain sera fait...).
Pour le moment, nous prenons le temps de vivre, de profiter et d'être ensemble. Chaque jour.

Avant de commencer l'article, je tiens à préciser que ceci n'est pas un article CONTRE l'école!
Si, en effet, je ne suis absolument pas convaincue par le système éducatif français, en revanche, je ne mets pas dans le même "panier" les enseignants! Je sais qu'une grande partie d'entre eux sont dans la bienveillance et ont conscience des lacunes de l'EN. Quelques uns (de plus en plus même!) oeuvrent, discrètement mais sûrement pour faire changer les choses de l'intérieur. D'autres ont conscience que ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour les élèves et subissent ce système qui ne répond pas à leur conviction. C'est extrêmement dur de faire bouger les choses. On se confronte souvent à un mur!! (C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles je n'ai pas souhaité devenir enseignante. J'avais peur de ne pas réussir à changer les choses de l'intérieur...). Je comprends donc aussi aisément ces personnes là (parce que je crois que j'en aurais été!). Sans compter les parents qui ne sont pas toujours réceptifs aux innovations de certains enseignants. Il arrive même que des parents demandent des notes lorsqu'il n'y en a pas! Peut-être car cela leur donne l'impression d'un travail effectif? Je ne sais pas...
Et je crois que le simple fait que des enseignants aient conscience de ce qui serait à améliorer est une chance pour leurs élèves! Car ils sont nécessairement plus empathiques et plus à l'écoute :).
Maintenant, il y a aussi beaucoup d'enseignants qui ne remettent pas en cause le système (compétition, notes, etc.) ainsi que leur pratique professionnelle.

Dans cet article, je me propose de répondre à ces questions et idées préconçues, qui sont, par ailleurs, tout à fait légitimes!
Pour ce faire, je vous fais part, entre autres, de bribes de conversations que j'ai pu entretenir avec mon entourage ou des inconnus.

Je vous en avais déjà parlé ici et . J'éprouve le besoin d'y revenir encore. (Désolée pour celles et ceux que cela n'intéresse pas...C'est juste que je suis en pleine réflexion à ce sujet...).

L'annonce du projet d'Instruction En Famille:
Il y a plusieurs types de réactions lorsque l'on annonce que l'on aimerait proposer l'IEF à son enfant.
Il y a ceux qui prennent peur: "Mais pourquoi?? Mais t'as pas peur que ceci ou cela?".
D'autres qui sont outrés: "Mais enfin c'est n'importe quoi!!".
D'autres qui ne savent pas:" Non mais attend, l'école est obligatoire!".
Il y a ceux qui disent "Oui, oui...", pensant que nous allons changer d'avis!
Et enfin, d'autres s'exclament: "Comme je te comprends!!". (Lorsque cela arrive c'est génial!).
Mais celles qui ont peur sont nombreuses... Souvent d'ailleurs, elles ne s'étaient jamais posées la question de l'IEF et n'avaient jamais osé penser qu'il était possible de ne pas aller à l'école.
Peur de la marginalisation. Peur de l'isolement. Peur de la non-socialisation.
Après les avoir plus ou moins informées, ces personnes ont encore des questions, des doutes.
Voici quelques unes de leurs questions:
"Et t'as pas peur qu'il soit seul? Il aura besoin d'un espace et d'un lieu rien qu'à lui? Et les amis, t'as pas peur qu'ils soient tous comme lui?"

Seul? C'est un mythe de croire que l'IEF se passe uniquement à la maison. Au contraire, les occasions de sortir et de rencontrer du monde sont bien plus nombreuses qu'à l'école, d'autant plus qu'il existe des groupes d'enfants non-scolarisés partout en France, partout dans le monde!
L'école est un lieu de rencontres, certes. Toutefois, être entouré de 25 autres (au moins!) personnes nées la même année, vivant dans un même quartier, étudiant exactement la même chose au même moment n'est peut-être pas ce qu'il y a de mieux pour s'ouvrir au monde!!

