dimanche 30 novembre 2014

"Et il fait ses nuits?"

Il y a cette question que les gens posent souvent aux parents d'un jeune bébé: "Et il fait ses nuits?". Personnellement c'est une question que je n'ai jamais posé! Même sur mon lieu de travail! Et pourtant, des enfants de plus de deux ans qui ne font toujours pas leur nuit est loin d'être exceptionnel!
Eh bien à cette question qui a l'air de passionner autant, je réponds: "Non! Non, Titouan ne fait pas encore ses nuits!". Et alors là, très souvent, mon interlocuteur prend peur. Au début cela me dérangeait et maintenant cela me fait sourire (jaune parfois...) ;-). Bien sûr certaines personnes sont bienveillantes dans leur réaction mais celles-là sont rares. Majoritairement il y a des jugements sous-jacents, des "ils ne savent pas comment faire", des "c'est parce qu'elle l'allaite",  des "ça c'est la faute du cododo", etc.
À la question "Et il fait ses nuits?", je devrais répondre "Oui", histoire d'être tranquille...oui mais j'ai un côté très honnête! D'ailleurs, pour être honnête, nous vivons très bien cette situation! Titouan est un bébé souriant, curieux, sociable, confiant et tendre. Il sait exprimer ses besoins et ses émotions. Bref, il va bien!!! Tout comme certains qui font leur nuit!
Et au final, Titouan dort pas loin de seize heures par jour...ce qui est plutôt beaucoup! Certes, il se réveille cinq ou six fois la nuit (si ce n'est plus) mais étant donné qu'il se rendort dès qu'il a retrouvé mon sein (souvent en moins de deux minutes)...ça va :-). 
Maintenant, il lui arrive d'avoir des insomnies notamment lors de poussées dentaires ou encore lorsque son papa rentre très tard du travail. Et là c'est dur!!! Heureusement cela reste très très exceptionnel :-). 
Et avec ça nous ne sommes finalement pas plus fatigués qu'un autre parent. En réalité cela est un problème...pour les autres!!!
D'ailleurs, la situation serait plus facile à vivre s'il n'y avait pas ce regard des gens. Et ce n'est pas toujours évident d'arriver à s'en défaire et d'essayer de ne pas y prêter attention...J'y travaille ;-).

Pour nous, cela ne porte pas que sur le sommeil mais aussi sur le choix de ne pas avoir de poussette, le fait de proposer un lit au sol à Titouan, le fait de pratiquer le cododo, le fait de l'allaiter encore à 9 mois (et a priori c'est plutôt parti pour continuer un bout de temps en plus;-)), etc.
Vous voulez des anecdotes??:
- Une dame rencontrée dans la rue et qui promène son petit-fils (enfin visiblement) et qui me dit: "Je vous trouve bien courageuse...ça ne m'a pas l'air pratique votre truc! (en parlant de l'écharpe)". Et moi qui ne répond rien et sourit poliment...Mais qui, lorsque je me retrouve à aider une maman avec sa poussette (alors que je porte Titouan dans l'écharpe) et bien je me dis que mon choix est très intéressant! Et précisons que ce choix est le bon pour nous mais qu'il n'a aucune vocation universelle! C'est un choix qui correspond à notre famille, à notre style de vie d'aujourd'hui. Et ce ne serait peut-être plus le bon si nous avions un deuxième enfant un jour :-).

- Une personne qui me demande, un peu inquiète, jusqu'à quand je vais allaiter Titouan (à l'époque âgé de 7 mois). Demanderez-t-on à un parent jusqu'à quand il proposera un biberon de lait à son enfant?!

