samedi 28 juin 2014

"Enfantines"

Aujourd'hui je viens vous parler du livre Enfantines tendrement illustré par Philippe Dumas.


J'ai lu ce recueil pour la première fois lors de ma formation au métier d'éducateur de jeunes enfants et j'ai apprécié découvrir ces anciennes comptines et ces divers jeux de doigts.
Ces derniers font appel à une motricité de plus en plus complexe qui ouvre la voie à de vrais jeux d'adresse. Ce sont là de premières histoires, avec parfois, une volonté éducative.
On peut les proposer à un jeune bébé. Il s'en amusera bien vite.


Les enfants de mes différentes classes de maternelle Montessori les ont également appréciés et ont particulièrement aimé ces deux jeux de doigts:

Toc, toc, toc, Pouce:
Toc, toc, toc, Pouce,
es-tu là?
- Chut! Je dors.
Toc, toc, toc, Pouce,
es-tu là?
- Voilà, je sors!

Le pouce est caché dans votre poing. L'autre poing frappe dessus au moment du "Toc, toc, toc". L'index est posé sur vos lèvres lors du "Chut!". Faites sortir le pouce à la fin.

Voici une ruche:
Voici une ruche.
Mais les abeilles,
où sont-elles?
Elles sont cachées au fond 
de la ruche!
Et elles vont sortir
une à une:
une, deux, trois, quatre, cinq!

Ce jeu commence le poing fermé. Au dernier vers, dépliez vos doigts, uns à uns, en ménageant le suspense. 
Mimez l'abeille qui s'envole avec votre main dépliée. N'oubliez pas d'accompagner ce moment du doux bruit de l'insecte!

Titouan aime déjà;-)

mardi 24 juin 2014

Pique-nique aux Buttes Chaumont

Hier, une douce soirée ensoleillée nous a donné l'envie d'organiser un pique-nique au parc des Buttes Chaumont. Nous nous sommes installés, à l'ombre d'un arbre, sur une pelouse.
Allongé sur sa peau d'agneau, Titouan a senti le vent sur son visage. Il s'est mis sur le ventre et a ainsi pu caresser l'herbe de ses mains. Ses pieds ont eux aussi tenté l'expérience;-)
En nous promenant dans le parc nous lui avons montré les canards du lac et nous nous sommes arrêtés quelques instants pour écouter le bruit d'un petit cours d'eau...




Un premier pique-nique sensoriel:-)  Un petit bonheur bien appréciable:-)

vendredi 20 juin 2014

Ateliers parents/bébés à la PMI

L'une des Protection Maternelle Infantile (PMI) de notre quartier organise des ateliers pour les parents et leurs bébés chaque vendredi après-midi. 
Un psychomotricien, une psychologue et une auxiliaire de puériculture étaient présents lorsque nous y étions. Leur rôle: observer le développement du tout petit et échanger avec ses parents.
C'était fort sympathique de rencontrer ces professionnels de la petite enfance et de discuter avec d'autres mamans.

La motricité libre y est favorisée. Les jouets sont colorés et en plastique. Titouan a beaucoup aimé une petite balle à picots et un hochet léger, très facile à saisir.
Il a impressionné le psychomotricien par son agilité. Il s'est retourné moult fois sur le ventre et a poussé de jolis cris de joie:-)
Il a regardé tout autour de lui et a beaucoup observé un bébé de 7 mois qui rampait un peu partout sur le tapis.
À la fin de l'atelier, un temps chansons est proposé et Titouan y a été très réceptif:-) Et lorsque nous avons chanté Les petits poissons (sa chanson préférée) il fut comblé!

Cet article est aussi l'occasion de rappeler l'importance des PMI aujourd'hui encore. En effet, elles font un véritable travail de prévention et d'accompagnement des familles. Elles sont gratuites et cela incite notamment les personnes issues de milieux sociaux dits "populaires" à s'y rendre régulièrement.
Les PMI de province sont malheureusement peut-être en danger. Le personnel qualifié s'y fait de plus en plus rare et les familles y vont peu. En cause: l'éloignement géographique. Ce n'est pas le cas à Paris où nous avons effectivement des PMI à moins de cinq minutes à pieds!

Et vous, quel rapport entretenez-vous avec votre PMI?

Ps: Je n'ai pas pris de photos cette fois mais le prochain coup, je n'oublierai pas:-)

lundi 16 juin 2014

"Mes mains..."

Lorsque le bébé commence à entrevoir tout le potentiel de ses mains alors s'opère un véritable changement dans sa vie!
Titouan arrive à joindre ses deux mains et peut ainsi jouer avec celles-ci. Il attrape les mobiles de son arche d'activité lorsqu'elle est face à lui. Il commence aussi à saisir des objets suspendus et des hochets légers. Cela lui demande beaucoup d'efforts et de patience...
C'est incroyable toute la concentration et la volonté dont il fait preuve!