Un espace à lui? Bien entendu. Tous les enfants ont besoin d'un espace rien qu'à eux, d'un jardin secret, d'activités personnelles. Je ne suis pas persuadée qu'il y ait pour cela besoin que parents et enfants soient séparés huit à dix heures par jour, quatre jours par semaine. Deux ou trois activités par semaine (ex: théâtre, football, danse, etc.) devraient largement suffire non :-D?
Et notre garçon vivra ses aventures, non pas d'écolier mais d'enfant! Et il aura plein de choses à nous raconter aussi, j'en suis sûre :).
D'autre part, si l'enfant a besoin d'avoir son espace à lui, il en va de même pour nous, parents! Certains ont plus besoin que d'autres d'avoir des moments à eux, des activités extra-familiales. C'est à prendre en compte pour s'assurer de l'équilibre de chacun.

Des amis comme lui? En fréquentant des groupes de "non-sco", les enfants rencontrent d'autres enfants qui, comme eux, ne vont pas à l'école. En effet.
À l'école, les enfants rencontrent des enfants qui, comme eux, vont à l'école ;-).
Mais école ou pas, il est évident que tous les enfants sont différents de part leur tempérament, leur histoire, leurs passions.
Et puis, que dire des établissements privés? Dans les écoles Montessori par exemple, les enfants viennent tous du même milieu social. Dans les écoles religieuses, tous les enfants partagent la même religion.
C'est, pour moi, nettement plus enfermant.
Et l'école public? Eh bien, pour ma part, mes amis me ressemblaient beaucoup...Même milieu social, même éducation et nos parents sont devenus amis...Ou inversement??!
Finalement, on va souvent vers des gens qui nous ressemblent plus ou moins. Ecole ou pas :).
Je crois que l'ouverture d'esprit vient surtout de notre éducation ET de notre tempérament. Si l'école rendait sociable cela se saurait!!!
Sans compter que notre enfant sera également entouré d'enfants scolarisés bien sûr!! (À commencer par ses cousins et cousines).
Mais pas que! Les amis devraient-ils tous avoir le même âge? Vivre dans un même quartier?
L'IEF offre la liberté et l'opportunité d'avoir des amis de tous les âges et du monde entier. (Fort heureusement, des enfants fréquentant l'école peuvent aussi avoir cette chance là! L'un n'empêche pas l'autre :).)

L'envie d'aller à l'école: 
Pour répondre à cette question, une conversation synthétisée que j'ai eu il y a plusieurs mois avec quelques membres de ma famille.
Titouan (13 mois à l'époque) demande à téter. Ma cousine (23 ans) s'inquiète:
"Mais tu comptes l'allaiter jusqu'à quand?".
Moi: "Je n'ai pas vraiment de limites. L'OMS recommande jusqu'à 2 ans 1/2...".
Elle (choquée): "Quoi?? Mais tu te rends compte qu'il ira à l'école?".
Agacé, Alexandre intervient: "Bon, bah, de toutes façons, ça tombe bien, il n'ira pas à l'école!!".
Ah, ah!!
Bon, alors là, tous les regards étaient sur nous!! L'allaitement long à côté, c'était de la rigolade!!
Et des tas de questions ont suivi, qui viennent pour la plupart de mon demi-frère de 15 ans bientôt:
Lui: "Mais il y a peut-être un jour où il voudra aller à l'école?"
Moi: "Oui c'est vrai et il ira s'il le demande d'ailleurs!".
Lui: "Mais il demandera pas! On veut tous rester à la maison avec ses parents!" ^^
Ma grand-mère (80 ans) intervient et lui répond: "C'est faux tu sais! Certains veulent vraiment aller à l'école!...Je n'ai d'ailleurs jamais compris pourquoi!!" ;-)
Moi (je reprends): "Au contraire, je suis sûre qu'il sera curieux, qu'il aura envie de savoir. Peut-être pas tout petit mais au collège?"
Lui: "Oui au collège c'est pas pareil...Mais il aura trop de mal à s'adapter au collège! C'est très dur!"
Moi: "Oui, le collège c'est dur pour tout le monde...D'ailleurs, toi, tu étais à l'école avant d'aller au collège...et tu as eu du mal à t'adapter..."
Lui: "Oui...".
Les personnes plus âgées comprenaient tout à fait notre choix. Ce qui n'étaient pas le cas des "jeunes" gens..

