samedi 10 octobre 2015

Douces violences chez le pédiatre

L'entête de l'article reprend l'oxymore d'un ouvrage bien connu dans le domaine de la petite enfance. J'ai nommé: "Vivre en crèche-Remédier aux douces violences" de Christine Schuhl.
Ici ce n'est pas en crèche que cela se passe mais chez le pédiatre! Et ces douces violences ne sont pas si "douces", vous allez voir :(...

À la naissance de Titouan je me suis mise en quête de son pédiatre officiel!
J'ai commencé avec un pédiatre qui avait l'avantage précieux d'habiter en bas de chez moi ^^. Mais, ses informations concernant l'allaitement laissent vraiment à désirer. Il m'a inquiété et culpabilisé...pour rien!
Nous avons donc cherché un autre pédiatre. Celui-ci n'est pas tout prêt mais il est très favorable à l'allaitement, me valorise et m'encourage. Parfait. Mais...il ne supporte pas que mon garçon proteste lorsqu'il l'allonge, le mesure, le pèse, lui ouvre la bouche..."Rho, il ne supporte pas la frustration ce petit!", "Vous avez un bébé tyran!!". Titouan avait 5 mois.
L'allaitement est bien en place. Je n'ai plus besoin des conseils du pédiatre à ce sujet. Je retourne voir le premier qui, bien que l'allaitement ne soit pas son point fort, peut avoir d'autres compétences non encore décelées! Ce n'est finalement pas le cas :D.
Me voilà donc à la recherche d'un autre pédiatre!! Je le trouve enfin! Il est assez loin mais il est également pédopsychiatre, il est renommé et il vient même de publier un livre! Bingo!
Sauf que nous rencontrons sa remplaçante...Et quelle chance! Elle est douce, patiente, à l'écoute! Elle dit à mon petit garçon très fâché d'avoir eu un vaccin: "Oh oui tu es en colère! Tu as le droit!".
Et puis, un jour, j'ai rencontré le pédiatre en titre...Et, vous l'avez déjà deviné, j'ai fort regretté.
Le pédiatre en question est grand et large. Il a une voix très très grave.
Il a à peine regardé Titouan. Il ne lui a pas parlé, n'a pas souri. Rien. 
Dès qu'il s'est approché de lui, mon garçon s'est mis à hurler. Il s'est blottit contre moi. Je l'ai embrassé, lui ai dit qu'il avait le droit d'avoir peur. Là, le pédiatre l'a ausculté de la tête au pied, sans un mot, sans une explication. Il l'a pris, l'a allongé, l'a relevé, a soupiré, a fait "les gros yeux", me l'a donné, a soupiré, l'a repris, a rouspété, etc. 
Puis, le pédiatre me l'a littéralement jeté dans les bras lorsqu'il en a eu fini...C'était violent.
Et moi? Et moi j'étais tétanisée! Je n'ai rien fait. Enfin, j'ai fait ce que j'ai pu. J'essayais d'expliquer à mon garçon ce qu'on lui faisait mais j'avais surtout envie de demander au pédiatre d'arrêter et de m'en aller. Mais je n'ai rien fait :(. C'est allé tellement vite... 
Titouan a beaucoup pleuré ensuite. J'ai mis des mots sur ce qu'il avait vécu. Je lui ai dit qu'il avait le droit d'avoir eu peur et d'être en colère. Je lui ai dit que, moi aussi, je ressentais cela et que, ce qui s'était passé, n'était pas normal et que nous ne verrions plus ce pédiatre. Je me suis excusée de n'avoir rien fait.
J'ai été en colère contre moi très longtemps. Même encore maintenant en fait...

Quelques semaines après cet épisode, Titouan devait faire un vaccin. Je me suis assurée par téléphone que nous aurions bien affaire à la remplaçante. Ouf, c'était le cas. C'était une nouvelle... 
Titouan a pleuré très vite là aussi. Mais la pédiatre lui a dit "Tu es en colère et tu sembles inquiet. Je comprends". Puis elle m'a proposé "Vous pouvez le faire téter pendant que je le vaccine." Puis, s'adressant à Titouan "C'est bientôt fini mon petit chat!"...Ouf, une perle rare!!

Cette rencontre avec ce "pédiatre" soulève vraiment la question de la formation de ces derniers qui vont nécessairement être amenés à rencontrer du monde! Et qui plus est des enfants! Certains sont naturellement emphatiques et d'autres...Comment peut-on être confronté à de pareils individus?! Et encore, j'ai rencontré ces pédiatres dans un cadre normal de consultation. C'est un moindre mal. Je n'étais pas à l'hôpital en train d'apprendre une affreuse nouvelle...
Maintenant, j'en suis encore très révoltée... 

Et vous, votre pédiatre?


