mardi 29 avril 2014

Une pédagogie alternative: Steiner-Waldorf

Je poursuis aujourd'hui mon petit tour des pédagogies alternatives avec la pédagogie Steiner.


Faisons le point:
Rudolf Steiner est né en 1861. Philosophe, il est le fondateur de l'anthroposophie (pensée visant à rapprocher l’homme des « mondes spirituels ») et s'intéresse de près à l'agriculture biodynamique.
La pédagogie Steiner est une pédagogie humaniste qui accorde une large place à l'art (modelage, peinture), aux travaux manuels (bricolage, jardinage) et à la Nature. 
Rudolf Steiner est à l'origine des écoles Steiner-Waldorf dans l'une desquelles j'ai eu la chance d'effectuer un stage de quatre mois (jardin d'enfants) et d'y travailler en tant qu'animatrice.
Je me propose de vous raconter mon expérience sans m'attarder sur le côté spirituel qui m'a un peu dérangé :
Lorsque l'on entre dans une école Steiner on ne reste pas indifférent. Il y règne un petit air de magie et de tranquillité. On y accède par une adorable barrière de bois. On passe entre les arbres et on arrive dans l'une des classes. Le bâtiment général est bâtit en forme de coquille d'escargot et cela donne une impression de rondeur, de douceur.
Les salles dédiées aux enfants sont peintes dans des tons pastels. Les jouets présents sont réalisés dans des matériaux dit "nobles" et naturels (bois, soie, laine). Ils sont choisis avec soin par la jardinière d'enfants.
L'année scolaire, la semaine et les journées sont rythmées par des ateliers, des rituels, des fêtes et des célébrations. La journée des enfants âgés de 2 à 6 ans est axée principalement sur l'art, le jeu, le mouvement et les activités quotidiennes. Au programme donc: des heures de construction avec des blocs de bois, des poupées de chiffon que l'on habillent une dizaine de fois, du dessin à la cire d'abeille, de l'aquarelle, des tas d'histoires et de comptines, du bricolage, une réalisation d'un pain, des jeux dans le jardin qui est un "vrai" jardin avec de la terre, de l'herbe et des arbres dans lesquels grimper...

samedi 26 avril 2014

Livre: "L'art des bébés"







































L’art des bébés de Palette est un très beau livre d’art. "Les œuvres en noir et blanc sélectionnées chez les plus grands artistes modernes et contemporains, aident les plus jeunes à développer leurs capacités visuelles et à mieux percevoir le monde qui les entoure…tout en leur offrant une première rencontre avec l’art."
Ce qui plaît beaucoup au bébé c'est autant le contraste du noir et du blanc que les images qui brillent un peu. Tout cela attire son oeil dès le plus jeune âge. 
Titouan a reçu "L'art des bébés" il y a quelques jours et il a particulièrement aimé deux images aux formes très géométriques. Celle que l'on voit est de l'artiste Aurélie Nemours.


lundi 21 avril 2014

Journée de la non-violence éducative


Le 30 Avril nous fêterons les dix ans de la journée de la non-violence éducative:
"Accompagnons nos enfants, sans fessées, ni punitions."
Des événements auront lieu dans toute la France. A Paris, cela se déroulera chez Nat.Bé.
Pour pousser la réflexion un peu plus loin, la maison de l'enfant a édité un document pour aider les parents à trouver des alternatives aux punitions.

L'occasion pour moi de vous parler de deux personnes engagées dans la parentalité positive et créative qui comptent beaucoup dans ma nouvelle vie de maman...les voici:

.Isabelle Filliozat. Psychologue clinicienne, elle se spécialise dans la grammaire des émotions et fonde l'Ecole des Intelligences Relationnelle et Emotionnelle. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages sur la relation parent-enfant ainsi que sur les émotions, l'équilibre personnel et le bien-être. Pour les avoir lus avec grand intérêt je vous conseille:
Au coeur des émotions de l'enfant (vraiment formidable!)
Ces livres sont très très intéressants parce qu'il n'y a pas de recettes miracles. Cela invite le parent à se poser les bonnes questions et à trouver une réponse qui lui est propre.
"Au coeur des émotions de l'enfant" est un ouvrage que je recommande vivement! Il a parlé à la petite fille que j'ai été, m'a aidé en tant que professionnelle de la petite enfance et m'est déjà utile en tant que mère...