Et t'as pas peur qu'il ait des lacunes?
Bah..parce que ceux qui sont scolarisés n'ont aucune lacune? :D
Sérieusement je crois profondément au fait que si quelque chose nous plaît, on apprend à ce sujet de façon spontanée et enthousiaste. Je pense aussi qu'il y aura inévitablement des lacunes et que ce serait un leurre de croire qu'il est possible de tout connaître. Ecole ou pas.

Si grâce au film "Être et devenir" et les rencontres qui ont suivi, nous n'avons plus peur, nous avons encore des interrogations. Les questions que nous nous sommes posées rejoignent finalement les idées préconçues que nous pouvions avoir à ce sujet.
Ce qui a particulèrement inquiété le papa de Titouan fut de se demander où notre enfant trouverait des amis. Il est maintenant on ne peut plus rassuré!

Pour ma part, je me suis demandée et je me demande encore: "Et si mon enfant aimait l'école?".
Oui, parce que certains enfants aiment l'école! Alors, j'en suis venue à la conclusion que je proposerai l'IEF en premier lieu mais que, bien entendu, je ne m'opposerai pas à ce que Titouan aille à l'école si tel est son choix. Pas avant six ans toutefois (voire dix d'après nos rencontres). Car, je ne pense pas qu'avant cet âge, les enfants soient capables de mesurer les conséquences d'une telle décision. Il ne peut pas savoir ce que cela implique. Cela pèserait bien trop lourd sur leurs petites épaules en plus! Du coup, ce choix, ce sont ses parents qui le font pour lui. (Et quel que soit ce choix).
Maintenant, il est fort probable que Titouan veuille en effet aller à l'école à un moment ou un autre! Sa cousine et la fillette d'un de nos couple d'amis, toutes deux du même âge que notre garçon, iront à l'école. De plus, arrivé à 3 ans, il est bien rare que l'entourage ou de simples passants ne s'exclament pas: "Oh tu es grand(e) maintenant! Tu vas bientôt aller à l'école!".
Et ces remarques me font peur d'avance. J'ai peur que Titouan se sente mal à l'aise, qu'il ne sache pas quoi répondre...
Heureusement, les rencontres avec des enfants non-sco vont être de plus en plus nombreuses et nous ne seront pas seuls!! En effet, les plus jeunes ont l'âge de Titouan et la plus âgée a 15 ans 1/2!
Nous le laisserons aller à l'école s'il en fait une demande éclairée. Reste à voir quelle école!! Et, bien entendu, nous arrêterons s'il exprimait un mal être finalement. Nous l'accompagnerons et le soutiendrons au mieux, s'il s'y plaît! Bref, nous serons à son écoute, quel que soit ses besoins.

Un échec?
Dans la foulée, je me suis aussi demandée si je ne vivrai pas comme un échec si Titouan choisissait d'aller à l'école lorsqu'il aurait 8 ou 10 ans? Et j'ai compris qu'il ne pourrait y avoir d'échec. Que Titouan décide d'être scolarisé ou préfère l'IEF, dans tous les cas il aura fait un choix qui lui appartiendra. Et un choix, quel qu'il soit, est un grand pas vers cette autonomie que nous espérons tous pour nos enfants ;).

Et nous nous sommes aussi interrogés: "L'IEF ne mettra-t-elle pas en difficulté notre garçon? Vis-à-vis des autres et de la société?". Là-dessus, le papa n'a aucune crainte. Il est convaincu que c'est en donnant confiance à notre enfant que celui-ci pourra avoir les réponses face aux personnes mal intentionnées. Pour ma part, j'avoue avoir encore besoin d'être rassurée...
Les autres se mêlent parfois tellement de ce qui ne les regarde pas, sont tellement persuadés de savoir ce qui est le mieux pour tout le monde...Il ne viendrait à l'esprit de personne de dire à un enfant scolarisé: "Oh tu vas à l'école, tu dois être tellement triste sans tes parents. Et puis c'est tellement nul l'école, on doit apprendre la même chose tous en même temps, on doit rester assis toute la journée! Vraiment ils sont pas cools tes parents de t'imposer ça!". À l'inverse, on peut facilement entendre un adulte dire à un enfant non-scolarisé: "Oh mais t'es grand maintenant, tu vas devoir aller à l'école! Tu vas tellement t'ennuyer à la maison! T'auras pas de copains! Et puis faut laisser vivre ta maman, hein!"...Et là, à part sortir griffes et crocs, je vois pas ;).