8 commentaires:

Anonyme a dit…

Comme je te comprends j'ai moi aussi changé svt de pédiatre,et je me reconnais ds les situations que tu décris car moi aussi j'ai culpabilisé:( C'est très rare en plus de tomber sur un médecin qui s'y connais même un MINIMUM en allaitement,et pour ma part je n'ai tjs pas trouvé le pédiatre idéal :( et Alex pleure bcp chez le docteur vu nos mauvaises expériences :( je lui ai offert petit kit de docteur pour tourner cela au jeu et j'ai loué à la bibli livre petit léon chez le pédiatre etc pour qu'il soit un peu rassuré.Courage Deborah moi aussi je culpabilise encore...Barbara

altahine a dit…

Je suis très choquée de lire ton témoignage, mais pas surprise en fait... Alors que j'étais célibataire et sans enfants, mes amies dont les enfants étaient en bas-âge avaient toutes, comme toi, des anecdotes aussi démoralisantes les unes que les autres sur leurs consultations chez le pédiatre, même réputé. :/
Pour ma part, je ne me souvenais pas que mes parents aient amenés aucun de mes frère et soeurs ni moi en consultation chez le pédiatre dans notre enfance... Du coup, mes enfants étant en pleine forme et sans problème particulier, mon allaitement se déroulant plutôt bien, j'ai décidé de "ne" consulter "qu"'un généraliste.
Tant que nous sommes restés en France, jusqu'à leurs 4 mois et demi, nous avons vu mon médecin traitant qui me suit depuis mon enfance, quelqu'un de super et vraiment dans l'empathie, avec les bébés comme avec les adultes (je le savais depuis longtemps au vu de la salle d'attente kid friendly avec jouets et mobilier adaptés), et il était content de nous recevoir à chaque fois, à l'écoute, prenant son temps, rassurant. Lorsque nous sommes revenus au Bénin, j'ai décidé de continuer de la même façon et j'ai demandé à la généraliste qui m'avait soignée depuis 3 ans (qui est aussi la mère d'un élève que j'ai eu en classe lors de ma première année ici) de les suivre, elle s'est déclarée très touchée et contente, et tout se passe bien depuis. Elle est toujours chaleureuse et heureuse de nous voir, gentille avec les enfants (en fait elle les aime, ça se voit !), résultat tout s'est toujours plutôt bien passé même si les petits ont parfois eu des réticences à se faire ausculter, elle est très compréhensive et en phase (et même admirative, j'ai l'impression) avec notre manière de leur parler (la même que toi).
Donc je dirai que j'ai toujours eu la très grande chance d'avoir affaire à des médecins très empathiques, et comme je m'aperçois que c'est finalement rare, je tiens à leur rendre hommage ! En fait j'ai une vision très optimiste et positive de la médecine grâce à eux (mais les rares fois où j'ai eu affaire au milieu hospitalier, mon avis s'est... nuancé).
Du coup, je suis plus que convaincue qu'un pédiatre n'a rien d'indispensable dans la majorité des cas, et qu'un bon généraliste (cela veut dire quelqu'un qui se forme et reste informé) a largement les compétences nécessaires et suffisantes pour suivre correctement un bébé en bonne santé et dont le développement est normal et harmonieux (évidemment je ne tiendrais pas forcément le même discours si le bébé présentait des problèmes de santé particuliers) !

Géraldine a dit…

Je comprends ta colère, très légitime envers ce "professionnel". Ce genre d'attitude me révolte littéralement. Je comprends également la colère que tu as pu éprouver envers toi-même. Ayant entendu le plus grand bien de ce pedopsy/pédiatre, qui semblait une référence, une personne dont tu t'attendais même peut-être à apprendre quelque chose et dont le choix impeccable de sa remplacante permettait de penser que son professionnalisme devait être exemplaire et se colorait de valeurs partagées, il n'est pas étonnant que tu sois restée totalement sidérée par rapport au décalage avec la réalité. Cette "sidération" a pu être confortée sur le moment par le fait que ce professionnel faisait figure d'autorité dans son domaine (au sens propre et figuré) , et donc du coup (je ne sais pas si tu t'es déjà interessée à "l'analyse transactionnelle?") ceci t'a peut-être fait perdre une partie de tes moyens sur le moment en te positionnant inconsciemment dans un rapport où tu ne te sentais plus d'égal à égal avec ce praticien. Mais un peu dépassée. Et bien la prochaine fois tu n'auras plus cet effet de surprise et tu pourras changer la donne avec le nouvel intervenant si jamais son attitude n'est pas conforme à tes attentes.

Pour ma part, j'ai changé de pédiatre et je suis passée avec une généraliste qui a fait le choix de se spécialiser avec les enfants. Ma sage-femme m'avait conseillée les deux car je voulais impérativement quelqu'un de doux et de bienveillant. C'était le cas de la première mais je n'ai pas appréciée d'attendre 2 heures dans son cabinet avec plein de petits bouts malades et mon bébé de deux mois qui était encore fragile sur le plan immunitaire (comme tout enfant de cet âge). Nous avons attendu dehors dans le couloir. Comme elle était coutumière du fait (bien sûr, s'il y avait eu une raison particulière à cette attente, ça aurait était différent), j'ai trouvé que ce n'était pas pro de laisser un tout petit aussi longtemps dans une salle d'attente avec des enfants malades. Par ailleurs, elle ne m'avait pas prescrit de patch anti-douleur pour le vaccin (je ne savais pas encore qu'il y en avait..)et deux, trois petites choses du même acabit...Bref, très contente avec la généraliste qui prend le temps d'expliquer à ma fille ce qui se passe... Et je suis d'accord avec Althalyne, tant qu'il n'y a pas de pathologie particulière, je ne suis pas certaine qu'un/e spécialiste se justifie. Pour l'allaitement, (je n'ai pas allaité) il est aussi possible de se tourner vers une sage-femme (celles que j'ai rencontrées semblaient investies dans ce domaine) ou bien La leche league plutôt que le/la pédiatre.

