samedi 17 octobre 2015

Allaitement: un peu, beaucoup, passionnément!

Aujourd'hui, en cette semaine mondiale de l'allaitement maternel, je vous parle de notre expérience à ce sujet!
Avant de commencer je voulais bien entendu préciser que je n'étais ni pour, ni contre l'allaitement. Bien sûr il y a de précieux avantages à allaiter mais cela reste juste un choix comme un autre et je trouve bien plus sain pour tout le monde un bon biberon donné avec amour et tendresse, qu'un sein donné à contre coeur. Ceci étant dit, nous pouvons commencer ;-).

Avant de devenir maman:
Je n'ai pas été allaité et, autour de moi, je connaissais très peu de monde ayant allaité. Et encore moins "longtemps".
Toutefois, j'ai eu la chance de rencontrer trois enfants de plus de deux ans étant toujours allaités. C'étaient trois enfants épanouis, confiants, autonomes :).
Avant d'être enceinte, je savais que je souhaitais allaiter mais je me réservais aussi le droit de changer d'avis.
Pendant ma grossesse, j'ai lu "L'art de l'allaitement maternel" de La Leche League et à la fin du livre, je connaissais déjà pas mal de choses sur le sujet. Je me sentais prête et parée à vivre les pics de croissance ;-)! (Et fort heureusement car il y en a eu pas mal chez nous!).

Les premiers jours d'allaitement:
Lorsque Titouan est né, il est venu tout naturellement trouver mon sein et a tété...C'était simple et facile.
Mais, cela s'est compliqué un peu. Il ne parvenait plus à téter comme à son premier jour!
J'avais mal. Les tétées n'étaient vraiment pas des moments agréables...Je souhaitais alors arrêter l'allaitement. Mais, le personnel de la maternité m'a encouragé à continuer (ce que je n'ai pas apprécié dans un sens). J'ai persévéré et une auxiliaire m'a enfin parlé de ce que l'on nomme joliment un bout de sein en silicone. Et là ce fut magique! Titouan tétait parfaitement bien et je ne souffrais plus du tout!! Nous pouvions rentrer sereinement à la maison :).
Il a beaucoup tété les premières semaines. Il a eu tous les "pics de croissance" dont les spécialistes parlent!
Vers quatre mois (ou un peu avant), Titouan a décidé qu'il n'y avait plus besoin de ce truc en silicone et l'allaitement s'est poursuivi tout naturellement.
J'ai allaité à la demande, sans me soucier de l'heure de la dernière tétée. Et lorsque l'on me posait la question: "Et sa prochaine tétée, c'est quand?", je répondais "Heu...lorsqu'il en aura envie!!".
Je l'allaitais pour le nourrir bien sûr...mais pas que! Et je crois d'ailleurs que si on allaite son bébé dans le seul but de le nourrir, on arrête d'allaiter plutôt rapidement ;).
Je l'allaitais (et l'allaite) principalement pour ce lien si particulier qui se crée.

Et maintenant:
Aujourd'hui, Titouan est toujours allaité à la demande et il a très bien compris le principe! Mais à son âge, ses besoins sont différents de quand il était tout bébé. Il tète pour se nourrir bien sûr mais aussi pour faire un câlin. Il adore téter quand je lui raconte une histoire par exemple. Et, il aime s'endormir au sein :).

Par contre, j'ai essayé de faire en sorte que l'allaitement ne soit pas un refuge à émotions ou une sorte d'automatisme de contrôle. Autrefois, lorsqu'il se faisait mal par exemple il avait tendance à chercher à téter. Depuis qu'il a six ou sept mois, je préfère en premier lieu mettre des mots sur ses émotions, le soigner, le câliner, lui dire qu'il peut pleurer, etc. Et, au besoin, le faire téter :).
Il ne cherche pas du tout à téter lorsqu'il est en colère ou lorsqu'il a peur. Il crie, signe, pleure.