Et puis je me suis dis: "Mon choix ne sera peut-être pas celui de mon enfant?". J'ai eu la chance de pouvoir poser la question à Isabelle Filliozat qui m'a répondu qu'en effet c'était un risque à prendre, comme pour tous les choix que nous faisons pour nos enfants! L'idée est donc d'aviser en fonction, de s'adapter.
La joie est un indicateur essentiel pour savoir si c'est le bon choix! Si mon enfant est heureux, si moi/mon couple aussi alors c'est le choix qui convient pour nous :).
Ensuite il semble important que l'enfant puisse essayer les deux options et qu'il puisse ensuite choisir. Toutefois, comme je l'ai dit plus haut, on ne peut pas demander cela à un enfant de moins de six ans (voire même dix).
Pour notre part, nous allons choisir l'IEF en premier lieu parce que nous sommes convaincus par l'idée des apprentissages autonomes. Notre rôle de parents est, entre autres, de choisir pour notre enfant, en attendant qu'il puisse choisir, de façon éclairée, pour lui.

Voilà principalement les questions qui se posent lorsque je parle IEF...
Et vous avez-vous d'autres questions, d'autres avis ou d'autres réponses à apporter?



Belle journée à vous :)

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Deborah, ho comme je me reconnais dans tous tes questionnements ;) j'ai l'impression que tu mets par écrit tout ce qui m'a tracasser... J'ai bcp ri en lisant ta conversation en famille et quand le papa de Titouan a répondu "ça tombe bien il n'ira pas à l'école"haha mon homme répond exactement de la même manière et contrairement à moi il ne s'inquiète pas du tout de ce que les gens peuvent nous faire comme réflexions:)Il ose répondre bcp plus franchement que moi:)En fait je suis un peu timide,j'ai tjs peur de répondre,je me sens mal à l'aise face aux remarques,par ex quand on me dit oui mais ça va pas,et la socialisation etc et bien il y a comme qqch qui se bloque en moi et j'arrive qu'à bredouiller haha puis une fois la personne partie je m'en veut et je me dis mince j'aurai du répondre ceci ou cela et je râle au plus haut point haha,et je m'énnerve même la nuit en y repensant:)oui oui à ce point;)Exactement comme l'histoire avec ton pédiatre dont tu as fait un très bel article.Comme tu l'a dit aussi ici, bcp de gens ignorent que l'école n'est pas obligatoire,MAIS l'instruction oui,et je trouve dommage qu'on n'en parle pas plus à la télévision,dans les journaux ou autres.Par ex chez nous on regarde rarement la tv ,et au moment de la rentrée des classes j'ai mis le journal télévisé, je voulais voir si on allai parler de l'IEF et bien non:( c'est dommage je trouve.Pour se faire des amis il y a comme tu dis plein d'activités etc à faire et qui permettent de se faire des amis ex Alex ce sera surement la musique car il adore cela etc.Et comme je te l'ai écrit ds un commentaire hier au sujet de l'allaitement ma grand mère me soutient ds ce projet d'IEF haha comme tu l'a dit souvent les personnes âgées comprennent mieux.A notre époque c'est déjà parfois choquant pour certaines personnes d'entendre qu'un bébé ne va pas à la crèche:( Je vais m'arrêter là car mon commentaire est long,mais je te souhaite plein de bonheur avec Titouan dans cette belle aventure qu'est l'IEF,et plein de merveilleuses expériences enrichissantes pour tous les deux:)Bon dimanche Deborah et merci pour ce bel article.Barbara