. Catherine Dumonteil-Kremer. "Mère de 3 enfants, auteur, conférencière, formatrice, conceptrice des stages parentaux: "Vivre en famille" et "Des clés pour se comprendre". Après avoir été directrice d’un centre social dans les quartiers nord de Marseille, et enseignante en sciences médico-sociales, elle a créé la maison de l’enfant et la liste de discussion Parents Conscients. Educatrice montessori, elle est aussi membre fondateur de l’observatoire de la violence éducative et intervenante à l’école des intelligences relationnelles et émotionnelles d’Isabelle Filiozat. Elle est chroniqueuse au magazine « Grandir autrement » et initie et coordonne la journée de la non-violence éducative en France. Elle accompagne les parents depuis 20 ans dans leur remise en question et leur désir de respecter l’enfant."
Catherine Dumonteil-Kremer est notamment l'auteur de Elever son enfant autrement que j'ai lu avec passion. Elle est également à l'initiative de la création de Peps, le magazine de la parentalité positive.


vendredi 18 avril 2014

Motricité libre

Lorsqu’un bébé naît on est souvent pressé de le voir se retourner, s’asseoir, déambuler à quatre pattes, ou marcher…
Alors, on pourrait être tenté de le mettre dans la position souhaitée et de faire à sa place : l’asseoir alors qu’il n’en n’est pas encore capable ; lui faire faire quelques pas alors qu’il ne tient pas encore debout, le placer en haut du toboggan alors qu'il ne sait pas encore monter les marches…

Maria Montessori et Emmi Pikler (Lòczy) mettent toutes deux en avant l’importance de la liberté motrice du jeune enfant.

La liberté motrice ou la motricité libre part du principe qu'il n'est pas nécessaire d'enseigner la motricité au jeune enfant car il a la capacité d'accéder par lui-même aux différents stades d'acquisition.
Le respect de l'activité libre de l'enfant demande un suivi attentif de l'adulte, fondé sur des connaissances et des observations. Par ce suivi, on apporte à chaque moment des réponses aussi adaptées que possible au besoin d'activité de l'enfant.
Ainsi, le bébé apprend à se connaître, prend conscience de ses limites corporelles et se fait confiance.
Pour aller dans leur sens, on fera attention de mettre l’enfant dans une position où il est libre de bouger et où il peut faire ses expériences.
Par exemple :
- Pas de transat de façon prolongée 
- Pas de trotteur qui trompe sa perception du monde et son équilibre
- Privilégier les tapis d’éveil où il pourra gigoter à sa guise
- Le mettre pieds nus le plus souvent possible pour qu’il puisse bien muscler ses pieds, avoir une meilleure prise sur le sol ou le tapis et un meilleur contrôle de son équilibre. 

En respectant son développement moteur, on permet au bébé de découvrir par lui-même, de prendre le temps dont il a besoin, d’expérimenter, de tâtonner…comme un véritable petit explorateur !
Et quelle fierté pour lui une fois sa mission réussie !

Voici une vidéo de Titouan (6 semaines) en pleine motricité libre:


                                       video

Il ne reste plus qu'à lui faire confiance et à croire en toutes les possibilités de son potentiel.

Pour encore plus d'informations sur la philosophie d'Emmi Pikler et la motricité libre, je vous conseille de lire Lòczy ou le maternage insolite et de visionner Le monde caché des bébés.

mardi 15 avril 2014

Une pédagogie alternative: Montessori

L'éducation que je souhaite offrir à mon petit garçon s'inspire de différents courants pédagogiques et d'une parentalité positive.
Ceux auxquels j'adhèrent le plus, les voici: Montessori, Steiner-Waldorf, Decroly ou encore Freinet. J'y ferai régulièrement référence. 

Qui était donc Maria Montessori ou Rudolf Steiner? Quel était leur vision de l'enfant?
Certains ont déjà fait leurs propres recherches mais, pour les autres, je me propose de faire le point sur les différentes pédagogies qui me passionnent.
Commençons d'abord par celle dont le nom figure déjà plusieurs fois dans ce blog: Montessori.