Les jugements, les regards:
L'allaitement est l'un des sujets qui posent vraiment le plus soucis autour de moi.
Il semblerait que l'on s'imagine que si vous allaitez votre bébé trois mois vous êtes une très bonne maman, si vous allaitez six mois vous êtes une super maman, si vous allaitez au-delà...c'est louche!
Quel dommage! Quel manque d'informations!
Passés les six mois de mon bébé, j'ai eu droit à pas mal de réflexions: "Il va falloir commencer à arrêter d'allaiter" m'a dit une puéricultrice de la PMI alors que Titouan avait tout juste 7 mois...
"Quoi? Tu l'allaites encore??", "Mais tu comptes l'allaiter jusqu'à quand?", "Il va te mordre avec ses dents!".
Pourtant l'OMS recommande l'allaitement au sein exclusif pendant les six premiers mois suivant la naissance, et en complément d'aliments solides de six mois à deux ans, voire plus. Et, toujours selon l'OMS, l'allaitement exclusif couvre entièrement les besoins d'un enfant jusqu'à ses un an! Entièrement, oui! Il n'y a donc aucunes raisons médicales de donner autre chose à manger que son lait à un petit enfant de moins d'un an! Mais nous le faisons pour qu'il puisse découvrir de nouvelles textures et saveurs :).
Les professionnels de santé m'ont souvent soutenu et encouragé. Encore maintenant d'ailleurs.

Je suis de nature pudique mais j'ai appris à l'être moins, notamment avec l'allaitement. Maintenant, j'ai pu remarquer que cela avait tendance à gêner mon entourage. Du coup, par respect pour leur sensibilité, je me retrouve donc à me cacher pour donner le sein à mon garçon. C'est loin d'être agréable ^^. J'ai même parfois l'impression de faire quelque chose de mal...Là encore, quel dommage!!
Cela ne choque personne qu'un enfant de trois ans boive un bol de lait pourtant!!

Des contraintes?
L'allaitement c'est beaucoup de bonheur. Pour le petit (ou grand) enfant comme pour la maman.
Pourtant, certains y voient surtout des contraintes. La pire pour certains? Ne plus boire d'alcool...Heureusement j'avais d'autres bonheurs que celui de boire ;)!!
Par ailleurs, parfois, Titouan a envie de téter alors que je suis occupée (en train de manger par exemple) et oui, il m'arrive de devoir quelquefois arrêter ce que je fais. Cela ne me dérange généralement pas. Et si cela me gêne, je lui dis! Et, parce qu'il grandit et qu'il prend de plus en plus conscience que moi aussi j'ai des besoins, je diffère tout simplement ce moment. Car, vous vous en doutez, à son âge, lorsqu'il veut téter c'est plus un besoin de câlin que parce qu'il a vraiment faim. Je le prends dans mes bras, sur mes genoux et je lui explique la situation. Son papa est aussi d'une aide précieuse dans ces moments là.

Et le papa?
D'ailleurs, à ce propos, son papa est tout à fait en phase avec le fait que j'allaite toujours notre bambin. Il a toujours participé, à sa façon, à ces moments. Au tout début, il veillait à ce je sois bien installée par exemple. Il caressait les pieds de son bébé, etc.
Et, j'entends beaucoup de parents qui disent que l'allaitement empêche au papa de s'occuper de son enfant. "Il faut que la maman tire son lait parce qu'ainsi le père peut lui aussi donner à manger". Je comprends. Maintenant, il y a tellement de façon de prendre soin d'un bébé: lui parler, lui donner son bain, lui changer la couche, lui faire un massage, lui jouer d'un instrument, chanter, le porter en écharpe, dormir avec lui, etc. Mon allaitement n'a jamais empêché Titouan et son papa d'être très proches! Ils sont même hyper complices :).

Allaiter longtemps...oui mais jusqu'à quand?
Jusqu'à quand allaiter mon enfant? Je n'ai pas vraiment d'âge limite. Je me suis toujours dit que je suivrai mon instinct et les besoins de mon enfant. Idéalement, j'aimerai aller jusqu'au sevrage naturel, quoi que j'ai un peu de mal, aujourd'hui, à m'imaginer l'allaiter au-delà de ses trois ans...mais qui sait??