Anonyme a dit…

Et juste ajouter que moi aussi j'ai peur des réflexions que l'on pourrai faire à Alex car là par contre je n'aurai pas peur de répondre,et je sortirai aussi les griffes haha Car en faisant ce genre de remarque c'est pour toucher les parents vu que l'enfant lui n'a rien à voir dans les choix pris par les parents.Voila j'arrête de parler haha mais c'est vrai que souvent les réflexions désagréables comme laisse vivre maman etc grr :)

altahine a dit…

Bonsoir, ce que j'aime dans tes articles sur tes choix, c'est que même s'il m'arrive de ne pas être en accord sur certains détails (ou pas) tes explications sont suffisamment nuancées pour qu'on comprenne bien tes motivations. :)
Pour ma part je ne me sentirais pas capable de mener l'IEF, et quoique je trouve moi-même qu'il y ait certes beaucoup à redire sur le système (et je l'ai déjà dit d'ailleurs^^), je pense (comme toi apparemment) que tout n'est pas à jeter, pour faire bref j'espère donc à ma manière "armer" mes enfants pour qu'ils profitent au mieux de ce que l'école pourra leur apporter, et être vigilante pour qu'ils ne souffrent pas de ses aspects moins reluisants. Dans tous les cas, ce qui compte, c'est de rester à l'écoute de ses enfants, de leurs ressentis, et de tout faire pour qu'ils soient épanouis dans leurs apprentissages. Et de garder confiance dans le fait que, d'une manière ou d'une autre, avec notre aide, ils trouveront leur(s) voie(s) pour s'en sortir dans la vie. Plus facile à dire qu'à faire, hein... :)

Déborah Defaux a dit…

@Barbara: Merci pour ton gentil commentaire :). Cela fait du bien de trouver des personnes en accord avec nos choix. À très bientôt :)

@altahine: Merci Nathalie, c'est trop gentil et je suis très heureuse que tu ais bien saisi justement la nuance de mes propos :).
Je partage complètement ton ressenti lorsque tu dis: "j'espère donc à ma manière "armer" mes enfants pour qu'ils profitent au mieux de ce que l'école pourra leur apporter, et être vigilante pour qu'ils ne souffrent pas de ses aspects moins reluisants." C'est exactement ce que je me dis lorsque j'imagine Titouan devant ou voulant (!) aller à l'école :).
Très belle journée à toi et ta petite famille :)

Emmanuelle BILLET a dit…

Bonjour,

Je ne suis pas sûre de saisir ce commentaire au bon endroit...
Ancienne professeur de mathématiques, depuis avoir travailler en lycée et collège parisien, j'ai décidé que je ne mettrait pas mes enfants à l'école plus tard. Non pas parce qu'ils apprennent tous la même chose, ou côtoient le même genre de personne ou autre... mais surtout parce qu'on leur apprend des choses fausses, erronées, ou illogique... je pense vraiment que l'on nivelle par le bas et que l'on gâche le potentiel de beaucoup d'enfant... à commencer par la lecture, l'absence de logique (grammaire, mathématiques...)
Je pense aussi qu'à 3 ans un enfant n'a pas besoin d'être assis derrière une table ou à l'intérieur! et que beaucoup d'école sont très "rigide"
Depuis la naissance de mon premier, on arrête pas de me demander dans quelle école il va être... car il faut réserver pour avoir "la meilleure"... cela m'horripile de plus en plus et mon choix de ne pas le scolariser n'est pas du tout compris par mon entourage...seul votre blog m'a beaucoup encouragé!! et pour cela merci beaucoup!
Par contre, plus Côme grandit, plus un problème se pose: il veut absolument cotyer beaucoup d'enfant et adooore partir à l'école avec la nourrice chercher sa fille...

Comme vous le disiez judicieusement dans un article que je n'arrive pas à retrouver, un enfant ne cerne pas les conséquences d'un choix pareil et ce n'est pas parce qu'il veut aller à l'école que je dois l'y mettre :-).... Mais, j'habite en province, à Voiron, et je ne sais pas comment trouver des associations de non scolarisés....
Comment faites-vous pour trouver tous ces "amis non sco" autour de vous...
Ici, parmi toutes mes connaissances, beaucoup de parents finissent par mettre leur enfant à l'école... et les seuls que je connaissais ont déménagés en région parisienne et ne connaissaient non plus aucune association ici...