- Et puis, juste pour la bonne blague...Nous avons reçu de la famille que nous n'avions pas vu depuis trèès longtemps et l'une des personnes a remarqué que nous n'avions pas de télévision. Elle m'a alors demandé: "Mais comment tu fais pour lui mettre des dessins animés?". ^^

Si ma voisine a choisi de ne pas allaiter son bébé, si ma belle-soeur a opté pour le lit à barreaux pour sa fille, si ma copine met son fils quelques minutes devant la télé...où est le problème si cela est fait avec bienveillance, respect et amour??
Lorsque nos choix éducatifs divergent et que nous pensons avoir la solution pour les autres, posons nous cette question: cet enfant est-il heureux? Ses besoins sont-ils satisfaits? Est-il en bonne santé? Ses parents aussi? Si la réponse à tout cela est oui, alors abstenons-nous de critiquer et de conseiller sans y avoir été invité :-).

Je suis sûre que chez vous aussi il y a eu des remarques ou des questions qui vous ont blessées ou agacées, non? Racontez-moi :-)!

Une belle et libre soirée à vous tous ;-)

5 commentaires:

Carole a dit…

Très bon post! Chacun fait comme il veut du moment que tout le monde est heureux. Vous avez raison de faire comme vous voulez et de pas écouter les autres. Moi aussi dans le metro on m'a dit que ma fille n'était pas assez couverte, que je devais bercer ma fille alors que nous l'écoutons pleurer dans nos bras... On est de jeunes parents certes mais il n'y a que nous qui savons ce qui est bien pour notre enfants.
Bonne soirée

Amélie C a dit…

Bien dit Déborah ! Chacun fait ce qu'il sent pour ses enfants, à partir du moment où l'on pense que c'est le mieux pour eux ! Les enfants, comme le mariage ou le couple, de toutes façons, chacun a son idée sur ce qui est le mieux, et même si la plupart du temps cela part d'une bonne intention, c'est juste fatigant !

Alice a dit…

Bonjour Déborah !

De mon côté aussi on me pose tout le temps la question, et on accuse très vite l'absence de poussette, l'allaitement etc... je ne vois pas le rapport !

La seule que je comprends lorsqu'elle fait ce genre de commentaires, c'est ma belle mère, elle adore sa petite fille, moi beaucoup moins. Du coup, le fait que je l'allaite, que je n'ai eu de poussette que très récemment, l'empêche de me dire qu'elle la prend et qu'elle me la rendra la semaine prochaine "pour que je me repose"... d'une certaine manière je trouve ça mignon.

Je suis arrivée à la poussette parce que certains jours mon corps craque et que je n'arrive pas à la porter (le manque de sommeil, ses presque neuf kilos et la chaleur de l'été, je ne suis pas à l'aise avec, mais sinon je restais coincée à la maison...).

Je dois reconnaitre qu'il y a une part assez éprouvante physiquement lorsque l'on allaite "longtemps", que l'on porte... le septième mois de ma fille a été très dur pour moi, j'ai acheté une poussette, envisagé de la sevrer à contre coeur... J'ai ralenti mon rythme, me suis obligée à dormir vraiment plus tôt, à me coucher lorsqu'elle fait la sieste (c'est un luxe absolu de pouvoir le faire !) et ça va un peu mieux.

Mais vraiment, je ne jette pas la pierre à celle qui renoncent, ou n'ont tout bonnement pas envie de le faire. On est pas nombreuses à rester aimable lorsqu'on est fatiguées et des mamans détendues et souriantes c'est quand même mieux pour les petits bouts !

Déborah Defaux a dit…

Bonjour Alice et merci pour ton commentaire!

Prendre soin de soi et écouter aussi ses propres besoins, c'est essentiel pour être le plus disponible auprès de son enfant ensuite!
On ne devrait effectivement pas se sentir obligée de quoi que ce soit et il n'y aucun soucis non plus si l'on décide de revenir sur une décision prise en amont. S'écouter et s'adapter à son bébé c'est capital!
Je te rejoins complètement: "des mamans détendues et souriantes c'est quand même mieux pour les petits bouts!"

À bientôt :)

Alice a dit…

PS : aujourd'hui quand on me demande si ma fille dort la nuit je réponds "comme un bébé", les parents sourient, et les autres partent rassurés !