samedi 9 mai 2015

Les émotions du tout-petit

Il existe de nombreux ouvrages et articles autour du sujet des émotions de l'enfant. Et le livre "Au coeur des émotions de l'enfant" d'Isabelle Filliozat a été une formidable lecture. Tout y est clair, juste et précis. C'est un ouvrage de référence qu'il fait bon lire et relire :-).
Il est en de même avec le titre "J'ai tout essayé" qui s'adresse aux parents d'enfants âgés de 12 mois à 5 ans et dont j'ai commencé à vous parler ici.
Maintenant, j'ai finalement trouvé peu d'outils pour aider le bébé à gérer ses émotions. En effet, de nombreux conseils concernent surtout l'enfant qui maîtrise déjà, au moins un peu, le langage. Ce n'est pas le cas de mon petit de 14 mois et par conséquent, j'essaie d'adapter au mieux ce que je connais sur le sujet.

Lorsque notre tout petit d'un an entre en crise de rage, se met à pleurer et à se jeter la tête en arrière c'est un peu déconcertant au début (et même après!).
Certains bébés ne le feront que plus tard, voire jamais.
Quelquefois, Titouan manifeste son mécontentement en pleurant, tapant et se laisse même parfois tomber...
Il n'est pas rare, aussi, que, lorsqu'il se fait mal, il se mette ensuite en colère.
J'évite tout jugement ou commentaire. En effet, je pourrais être tentée (de part mon histoire et mon éducation) à dire quelque chose comme: "Tu t'es emporté. Mais regarde en fait ceci ou cela...". Non, quand mon enfant est en colère, il n'est absolument pas prêt à entendre quoi que ce soit de ce genre! Et je le comprends parfaitement!
J'accueille alors son émotion, je la nomme, je décris la situation: "Tu t'es cogné. Tu as eu mal. Ça te met en colère.", "Tu es en colère.", "Tu as le droit de pleurer.", "Oui, ça fait mal de se cogner." "Je comprends que ce soit frustrant, tu voudrais ceci", etc.
Je le prends dans mes bras tout en mettant des mots sur la ou les émotions qui l'animent. Je n'en n'ai pas peur. Je suis dans l'empathie. Toutes les colères, toutes les émotions, sont légitimes. Il ne s'agit donc pas de les stopper mais de les accompagner.
Lorsque Titouan se débat, je le prends fermement dans mes bras pour ne pas qu'il se fasse mal et je l'embrasse, le cajole. Ces crises ne durent, fort heureusement, que quelques toutes petites micro-secondes ;-)!

Il existe différents outils pour aider les enfants plus âgés à gérer leurs émotions.
Pour un enfant de l'âge de Titouan, j'utilise le souffle. Je lui propose régulièrement de souffler lorsque je sens que "ça monte". Et je souffle avec lui ;-). Cela nous fait beaucoup de bien à tous les deux!
Les albums "Aujourd'hui je suis..." (dont je vous parlais ici), "Beaucoup de beaux bébés" ou encore "Ça va mieux!" sont très sympas pour aborder le sujet. Le dernier album permet au tout petit de comprendre que les sensations désagréables (faim, fatigue, douleur, etc.) ne durent pas et ont une solution. Et il y a plein d'autres livres sur le thème mais que nous n'avons pas encore testé ;-)!
Ce qui nous aide beaucoup aussi c'est de signer les émotions ou les sensations. À ce propos, j'ai échangé avec une formatrice "Signe avec moi" qui m'a conseillé de signer "bobo" et non "avoir mal". Elle trouvait ce dernier signe bien trop compliqué et en effet Titouan a signé "Bobo" à la minute où je lui ai montré... Il lui arrive aussi de signer "Peur". Il peut ainsi mieux identifier ce qu'il ressent et cela contribue certainement à l'apaiser.
J'espère ainsi aider mon garçon à vivre avec ses émotions et l'aider alors à développer son intelligence émotionnelle.

Parfois, nous ne comprenons pas toujours ce qui ne va pas, nous n'arrivons pas à "décoder". Et, en fait, je pense que cela n'a aucune importance. On ne pourra jamais tout comprendre de nos enfants car nous ne sommes pas à leur place et certaines choses n'appartiennent qu'à eux. Alors, plus que d'essayer de savoir "pourquoi et comment", je m'attache plus à accueillir l'émotion sans chercher à véritablement, toujours comprendre. Je suis là pour mon garçon. Il peut compter sur moi et peut importe si certaines choses m'échappent.


2 commentaires:

altahine a dit…

Très bel article (et très belle photo de Titouan).
Je suis très proche de ta façon de faire, et la lecture d' "Au cœur des émotions de l'enfant" m'inspire aussi beaucoup même si je ne suis pas fan à 100%. Et du coup c'est vrai que les émotions désagréables se règlent assez vite en les gérant comme ça.
Je note l'astuce pour "bobo" (qu'ils comprennent que parfois ils me font mal en jouant). ;-)
En ce moment (depuis environ 2 semaines, suite à une peur causée par un bruit de perceuse dans la maison où je l'ai peut-être maladroitement "sur-"rassuré), Solal nous dit assez souvent " a peu'(r)", même pour des bruits très familiers comme le chant des oiseaux ! Mais sans nier son émotion, nous essayons de rectifier en lui faisant reconnaître ce qu'il entend et ça va de mieux en mieux.
Ils sont très sensibles aux émotions d'autrui (cris, pleurs) et signent "pleurer" lorsqu'ils entendent l'autre pleurer (Louna a même signé "triste" une fois). Ils signet aussi "colère" quand nous rencontrons le mot dans une histoire(pour le rhinocéros d'A la sieste ^^). Pour rire, ça pas de problème, c'est leur quotidien !

Déborah Defaux a dit…

C'est génial que tes enfants signent déjà autant d'émotions! La LSF c'est un outil vraiment formidable!

C'est drôle, Titouan aussi a dit "peu" pour "peur" ;-)

Et tu as raison de le préciser à la fin de ton commentaire, la joie et les rires prennent beaucoup beaucoup de place ici aussi ;-)!

À bientôt :-)