Sachant que j'attends mon second, peut être que je n'arriverais pas non plus à gérer les deux (école plus enfant), mais dans le meilleur des cas, j'aimerais avoir quelques conseils? :-)


Merci beaucoup!

Déborah Defaux a dit…

Bonjour Emmanuelle,

en effet rencontrer d'autres enfants est essentiel, qu'ils soient "non-sco" ou pas ;).
Il existe des groupes Facebook sur l'IEF. Il y en a des généraux et il y en a aussi par région. Peut-être pourriez-vous commencer par là?
Pour le moment, Titouan ne fréquente qu'un enfant futur non-sco. Ils ont le même âge et s'entendent très bien. Malheureusement, nous nous voyions peu..
Je suis aussi en contact avec une association parisienne (Delavie) et quand ce sera le moment nous nous joindrons plus concrètement à eux :). Il en existe sans doute dans votre région?
J'ai également trouvé cette discussion: http://simplementparents.forumactif.org/t7065-enfants-en-ief-en-nord-isere-recherche-echanges. Un début peut-être?

En ce qui concerne le fait de gérer les deux enfants, en effet il y aura sans doute des moments moins évidents que d'autres. Je vous conseille d'avance de lâcher prise avec votre aîné ("scolairement" parlant) si votre bébé avait beaucoup besoin d'attention :). Ne culpabilisez pas non plus si vous ne faîtes "rien" avec Côme pendant une période. Il trouvera de quoi faire de façon autonome, j'en suis sûre ;).

Pour quand est prévu ce petit bébé?

À bientôt Emmanuelle :)

Ps: Votre question concernant le sommeil de votre enfant n'est pas passée aux oubliettes! D'ailleurs peut-être la situation a-t-elle évoluée?

Anonyme a dit…

Mercredi j'ai promené au parc avec Alex,il chantai,on a observé les canards,il a joué dans l'herbe en s'inventant des pts personnages avec des bouts de bois,bref j'ai pu observer mon petit garçon épanouis et bien dans sa peau;)Hier nous nous sommes rendus à la plaine de jeux,Alex s'amusait,tout se passait bien,jusqu'à ce qu'une classe débarque!Il y avait une trentaine d'enfant d'environ 4 ou 5 ans!Les deux profs se sont installées sur un banc et ont commencée à papoter!Je les observai et elles n'avaient jamais un regard vers les enfants!Alex à voulu monter dans un jeu en forme de locomotive.Un garçon l'empêchai de passer et lui a dit "Dégage ici c'est notre plaine de jeux!"J'ai dit a ce garçon que la plaine de jeux est à tout le monde et à Alex "Tu as le droit de faire du tobboggan si tu en a l'envie"Mais...je n'aurai pas du réagir de la sorte et je m'en veux énormément tu n'imagine pas à quel point!Alex est monté dans le jeu il marchai à 4pattes dans le petit tunnel et comme il adore les animaux il faisait des bruits d'animaux et la une fille et un garçon on plonger dessus en hurlant hyper fort,très vite il à été encerclé de bien 7 ou 8 enfants qui ont commencé à le taper à coup de pieds,coups de poings sur sa tête etc j'ai vite grimpé dans le jeu en essayant de le reprendre au milieu de tous ses gosses et mon petit saignai à la bouche!oui tu as bien lu IL SAIGNAI!J'ai été trouver les profs que c'est dingue qu'elle ne surveille même pas,que l'on avait taper mon fils alors qu'il a droit lui aussi à jouer,j'étais dans tout mes états comme tu peux l'imaginer et là elles m'ont dit "Qui à tapé?"J'ai désigné les enfants en question et elle à juste dit"Dites pardon au garçon"et c'est tout!Elle n'a pas expliqué que c'est mal de taper,que maintenant il saigne,etc RIEN mais elles se sont remises à papoter!Je me suis éloignée pour Calmer Alex et la un jardinier est venu me parler et me dit "Ils viennent souvent ici car dans leur école il n'y a pas de jeux dans la cour et bon à cet âge là ils ne font pas grand chose!"Pas grand chose mais je les entendait jouer à goldorack c'est plus intéressant pour eux que mon fils qui joue aux animaux!Et la j'entends un nouvel enfant blessé!Je ne veux pas transcrire ma haine sur ton blog ce n'est pas mon but,mais je ne pense pas que ces enfants soient très sociables malgré le fait qu'ils soient pourtant inscrits dans une école!Alors quand on me dit qu'il faut mettre Alex à l'école pour la socialisation j'enrage!Les profs sont peu nombreux avec trop d'enfants à surveiller en général et dans ce cas ci il n'y avait AUCUNE surveillance!On aurait dit que les enfants les dérangeaient dans leurs conversations!Pour ce qui est du jardinier qui me dit à cet âge là ils ne font rien et bien NON Alex du haut de ses 3ans se passionne pour plein de choses et il découvre le monde!Et ça je n'appelle pas cela ne rien faire!En plus j'ai l'impression que les enfants d'aujourd'hui ne rêve plus comme avant!On en fait des minis adultes déjà tout petits!Que c'est triste!Quand j'observe Alex c'est vrai il n'a pas les mêmes centres d'intérêt que les enfants qu'ils rencontrent et ne sait pas jouer à Goldorack d'ailleurs il n'a même jamais vu cela à la télévision!Je ne veux pas faire de généralité ou critiquer les parents qui laissent regarder ce genre de dessins animé à la télévision,mais pourquoi faut t il que mon fils leur ressemble sous peine de se faire tabasser?Pourquoi leurs choix sont t il forcément meilleurs que les miens?Je n'ai jamais été me mêler dans la rue de ce qui ne me regardai pas alors pourquoi dès que je me promène je dois me faire harcelée de questions dès que je rencontre un inconnu et me faire critiquée comme s'il me connaissait depuis toujours?