Sinon, j'ai pu voir qu'il y avait plein de nouveaux articles ces derniers jours qui ont l'air chouette mais nous sommes en vacances et ma connexion n'est pas suffisament bonne pour en prendre vraiment connaissance dès à présent.

J'espère pour vous deux, que le prochain praticien sera le bon.
A bientôt,

Déborah Defaux a dit…

Merci à toutes pour vos gentils petits mots :)

@ Barbara: J'ai cru en effet comprendre que tu n'as pas eu une belle expérience dans ce domaine toi aussi..
Pour ma part, je suis en colère mais je ne culpabilise pas (et tu n'as pas à culpabiliser toi aussi). Je me sens en revanche responsable de ma non-réaction et je sais que cela me servira de leçon!!
Bon dimanche à toi et Alex :)

@altahine: Tu as totalement raison, un généraliste ferait très bien l'affaire je pense! Bon, la remplaçante (qui est là tous les jeudis) est vraiment très pro donc je pense continuer de la voir jusqu'aux 2 ans de Titouan. Mais par la suite ma généraliste (qui est adorable) sera parfaite!
Cela fait du bien de lire qu'il y a de bons médecins!! Bon dimanche :)

@Géraldine: Merci Géraldine! Tu as vu parfaitement juste! Je me suis en effet un peu intéressée à l'analyse transactionnelle et je crois que c'est complètement ce qui s'est passé! J'ai été choquée, sidérée et du coup j'en ai perdu mes moyens...Bon, comme tu dis, si je devais tomber de nouveau sur lui ou sur un autre du même genre, j'aurai l'effet de surprise en moins et ce sera donc plus facile pour moi de réagir! À bientôt :)

activitesmaison a dit…

Très choquant effectivement ! ... Ils sont censés être des spécialistes de l'enfance ... Moi, j'aurais envie de te dire, mais pourquoi vas-tu voir un pédiatre ? Les généralistes sont tout à fait qualifiés pour suivre un enfant ! (bon, je dis ça, je suis pas tout à fait objective, mon mari est généraliste !). Les vaccins, le suivi classique, ils maitrisent !!! Et ils sont plus formés (normalement) pour voir leurs patients comme des personnes et non comme des pathologies !!! Après, certains seront plus à l'aise avec des petits que d'autres, mais quand même ! Et je pense que mon chéri en tant que médecin sait bien s'y prendre avec les petits, il leur parle, les fait rire (des fois !) et les enfants l'aiment bien ! Bon, il a de la pratique à la maison avec nos fins loulous ! Mais c'est quand même un tout ! Pas seulement pour les enfants, un généraliste, si un patient vient le voir pour un mal de ventre, saura, en principe, creuser, écouter (ECOUTER !!!), dire les bons mots pour comprendre le réel problème de la personne alors qu'un spécialiste ne pensera que pathologie en lien avec sa spécialité. C'est pour ça que c'est bien de toujours commencer par le généraliste au lieu de filer direct chez le spécialiste ! bon, je prêche pour ma paroisse ! ;)
Tout ça pour dire que je comprends toute la colère que tu as ressenti devant cette attitude déplorable. Bisou à Titouan !

Déborah Defaux a dit…

Merci Anne-Cécile :) Je suis maintenant bien d'accord avec toi!
Je n'ai rencontré que deux pédiatres (des femmes) dignes de ce nom!
Si Titouan n'est pas malade d'ici ses deux ans, nous irons voir ma généraliste qui est vraiment adorable (mais qui était en congé maternité toute la première année de Titouan ;))! En attendant la remplaçante du jeudi est top :).
Merci encore :)

Emilie Oum Kalthoum a dit…

Choquée aussi mais finalement pas si étonnée malheureusement...
Moi aussi je me "contente" de ma généraliste, et je la vois de toute façon le moins possible, si vraiment grosse maladie (pas besoin de savoir combien pèsent/mesurent mes enfants ^^).
J'ai eu tellement de déboires avec les professionnels de santé (je suis tombée que sur les pourris ?! lol) que moins je les vois et mieux je me porte !
Et en ce qui concerne l'allaitement, je dirais que 80% des médecins n'y connaissent pas grand chose : je fais mille fois plus confiance à LLL (La Leche League) !

Déborah Defaux a dit…

Bonsoir Emilie,

oui je recommande aussi la LLL en cas de problème avec son allaitement ou simplement pour discuter à ce sujet :). Maintenant, dans mon cas, tous les spécialistes de la santé (à l'exception du premier pédiatre rencontré) m'ont très bien accompagnés, soutenus et encouragés :).