Faisons le point:
Née en 1870 en Italie, Maria Montessori devient la première femme médecin. Elle se passionne pour l'éducation des enfants et les observe longuement. Elle en conclut alors que ces derniers évoluent par périodes sensibles. C'est-à-dire que pendant un temps donné (qui n'arrive pas au même moment selon les enfants), il y a des phases d'intérêt accru pour tel ou tel domaine. Comme une éponge, l'enfant absorbe tout ce qu'il voit, entend ou touche. 
Elle s'aperçoit aussi que c'est dans la joie, la confiance et l'enthousiasme que l'apprentissage se fait le plus durable. Elle crée alors un matériel sensoriel et concret, dit "scientifique".
L'adulte éducateur devra alors observer de façon assidue et bienveillante chaque enfant pour pouvoir lui fournir des outils d'apprentissage en adéquation avec son évolution.
Dans une classe Montessori, le matériel est installé à hauteur et à vue des enfants. Il est rangé par catégorie (vie pratique, vie sensorielle, langage, mathématiques, botanique, histoire, etc.), et dans un ordre précis. Tout d'abord, l'éducateur observe et présente le matériel qui correspond au besoin de chaque enfant. Dans un second temps, c'est l'enfant, seul, qui reprend ce même matériel autant de temps et de fois qu'il le souhaite. Chaque matériel est unique et auto-correctif. Ce dernier point permet une autonomie dans les apprentissages.

Et pour continuer la réflexion, voici quelques uns des livres de Maria Montessori :
Pédagogie scientifique-tome 1 (très facile d'accès!)

Bonnes lectures;-)

lundi 14 avril 2014

"Sur ma peau"

Le toucher est essentiel pour un être humain et notamment pour un nouveau-né qui découvre le monde principalement par ce sens là. C'est comme un premier langage.
La peau transmet un grand nombre d'informations tactiles et c'est grâce à elle que le jeune enfant va pouvoir reconnaître si c'est chaud ou froid, lisse ou rugueux, agréable ou désagréable, etc.
Régulièrement, je propose à Titouan de découvrir de nouvelles sensations par le biais de différentes matières: un petit coussin de cuir, une plume, une balle en tricot ou encore un hochet en bois.
Je le laisse aussi les pieds nus dès que la température le permet afin qu'il touche ou qu'il soit touché d'une manière inédite.

mercredi 9 avril 2014

Mobile de Munari


L'article précédent concernait la vue et le tout petit. Je continue aujourd'hui avec un mobile à présenter à un nouveau-né. Ce dernier distingue la lumière, les formes, les mouvements ainsi que les objets de couleurs très contrastées comme le sont le noir et le blanc.
Voilà pourquoi Bruno Munari (peintre, sculpteur, designer et illustrateur de livres pour enfants) a créé un mobile qui joue sur les contrastes, la lumière, les formes et l’esthétisme. 
Pour ma part, j'ai simplifié le modèle du mobile dont j'ai téléchargé les patrons sur le très utile site Le jardin de Maria
Dans la pédagogie Montessori, le mobile de Munari est le premier que l’on présente au nouveau-né qui est alors âgé de trois semaines environ.
Vous pouvez le proposer à votre bébé quelques minutes par jour à un moment où il est disponible; c’est-à-dire à la fois éveillé et calme. Il sera ainsi plus réceptif. 
Ne laissez pas le mobile trop longtemps sous ses yeux, votre tout petit risquerait d’être sur-stimulé et par conséquent de ne plus réussir à se concentrer.
Nous l'avons présenté à Titouan qui, les yeux grands ouverts, a très vite fait de larges sourires lorsqu'il l'a vu passer au-dessus de lui. C'est formidable de vivre les premières joies de son enfant!
Le voici en vidéo:
                      video

Et en images:



jeudi 3 avril 2014

"Je vois"...

En amenant le bébé à être attentif visuellement à son environnement, on l'incite à établir, par le regard, un contact avec les objets et les personnes.
On peut alors jouer avec lui:
- le regarder dans les yeux,
- lui montrer différents objets de couleurs, de grosseurs et de formes différentes,
- faire des grimaces,
- imiter ses expressions faciales,
- installer un miroir dans lequel la lumière et le reflet du mouvement de son corps l'attireront.

Ces activités aident le bébé à développer sa capacité à fixer une cible, à en suivre les déplacements et à regarder les gens autour de lui.
Et ce que préfère avant tout Titouan c'est examiner nos visages. Lorsque nous lui faisons des sourires il nous en rend à son tour!