Anonyme a dit…

Commentaire trop long j'écris donc la suite ici...Alex est très choqué il en parle depuis hier,il a sa bouche rouge et gonflée,je lui est parlé longuement..Merci Déborah pour ce blog plein de bienveillance qui je l'espère ouvrira les yeux à certaines personnes qui passeront par ici et qui pourront observer qu'il n'y a pas qu'une seule bonne manière d'élever un enfant.Il ya juste la manière qui nous semble la plus juste et le plus en accord avec nos valeurs...Désolée pour ce long commentaire:( Barbara

Anonyme a dit…

Et je précise que c'était une aire de jeux spéciale pour les enfants entre 2 et 6 ans

Déborah Defaux a dit…

Bonjour Barbara,

je suis outrée de lire tout ça!! J'imagine ton effroi lorsque tu as vu Alexandre qui saignait!!
J'espère que depuis il va mieux et qu'il a de nouveau plaisir à jouer au square. Il faudra peut-être un peu de temps.
Il n'est pas encore arrivé ce genre d'accident à Titouan mais je suis parfois choquée de la manière dont lui parles certains enfants..Tellement d'agressivité et de colère en eux..:(
Je suis bien d'accord avec toi: nous devrions pouvoir être libre d'élever nos enfants comme nous l'entendons sans être jugés et critiqués. Etre tranquilles dans tous les sens du terme!
Tu feras un gros bisou de ma part à Alexandre
A bientôt Barbara :)

Anonyme a dit…

Coucou Deborah,un grand merci pour Alexandre!Il a eu la bouche encore le lendemain toute rouge et gonflée:( Je suis bien d'accord avec toi et je ne m'y attendais vraiment pas surtout de si jeunes enfants :( Alex s'est isolé dans la chambre plusieurs fois...j'ai été près de lui pour parler, et il m'a reparler plusieurs fois de la scène du toboggan en me disant que les garçons étaient comme des requins sur lui...:( et que la fille criait comme un ours et qu'il a peur et je lui ai dit que c'est normal d'avoir peur et que moi aussi j'aurai eu peur,mais que tous les enfants ne sont pas comme cela et qu'il se fera surement des amis très gentils.Et il m'a répondu que alors il lui fera plein de bisous et de câlins;)Merci pour ton soutien Déborah,et dommage que nous habitons loin l'une de l'autre car Titouan me fait beaucoup pensé à Alexandre pour ce que j'observe sur ton blog;)A très bientôt:)Barbara