Je cite enfin la LLL en ce qui concerne l'allaitement au-delà de 3 ans justement:
"Même parmi les mères allaitantes, l’idée d’un allaitement très long fait débat. À quel âge « long » devient-il « trop long » ? 
Les anthropologues vous diront que, sur un plan biologique, les petits humains sont programmés pour pouvoir téter jusqu’à environ 7 ans, âge auquel les premières dents, qu’on appelle justement les dents « de lait », sont remplacées par les dents définitives. La recherche montre également que les enfants ont besoin de sucer, que ce soit le sein, leur pouce ou une sucette artificielle, pour s’apaiser, et que ce besoin ne disparaît pas avant un moment qui se situe, selon les enfants, entre 3 et 7 ans. Et les anciennes générations, en particulier celles qui vivaient dans les zones rurales, peuvent raconter des histoires d’enfants de 5, 6 et 7 ans toujours allaités.
Même s’il est vrai que le lait maternel se modifie naturellement pour s’adapter aux besoins de l’enfant, à ces âges, l’alimentation repose essentiellement sur les aliments solides, et le fait d’allaiter encore est plus de l’ordre de la relation mère/enfant. C’est une des façons que choisissent certaines mères pour combler les besoins émotionnels de leur enfant et renforcer le lien d’attachement."

Je ne sais donc pas jusqu'à quand je vais allaiter Titouan. C'est sans doute lui qui me fera savoir quand il sera prêt à passer à autre chose. Ou peut-être que cela ne me conviendra plus. Ou peut-être qu'un autre enfant sera là et que cela changera les choses. Ou peut-être...
En attendant, nous profitons tous les deux de ces moments privilégiés, de ces moments rien qu'à nous parce que nous savons bien qu'un jour, il y aura une fin.

Pour prolonger la réflexion, je vous invite à lire cet article et celui-ci :).

Et vous, quelle est votre expérience avec l'allaitement? Avez-vous souhaité allaiter? Avez-vous pu le faire? Avez-vous, au contraire, préféré ne pas allaiter?

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Deborah,quel bel article,j'allaite toujours Alexandre qui a 2ans et demie et je compte continuer jusqu'au sevrage naturel même si tout le monde me regarde malheureusement d'un drôle d'oeil;) Ma grand mère de 96ans me dit qu'il faudrait maintenant penser à arrêter et lui donner du lait de vache:) mais bon elle ne le dit pas méchamment c'est parce qu'elle pense que allaiter autant de temps doit m'épuiser et que je doit être carencée:)Par contre elle me soutient pour l'école à la maison:)Pour ce qui est des belles soeurs etc toutes me trouvent carrément bizarre,les médecins ne m'encouragent pas du tout pourtant vu la santé d'Alex ils admettent que cela à aider pour l'immunité(pour son asthme etc )donc à ne rien y comprendre...Seule ma maman trouve cela magnifique et le papa d'Alex me défend bien souvent face aux moqueries car il y en a(ex ma belle fille).Pour ma part je profite comme tu dis car je sais que cela ne durera pas toujours,j'allaite avec plaisir mon petit bout de chou et je laisse parler les gens ignorants(c'est triste à notre époque).J'ai eu très facile pour l'allaiter à la naissance,je n'ai jamais eu mal,et vu que Alex dort avec nous je pouvais allaiter couchée et me rendormir vite(mes nuits l'en remerciait haha).Alex s'endort tjs au sein,et comme tu as décris c'est souvent aussi quand il pleure etc et qu'il a besoin de réconfort.Espérons que ce genre d'article aidera à changer les mentalités...TOLERANCE .Barbara. P.S Photo MAGNIFIQUE

