samedi 20 juin 2015

"Mon enfant ne mange pas..."

Titouan est un enfant qui aurait tendance a avoir un petit appétit. Mais pas toujours ^^.
Contrairement a de nombreuses personnes, cela ne me perturbe pas plus que cela. Je sais très bien qu'il mange à sa faim et qu'il va bien. Il est tonique, éveillé et musclé. Je n'ai vraiment pas de quoi m'inquiéter.
Et puis, je dois bien l'avouer, étant donné qu'il est toujours allaité à la demande (et qu'il a trèèès bien compris le principe!), je sais qu'il a pas mal d'apports nutritifs.
Oui mais voilà, tout le monde ne l'entend pas de cette oreille! L'entourage peut s'inquiéter facilement:
"Mais qu'est-ce que tu as mon chéri, pourquoi tu ne manges pas?", s'inquiète sa mamie,
"Mais il ne mange rien! Il faut qu'il mange!", rajoute (encore!) sa mamie!.
Bref, des petites phrases qui pourraient mettre la pression à notre enfant et le faire manger...encore moins! 

Isabelle Filliozat explique et rassure: "Pour relativiser et déstresser, au parent de monter sur la balance! Ça y est, vous avez votre poids? Considérant le contenu de votre assiette au regard de ce poids, si vous appliquez ce même rapport pois/quantité à l'assiette de votre petitou, vous pourrez probablement diviser par quatre ses portions! À moins d'un stress important, ou d'une relation très conflictuelle avec vous, votre enfant se nourrit de ce dont son corps a besoin.
Elle ne veut RIEN manger? Il se peut que cela n'ait rien à voir avec la nourriture. Là encore, il se peut que le processus (la manière) soit plus important que le contenu (la nourriture). Ce n'est peut-être pas le contenu de l'assiette que l'enfant refuse, mais la manière dont elle lui est servie...".

Il en va de même lorsque votre enfant joue avec la nourriture. En réalité, quand il n'a plus faim, il se dit que ce qu'il y a dans son assiette est fait pour jouer. En effet, il ne sait pas faire la différence entre ce qu'on lui donne pour jouer et ce qu'on lui donne pour manger.

Enfin, cela fait plusieurs semaines que Titouan mange seul, tout son repas. Il refuse catégoriquement que nous l'aidions ;-).

Si votre tout petit a tendance à être plutôt comme le mien, c'est-à-dire "petit mangeur en pleine forme!", il n'y a vraiment pas lieu de s'inquiéter ou d'y voir un quelconque problème psy ou autre!
Préparer lui simplement des quantités plus petites qu'à l'accoutumé. Cela évitera de le décourager et vous donnera un autre aperçu de la situation.
Et bien entendu, le chantage ou "forcing" est inutile, voire nuisible. 
Votre enfant n'a plus faim? On débarrasse voilà tout!
Il ne voulait plus de steak mais demande son yaourt? Eh bien, il n'avait pas envie de manger de viande...mais a encore une petite faim. 
À noter que lors de certains repas, votre enfant aura plus faim que d'autres...tout comme c'est le cas pour nous!
Il peut également être intéressant de ne pas trop commenter son repas, et si cela se produit, de le faire objectivement. Par exemple, plutôt que de dire "Tu n'as rien mangé ce midi", dire "Tu as mangé quelques haricots verts et un yaourt". Oui, parce que "Rien de rien" c'est tout de même rare, non?
Enfin, contrairement au titre du billet (qui, vous l'aurez compris, est volontaire), il me semble important de ne pas mettre d'étiquette à son enfant (sur ce sujet ou un autre) et de dire plutôt "il aurait tendance à...", "il n'a pas très faim ce déjeuner", etc. En effet, notre enfant risquerait de s'y enfermer.

Si le thème du repas vous intéresse, je vous redirige vers un précédent billet: Premiers repas.

Et chez vous, comment se passent les repas de ce côté là?


Très bon week-end :-)!

3 commentaires:

Hellvis a dit…

Moi aussi j'ai des petits mangeurs à la maison. Mais ça ne se voit que dans leurs assiettes, leur pêche et leur morphologie (certes longiligne mais dans les normes) ne laissent rien paraître.
Et comme chez toi, l'allaitement à la demande leur permet d'équilibrer eux mêmes leurs apports, en réclamant plus à un moment précis de la journée. Je trouve que l'allaitement à la demande est un vrai atout pour eux car ils se régulent seuls et font confiance à leurs ressentis, impressions de faim/satiété et non à des horaires particuliers, pas toujours physiologiques....
Merci pour cet article. Je m'y retrouve complètement.

altahine a dit…

Chez nous on a un solide mangeur et une mangeuse plus modeste, mais ça dépend des moments... parfois ils nous surprennent, dans un sens comme dans l'autre.
En fait je suis bien d'accord avec toi, tant que les enfants sont en forme et dans les courbes, et que les apports son équilibrés sur la semaine, il n'y a vraiment pas de quoi dramatiser, et si c'est fini plus vite à un repas, eh bien il mangera mieux au repas suivant !
Mais ça appelle à remettre en cause le schéma suivant lequel noter génération a été nourrie (en tous cas chez moi): le "finis d'abord ta viande / ton plat si tu veux ton dessert / d'abord ta purée si tu veux ton biberon" est plutôt contre-productif je pense. Depuis quelques temps Solal préfère finir sa purée après son biberon, et je ne considère pas cela plus comme un caprice que de commencer (arbitrairement, finalement) son repas par tel aliment.
Combien d'adultes, d'ailleurs, s'ils observaient réellement et honnêtement leur propre comportement alimentaire, pourraient se vanter de respecter la discipline qu'ils aimeraient voir observer aux enfants ? Pas moi en tous cas... ce qui ne m'empêche pas d'essayer de tendre à ce qui me semble le mieux pour mes bambins, mais en essayant aussi de ne pas en faire tout un... plat ! ^^
Bon dimanche ! et bonne fête des pères en famille. :)

Déborah Defaux a dit…

@ Hellvis: L'allaitement à la demande a en effet quelque chose de non seulement très sain et naturel mais aussi très rassurant, je trouve aussi!
Merci à toi pour ta visite et ton retour d'expérience! Bienvenue ici :)

@ altahine: Nous sommes bien d'accord :-)! Soyons zen et "décomplexé"de ce côté là et tout ira bien!!
Bonne fête des pères en famille chez vous également! À bientôt :-)