Le voici en images, il y a quelques jours, âgé de bientôt 15 semaines:
 





vendredi 13 juin 2014

Aquarium de Paris

Nous nous sommes rendus en famille à l'Aquarium de Paris. Une grande première pour Titouan et pour nous;-)! 
Notre petit garçon a dormi une bonne partie de la sortie mais lorsqu'il s'est réveillé il n'a pas manqué de regarder les poissons...les petits et les gros! Il essayait de les suivre du regard et ce n'était pas toujours facile tant ils allaient vite parfois! Nous avons eu la chance de voir un gros requin passer tout doucement juste devant nous...Titouan en a été subjugué!

lundi 9 juin 2014

Mobile des danseurs

Le mobile des danseurs est le quatrième de la série des mobiles Montessori. On le présente aux alentours des trois mois du bébé.
Mais où est passé le troisième mobile me demanderont ceux qui ont suivi!?
Le mobile de Gobbi se compose d'une série de cinq boules d'une même couleur nuancée. Il est très esthétique. Maintenant il est aussi long à réaliser et j'avoue n'avoir pas souhaité me lancer dans  une telle aventure!

Margot, copine et maman d'un adorable petit Kéziah, nous a fait le très joli cadeau de nous offrir le mobile des danseurs! Mille mercis!!! Titouan est comblé!




lundi 2 juin 2014

"Pleurs et colères des enfants et des bébés"

Aletha Solter est une psychologue suisse-américain, spécialiste du développement. Elle est titulaire d'une licence en biologie humaine et d'un doctorat de psychologie. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages dont "Pleurs et colères des enfants et des bébés".


Pour les personnes qui ne l'auraient pas lu, voici un bref résumé de sa pensée: La non-libération des émotions par des pleurs ou des cris est à l'origine de bien des maux. Enfant, nous avons souvent vu nos émotions minimisées ("C'est pas grave") ou niées ("C'est rien! Mais non, tu n'as pas mal."). Certains ont même été réprimandés pour avoir osé exprimer un sentiment. Nous avons alors développé des automatismes de contrôle (ex: se ronger les ongles, boire, fumer, etc.). Si nous écoutons nos bébés, nous pourrions alors leur éviter cela et leur permettre de se sentir vraiment mieux avec eux-mêmes.

Aletha Solter explique que tous les pleurs des bébés ne sont pas nécessairement dus à un besoin immédiat non satisfait. Il peut s'agir de pleurs anciens et refoulés, de douleurs du passé, de libération d'une tension. 

Concrètement, lorsque tous les besoins de notre enfant sont satisfaits et que l'on s'est assuré qu'il ne souffrait d'aucun maux alors l'auteur propose que l'on écoute affectueusement les pleurs du bébé (parfois pendant plus d'une heure) et qu'on les encourage afin de le libérer des tensions accumulées et de le décharger émotionnellement. L'adulte ne devrait pas essayer d'apaiser les pleurs en le berçant, en lui donnant le sein (pouce, tétine, doudou), en lui chantant une chanson ou en utilisant des mots "réconfortants" habituels (ex: "Chut, ça va aller!")...Il va de soit que l'adulte reconnaît et accepte toutes les émotions du bébé et du jeune enfant.

Les pleurs ne sont pas négatifs et pourraient même nous aider à dépasser certains traumatismes.

Je la rejoins parfaitement en ce qui concerne l'accompagnement, l'acceptation et l'écoute des pleurs et des émotions. Les pleurs sont utiles. Maintenant, quand il s'agit d'un bébé de moins d'un an (voire de deux ans), cela me semble bien difficile à mettre en place car comment être assuré que son enfant pleure pour se décharger et non pour exprimer un besoin? Le risque est bien trop grand...
Et, quand bien même il pleurerait effectivement pour se décharger émotionnellement, comment être sûr qu'entre temps il n'a pas besoin de quelque chose? Après tout, pleurer et crier peut fatiguer et donner soif ou chaud...

D'autre part, le cerveau du bébé est en pleine construction et quand il pleure il a de grandes difficultés à se recentrer.
Par ailleurs, Aletha Solter sous-estime le besoin physiologique de succion du bébé et ne s'est visiblement pas très bien renseignée en ce qui concerne l'allaitement à la demande. Elle précise cependant que, en deçà de trois mois, le bébé allaité peut avoir très souvent faim ou soif et que, par conséquent, il est préférable de lui proposer le sein au moindre doute.

Chez nous, j'ai opté pour ce qui me paraît être "un juste milieu". Lorsque Titouan pleure et que tous ses besoins me semblent satisfaits alors j'accompagne ses pleurs. Je nomme ses émotions. Je lui dis qu'il a le droit de ressentir cela, que je suis là, qu'il peut pleurer dans mes bras. Et puis, après avoir pleuré une dizaine de minutes, je lui demande s'il a besoin de quelque chose. A-t-il chaud? A-t-il soif? Je lui propose alors ce qui me parait être le plus juste pour lui, à ce moment là...souvent le sein en fait;-)

Pour poursuivre votre réflexion à ce sujet, je vous invite à lire le dernier article de Catherine Dumonteil-Kremer.

Et chez vous, ça se passe comment?