Déborah Defaux a dit…

Oh merci beaucoup Barbara pour tous ces jolis mots :)!
Chez nous le cododo aussi a facilité l'allaitement c'est sûr!
Je te souhaite à toi et Alexandre de continuer la belle aventure de l'allaitement aussi longtemps que cela vous conviendra à tous les deux :).
Bon week-end :)

Amélie a dit…

Ton article est bien complet et relate bien votre histoire!
Le coup de "mais il va pas te mordre? " j'ai du te le demander car j'ai deux copines qui ont arrêté à cause des morsures :-)
Pour les mamans qui allaitent et qui passent par ici, si vos copines vous posent des questions qui peuvent paraître bizarres, pas d'inquiétude la plupart du temps c'est juste pour se renseigner et par curiosité bienveillante! :-) et pas du tout dans une optique de jugement

Déborah Defaux a dit…

Coucou Amélie!
Oui tu avais dû me poser la question sans doute ;).
Mais bon de ta part bien sûr que c'est bienveillant Amélie!! Je ne me fais pas de soucis là-dessus :).
Mais si tu savais le nombre de fois où il y a des réflexions pas très bienveillantes à ce sujet!!
Bises :)

altahine a dit…

Ta petite mise au point en introduction est des plus judicieuses.
Pour ma part j'ai allaité pendant 5 mois et demi avec bonheur, très facilement pour Solal, de façon moins facile pour Louna qui me faisait souvent mal en tétant, mais j'étais tellement convaincue de tous les bienfaits de l'allaitement pour nous 3 que cela a toujours été on ne peut plus naturel pour moi. Néanmoins, j'ai allaité "partiellement" (mix sein/biberon), non par manque d'information (j'avais pas mal lu en amont pour me mettre au courant) ni de lait (j'en avais beaucoup, j'ai même frôlé 2 ou 3 fois l'engorgement) mais parce qu'à la mater, on m'avait vite poussée vers cette solution (sous prétexte d'une perte de poids des bébés les premiers jours, somme toute très normale), et ce que j'ai accepté la mort dans l'âme au début s'est révélé une bonne solution pour moi car j'aurais mal supporté (moralement et physiquement car j'étais quand même très épuisée, après l'accouchement que je t'ai raconté et des journées et nuits deux fois plus entrecoupées, forcément) de passer la totalité de mes journées (et nuits) uniquement à allaiter mes bébés (ça aurait vraiment été le cas si j'avais dû respecter leurs 2 rythmes, on a tenu des cahiers de vie quot' pendant un an et en les confrontant, le marathon de nos journées saute aux yeux ^^).
Quand j'ai arrêté début août 2014 (et par contre je n'ai pas été très bien accompagnée lors du sevrage, ça a été un peu abrupt), j'ai eu un gros pincement au cœur c'est vrai, mais je ne me voyais pas reprendre le travail en continuant d'allaiter (j'ai eu la chance d'être en congé de février jusqu'à la rentrée scolaire de septembre en raison de la durée du congé pour une naissance gémellaire): je suis sûre que n'aurais pas su m'organiser (et la reprise a déjà été assez difficile sans ça, moralement et pour retrouver de la disponibilité pour travailler). Solal et Louna étant déjà habitués à prendre le biberon, ils n'ont pas du tout été traumatisés.
Ce que tu dis pour le papa est tout aussi valable pour une maman : il y a tant de façons de prendre soin et de créer de l'attachement avec ses bébés, que très vite ces tendres moments se sont traduits autrement.
A très vite.

Déborah Defaux a dit…

Bonjour Nathalie :)

Quelle chouette expérience pour vous trois :). Effectivement cela a dû être beaucoup de plaisir mais j'imagine en effet combien cela a été fatiguant. Moi-même j'ai eu des périodes d'extrême fatigue lorsque Titouan tétait quasiment TOUTE la journée!
Je me doute aussi que cela n'a pas été facile de reprendre le travail. Maintenant, allaiter des jumeaux et qui plus est, presque six mois...chapeau!!
Merci pour ce partage :)

Bon lundi et à très bientôt :)